Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
17 décembre 2014 3 17 /12 /décembre /2014 09:27

Vous savez certainement que je fais des gelées à partir de moûts de raisin. Ces différentes gelées de cépages peuvent se déguster tout simplement comme une confiture ou une gelée de groseille, mais elles sont également délicieuses avec du fromage par exemple. Pour mes petits apéros, j’aime faire des petits canapés de chèvre frais avec une petite touche de gelée sur le dessus. C’est vraiment un accord sympathique, simple et ultra rapide à réaliser…

Canapé Chèvre Gelée Tartine Jeanne

Les ingrédients pour 6 personnes:

● 12 petites tranches de pain de campagne ou aux céréales

● 1 bûche de chèvre ou 2 crottins de chavignol

● un peu de beurre salé
● 4 cuillers à soupe de gelée de Merlot, de Cabernet ou de Petit Verdot

 

Préparation
1.
 Préchauffer le four à 200°C. Beurrer les petites tranches de pain. Couper le chèvre en rondelles.

 

2. Déposer une rondelle de chèvre sur chaque tranche de pain. Les disposer sur une plaque. Placer au four et laisser cuire une quinzaine de minutes, ou jusqu’à ce que le fromage s’attendrisse bien.

3. A la sortie du four, déposer une demi cuiller à café de gelée sur le fromage.

Servir immédiatement.

Canapé Chèvre Gelée Tartine Jeanne

Mon Accord Mets-Vin

Un petit vin blanc d’Alsace serait sympathique sur ces petits canapés. Pourquoi ne pas opter pour un Riesling ?

Partager cet article

Publié par Jeanne Girardot - dans chèvre
commenter cet article
15 décembre 2014 1 15 /12 /décembre /2014 10:39

Encore une délicieuse idée de cadeau gourmand pour régaler vos proches l’occasion des fêtes de fin d’année, j’ai nommé le fudge ! D’autres versions plus décadentes les unes que les autres suivront. En attendant, essayez donc celle-ci, c’est à tomber !

Pour ma part, je les glisse dans de petits sachets de confiseurs que j’achète sur internet, et je les dépose, parmi d’autres gourmandises, dans de jolies boîtes en métal…

Fudge aux Amandes et au Pralin – Cadeau Gourmand

Pour une quarantaine de carrés de fudge

● 395g de lait concentré sucré (1 boîte)

● 10g de beurre

● 300g de chocolat au lait râpé ou en petits dés

● 100g d’amandes

● 50g de pralin

 

Préparation
1.
Dans une casserole faire fondre le beurre dans le lait concentré sucré à feu doux sans cesser de remuer. Laisser cuire environ 5 minutes tout en remuant le mélange.

 

2. Ajouter le chocolat progressivement tout en remuant. Mélanger jusqu’à ce que le chocolat soit bien intégré et que le mélange est uniforme. Ajouter les amandes et lepralin et remuer vivement pour bien les intégrer.

 

3. Verser le mélange dans le plat Etaler pour bien répartir. Taper le plat pour égaliser la surface. Laisser refroidir complètement. Placer au frais pour un minimum de 4 heures.

 

4. Découper le fudge en dés.

 

Le fudge se conserve facilement 2 semaines s’il est gardé au réfrigérateur.

Partager cet article

Publié par Jeanne Girardot
commenter cet article
10 décembre 2014 3 10 /12 /décembre /2014 07:30

Voilà une recette que mes frères et moi adorions faire lorsque nous étions petits. Il s’agissait à l’époque d’une recette trouvée dans un numéro de « Pomme d’Api ». Ce magazine pour enfants avait toujours des recettes sympas avec des images d’enfants pour montrer le déroulement. Je me souviens que la fiche recette était maculée de taches de gras et de traces de chocolat. Je crois même que maman doit toujours l’avoir dans ses affaires…

Toujours est-il que j’ai eu envie de recréer cette recette d’enfant, qui a beaucoup plu aux miens et que je compte offrir atour de moi pour les fêtes…

Saucisson Surprise – Le Saucisson au Chocolat – Cadeau Gourmand

Les ingrédients pour 2 saucissons :
● 20 boudoirs
● 60g d’amandes en poudre
● 1 cuiller à soupe bombée de cacao en poudre non sucré
● 1 cuiller à soupe bombée de cacao en poudre classique (type Banania ou Nesquick)
● 100g de beurre
● 3 à 4 cuillers à soupe de lait
● 30g d’amandes effilées
● 30g de noix grossièrement concassées
● 30g de noisettes
● sucre glace


Préparation
1.
 
Mixer les boudoirs. Faire fondre le beurre.

2. Mélanger les boudoirs avec les poudres de cacao et la poudre d’amandes. Ajouter le beurre fondu et le lait et mélanger le tout. Ajouter enfin les noix, amandes effilées et noisettes et former une boule compacte.

3. Former deux boudins. Les enrouler dans du papier aluminium que l’on froncera afin de marquer des stries pour imiter l’aspect du saucisson. Placer au frais pour un minimum de 2 heures.

4. Au moment de servir, rouler le saucisson dans du sucre glace.

Saucisson Surprise – Le Saucisson au Chocolat – Cadeau Gourmand

Partager cet article

Publié par Jeanne Girardot - dans chocolat noix noisette amande beurre
commenter cet article
8 décembre 2014 1 08 /12 /décembre /2014 09:33

Ce n’est pas parce qu’il fait froid qu’il faut faire une croix sur la glace. D’autant qu’il n’y a rien de mieux que de se glisser sous un plaid sur le canapé, devant la télé, un soir d’hiver avec une belle coupelle de glace hyper gourmande… Parfait donc cette petite recette inspirée des barres glacées « Snickers » dont mon mari raffole.

On peut tout à fait envisager d’en faire une bûche pour les fêtes de fin d’année, il suffira juste de modifier le contenant en faisant prendre la glace dans un moule à cake.

Allez, faites vous plaisir !

Crème Glacée Cacahuètes, Caramel et Chocolat

Les ingrédients pour 6 personnes:

● 400g de lait concentré sucré

● 50cl de crème entière liquide

● 150g de cacahuètes non salées

● 150g de chocolat au lait

● 30cl de caramel au beurre salé (version semi liquide de ma recette)

 

Préparation
1.
Mixer grossièrement le chocolat. Concasser grossièrement les cacahuètes.

 

2. Mélanger le lait concentré sucré avec le chocolat et les cacahuètes. Conserver une ou deux cuillers à soupe de cacahuètes concassées.

 

3. Battre la crème liquide en chantilly bien ferme, puis, l’incorporer délicatement (à l’aide d’une maryse) au mélange obtenu à l’étape précédente.

 

4. Dans une boîte fermant hermétiquement verser une partie de la crème glacée, napper de caramel puis recouvrir du reste de la crème. Napper le tout de caramel et saupoudrer du reste de cacahuètes. Placer au congélateur pour une durée minimum de 4 heures.

Crème Glacée Cacahuètes, Caramel et Chocolat

Partager cet article

29 novembre 2014 6 29 /11 /novembre /2014 07:30

Je n’ai pas mis beaucoup de temps à la faire mon embeurrée de chou dont je vous parlais dans mon précédent billet sur le dîner « gibier » à la Tupiña de Bordeaux.

Punaise qu’est-ce que c’est bon !

Pour une personne qui n’aime pas, que dis-je, qui DETESTE le chou, je me demande si je ne suis pas en train de virer de bord…

Bref, cette embeurrée vaut vraiment le détour, en particulier lorsqu’elle est accompagnée d’un gibier savoureux et racé, tout simplement cuisiné. J’avais quelques grives dans mon congélateur qui ont parfaitement fait l’affaire, et je dois dire que l’on s’est régalé.

Comme je ne voulais utiliser que les feuilles tendres et pâles de mon chou vert, j’ai mis de côté les feuilles plus vertes que j’ai cuisinées dans une autre recette de chou, hollandaise celle-ci, le Boerenkool. Il s’agit d’une sorte de purée de pommes de terre à laquelle on ajoute du chou blanchi et de la moutarde et à laquelle on associe des saucisses fumées.

N’attendez plus, essayez donc cette fabuleuse embeurrée de chou, avec du poulet si vous n’avez pas de gibier… ou pourquoi pas du canard ?...

Grives Rôties sur Embeurrée de Chou

Les ingrédients pour 4 personnes:

Pour les grives
● 8 grives plumées et vidées
● 2 échalotes émincées
● 4 gousses d’ail coupées en deux dans le sens de la longueur

● 1 gros brin de thym
● 1 brin de sarriette

● 1 noix de beurre
● 4 cuillers à soupe d’huile d’olive

● 1 cuiller à café de fond de volaille
● ½ cuiller à café de poivre grossièrement moulu
● ½ cuiller à café de fleur de sel

 

Pour l’embeurrée de chou

● 1 chou vert

● 1 oignon émincé
● 200g de lardons fumés

● 4 gousses d’ail coupées en 4

● 150g de beurre salé

Préparation
Préparer l’embeurrée de chou

1. Couper le chou en quartier. Oter le trognon. Mettre de côté les feuilles vertes du chou, pour ne conserver que les feuilles vert tendre et jaunes. Emincer les feuilles.
On pourra utiliser les feuilles de chou vertes pour une autre recette, comme par exemple, celle du délicieux Boerenkool


2. Dans une grande casserole d’eau bouillante, faire blanchir le chou émincé. Laisser cuire 5 petites minutes. Egoutter et réserver.


3. Dans une sauteuse, faire fondre 50g de beurre et y faire suer les oignons et lardons. Ne pas faire colorer. Ajouter ensuite le chou, remuer pour mélanger l’ensemble, couvrir et laisser cuire à feu doux pendant une trentaine de minute en remuant de temps en temps.


4. A la fin de la cuisson, ajouter le reste du beurre et bien l’incorporer au chou. Réserver au chaud.


Préparer les grives

1. Préchauffer le four à 200°C. Déposer une demi-gousse d’ail dans la cavité de chaque oiseau, arroser d’huile d’olive et ajouter un peu d’herbes.

2. Dans une cocotte pouvant aller au four, faire fondre un eu de beurre avec le reste d’huile d’olive. Y faire suer les échalotes et y jeter les grives pour les saisir de tous côtés. Ajouter le fond de volaille avec éventuellement une ou deux cuillers à soupe d’eau. Ajouter le reste d’herbes.


3. Placer au four et laisser cuire une quinzaine de minutes. Remuer si nécessaire pendant la cuisson.
 

4. Dans les assiettes de service, disposer 3 cuillers à soupe d’embeurrée et chou et déposer deux grives sur le dessus.

Servir immédiatement.

Grives Rôties sur Embeurrée de Chou

Mon Accord Mets-Vin

Pourquoi ne pas opter pour un vin rouge de la rive droite bordelaise, issu principalement de cépage merlot, un Saint-Emilion par exemple, ou l’un de ses satellites (Lussac, Montagne…) ?

 

Partager cet article

Publié par Jeanne Girardot - dans chou lardons oignon
commenter cet article
25 novembre 2014 2 25 /11 /novembre /2014 09:32

Encore un gâteau bien gourmand aux pommes, dévoré par les enfants, puis terminé par Laurier et moi-même devant un bon film, il y a quelques soirs.

Décidément, le caramel et la bon font très bon ménage et c'est un association qui a l'avantage de plaire au plus grand nombre. Quelques noisettes délicieusement torréfiées sont venues parfaire l'ensemble pour notre plus grand plaisir.

Curieux comme ces desserts ne durent jamais très longtemps...

Gâteau aux Pommes, aux Noisettes et au Caramel

Les ingrédients pour 6 personnes:
● 6 pommes
● 25cl de caramel au beurre salé
● 200g de farine
● 200g de beurre en pommade
● 150g de sucre
● 4 œufs

● 100g de noisettes
● 1 sachet de levure

 

Préparation
1.
 
Préchaffer le four à 200°C. Concasser grossièrement les noisettes puis les disposer dans un plat à gratin. Les faire torréfier pendant 10 à 15 minutes au four. Laisser refroidir. 

2.  Battre les œufs avec le sucre. Ajouter la farine, la levure, puis le beurre pommade. Mélanger le tout jusqu’à l’obtention d’un ensemble lisse et homogène. Incorporer enfin les noisettes torréfiées.

3.  Couper les pommes en cubes. Dans une grande jatte, verser le caramel sur les pommes et bien mélanger l'ensemble de sorte à bien enrober les cubes. Disposer les pommes dans un moule à gâteau préalablement beurré et fariné. 

4. Préchauffer le four à 180°C. Verser l'appareil obtenu à l'étape 2 sur les pommes. Placer au four et laisser cuire un quarantaine de minutes ou jusqu'à ce que le centre du gâteau soit juste pris. Attendre le refroidissement total avant de démouler. 

Gâteau aux Pommes, aux Noisettes et au Caramel

Mon Accord Mets-Vin

Pourquoi ne pas choisir un cidre brut pour accompagner ce sympathique dessert? 

Partager cet article

21 novembre 2014 5 21 /11 /novembre /2014 07:30

Jean-Pierre Xiradakis, chef et propriétaire du célèbre restaurant La Tupiña à Bordeaux, est un amoureux du terroir et des produits régionaux. il ne manque jamais une occasion de les mettre à l'honneur sur la carte du restaurant.

Afin de partager la richesse des produits dont notre belle région regorge, Il organise régulièrement toutes sortes de manifestions culinaires. Dans cette démarche, il est à l'initiative d'un rendez-vous ponctuel avec un groupe de blogueuses, dont j'ai la chance de faire partie, sous la forme d'un dîner/atelier culinaire autour des bons produits aquitains.

Après avoir savouré l’Agneau de lait des Pyrénées, la Truffe du Périgord et le Foie Gras, voici le quatrième "repas découverte", qui cette fois, s'est focalisé sur le gibier.

Accueillies à l'entrée du fameux restaurant, nous nous sommes réunis autour d'une table depuis laquelle j'avais pleine vue sur la cheminée, où rôtissaient toutes sortes de pièces de viandes plus alléchantes et odorantes les unes que les autres.

La Tupiña, Bordeaux : un Repas "Gibier"

La Tupiña : Une cuisine résolument traditionnelle

Autour d'un verre de vin blanc, Jean-Pierre Xiradakis nous raconte la cusine du gibier, du temps où l'ortolan et la grive étaient autorisés à la carte des restaurants. Il nous parle de l'art de les préparer et de les manger. Il évoque la saisonalité des fruits de la chasse, ainsi que la limite de disponibilité des produits, la difficulté de se procurer tel ou telle pièce. 

A travers ses anectodtes, il nous transmets la fervente volonté qu'il a de s'ancrer dans une cuisine traditionnelle pure. Loin des tendances et des modes, il est résolu à maintenir le cap culinaire emprunté voilà 46 et auquel il n'a eu de cesse de s'attacher : une cuisine proche du terroir, de ses produits et de la tradition.

Alors que nombre de grands chefs, de grands restaurants étoilés s'évertuent à suivre les courants en vogue, à surfer sur la vague -cuisine moléculaire, végétarianisme, biodynamie, ...- Jean-Pierre Xiradakis choisit de rester fidèle à la voie gastronomique qu'il a embrassée à ses débuts, une cuisine résolument traditionnelle.

La Tupiña, Bordeaux : un Repas "Gibier"

Un petit tour dans la cuisine de la Tupiña nous a laissé découvrir les différents plats en préparation et les délicieux effluves qui ont décuplé notre appétit déjà titillé à l'évocation de recettes giboyeuses. 

Nous avons eu tout le loisir de suivre l'élaboration de la friture des petits poissons, de contempler la marinade des râbles de lièvre, la cuisson des perdreaux sur leur rôtissoire, dégoulinants de jus fumant... La cuisine, plus petite que je ne l'aurais imaginé, est en effervescence.

La Tupiña, Bordeaux : un Repas "Gibier"
La Tupiña, Bordeaux : un Repas "Gibier"
La Tupiña, Bordeaux : un Repas "Gibier"

Nous regagnons notre tablée pour découvrir le menu qui nous attend et entamer, avec le plus grand des enthousiasmes, notre repas gargantuesque.

La Tupiña, Bordeaux : un Repas "Gibier"

La friture de gardons et de goujons, petits poissons d'eau douce, est une petite entrée bien agréable. Légèrement farinés et trempés dans un bain d'huile bouillante, ces poissons sont dégustés presqu'entièrement (les arrêtes sont très petites) avec un filet de jus de citron.

La Tupiña, Bordeaux : un Repas "Gibier"

Nous savourons ensuite un velouté de châtaigne et ses fines tranches de filet de palombe.

Notons, soit-dit-en-passant, que cette recette est une excellente idée d'entrée chic pour les fêtes de fin d'année. on pourra substituer les filets de palombes (en cas de difficulté à en trouver) par du magret de canard par exemple...

La Tupiña, Bordeaux : un Repas "Gibier"

Le râble de lièvre qui fut servi avec ses champignons sautés était une pure merveille de saveurs. Racée sans pour autant être trop puissante ni trop marquée, la viande de lièvre était cuite à la perfection. 

La Tupiña, Bordeaux : un Repas "Gibier"

Mon coup de cœur de la soirée s'est porté sur le demi-perdreau rôti et son embeurrée de chou vert. Fin, délicat, impeccablement assaisonné de thym et farci à l'ail, l'oiseau n'était ni sec ni trop ferme. Rôti lentement, il était déposé sur un lit de chou. 

Il faut savoir que je déteste le chou. En lisant le menu, je m'étais dit : "dommage, je risque de ne pas apprécier ce plat à sa juste valeur." 

Je n'avais jamais entendu parler de cette recette appelée "embeurrée de chou". C'était certainement dû au fait que tout ce qui touchait de près ou de loin au chou, était immédiatement éliminé de ma liste de réalisations culinaires. 

Bref, dès la première bouchée je fus charmée, mieux, conquise. Associée à l'ail, au thym, aux petits morceaux de lard et au jus de cuisson des oiseaux, le chou était tout simplement divin. 

Je pense très vite reproduire ce mets avec des étourneaux, chassés par mon mari dans les vignes et qui attendent leur sort dans notre congélateur.

 

La Tupiña, Bordeaux : un Repas "Gibier"

La liste des gibiers s'est achevée en beauté avec des palombes flambées sous nos yeux dans la cheminée du restaurant. 

La Tupiña, Bordeaux : un Repas "Gibier"
La Tupiña, Bordeaux : un Repas "Gibier"

Le dessert fut pour moi une nouvelle découverte d'un produit régional, la cruchade. Il s'agit d'une petite galette préparée à base de semoule de maïs. Ici, elle a été servie caramélisée et accompagnée d'une salade d'oranges, qinsi que d'une glace également à l'orange. Un petit dessert frais et savoureux, parfait pour achever ce repas bien copieux et riche en couleurs. 

La Tupiña, Bordeaux : un Repas "Gibier"

Si vous êtes tentés par un repas "gibier", allez donc dîner à la Tupiña. 

Vous pourrez vous régaler d'un Civet de Lièvre (30€ par personne), d'une Palombe entière en Crapaudine (28€ par personne) ou d'un Perdreau entier Rôti et son Embeurrée de Chou (30€ par personne), que je ne saurais que trop vous recommander. 

Et puis, gibier ou non, tous les amateurs de cuisine traditionnelle du Sud Ouest y trouveront leur bonheur à coup sûr!

 

La Tupiña
6 rue Porte de la Monnaie
33800 BORDEAUX

Tél: 05 56 91 56 37

Partager cet article

Publié par Jeanne Girardot
commenter cet article
19 novembre 2014 3 19 /11 /novembre /2014 11:29

Aujourd'hui je vous propose une toute nouvelle rubrique: les cadeaux gourmands.

Quoi de plus sympathique que d'offrir des douceurs autour de soi, à ceux que l'on aime au moment des fêtes? Quoi de mieux qu'un présent délicieux, fait maison, réalisé avec amour et emballé avec goût? Comment mieux remercier maîtres, maîtresses et nounous et qu'en réalisant des gâteaux et bonbons avec son enfant?

Je vous propose une compilation de recettes et idées publiées sur ces pages depuis la création de mon blog, il y a plus de 6 ans. Venez piocher les recettes qui vous font saliver et n'hésitez pas à venir proposer les vôtres en commentaire!

D'ici Noël, je vous proposerai plusieurs idées de cadeaux gourmands à faire soi-même pour compléter la liste -déjà longue- de ces petits cadeaux à croquer...

Enjoy!

J'ai réalisé un petit encart, en bas à gauche de cette page qui vous permettra d'accéder à la page. Sinon, cliquez sur ce lien pour accéder aux idées gourmandes.

Cadeaux Gourmands - de délicieuses idées à faire soi-même!

Partager cet article

Publié par Jeanne Girardot
commenter cet article
17 novembre 2014 1 17 /11 /novembre /2014 07:30

Tous les samedi j'achète des kilos et des kilos de pommes au marché de Cadillac, chez mon petit producteur venu du Lot et Garonne et que je connais depuis des années. Ses pommes sont vraiment délicieuses et à la maison nous en sommes de gros consommateurs. Entre gâteau, compotes, tartes et pommes au four, ne ne nous lassons pas de nous régaler. La Chantecler est tellement bonne que croquée sans artifices, elle est est à elle seule aussi savoureuse qu'un bonbon!

Ayant fait une énorme casserole de compote l'autre jour, j'ai eu envie de faire une petite mousse avec de la crème fouettée et une touche de caramel au beurre salé, qui se marie si bien avec ce fruit de saison.

Délicieux petit dessert, plutôt léger, parfait pour terminer un repas un peu copieux...

Mousse de Pomme, Noix et Caramel au Beurre Salé

Les ingrédients pour 6 personnes:
● 3 pommes
● 10 à 20cl de caramel au beurre salé
● 30cl de crème entière liquide, bien froide
● 60g de sucre glace
● 4 feuilles de gélatine

Préparation
1. 
Couper les pommes en quartiers. Dans une casserole, faire chauffer 5cl d'eau et y ajeter les pommes. Couvrir et aisser cuire une quinzaine de minutes en surveille que les pommes n'attachent pas. lorsqu'elles sont cuites, les réduite en compote fine à l'aide d'un mixeur plongeant. Laisser refroidir totalement. Ajouter du sucre selon le besoin.

2. Faire tremper les feuilles de gélatine dans de l'eau froide pour les faire ramollir. Faire chauffer un tiers de la compote et y ajouter la gélatine. Bien mélanger pour intégrer la gélatine à la compote. Ajouter le reste de la compote. Laisser refroidir totalement. 
Le faire de ne chauffer qu'une petite partie de la compote permet de refroidir le mélange plus rapidement. 

3. Fouetter la crème et y ajouter le sucre glace lorsque celle-ci commence à épaissir. Lorsqu'elle est bien ferme, l'incorporer délicatement à la compote de pomme à l'aide d'une maryse. 

4. Remplir des verrine du mélange obtenu et placer au réfrigérateur pendant au moins deux heures. 

5. Au moment de servir, on ajoutera le caramel au beurre salé sur le dessus.

 

On pourra servir cette verrine avec des spéculoos par exemple, ou des palets bretons...

Mousse de Pomme, Noix et Caramel au Beurre Salé

Mon Accord Mets-Vin

Pourquoi ne pas opter pour un Calvados? Ou peut etre un cidre

Partager cet article

Publié par Jeanne Girardot - dans pomme caramel beurre salé
commenter cet article
14 novembre 2014 5 14 /11 /novembre /2014 07:30

Après le Garlic Bread, dont je suis une fan de la première heure, je vous présente les Cheddar Sticks. Si ces derniers contiennent moins d’ail qu’un Préfou ou que le Garlic Bread, c’est pour mieux mettre en valeur ce délicieux fromage qu’est le Cheddar.

Ces savoureux sticks feront un tabac à l’apéritif !

Sticks à l’Ail et au Cheddar

Les ingrédients pour 4 personnes:

● 1 rouleau de pâte feuilletée
● 100g de beurre
● 1 grosse gousse d’ail (ou 2)
● 200g de Cheddar fraîchement râpé


Préparation
1.
 Découper la pâte feuilletée en bandelettes d’environ 1 à 2 cm de large sur 10 à 15cm de long.

2. Ecraser la gousse d’ail et hacher finement. Faire fondre le beurre et y incorporer l’ail.


3. A l’aide d’un pinceau, badigeonner chaque bandelette de pâte feuilletée du mélange de beurre à l’ail.

4. Préchauffer le four à 200°C. Répartir le fromage râpé sur les bandelettes.


5. Placer au four et laisser cuire 15 à 20 minutes, ou jusqu’à ce que les sticks soient dorés.

Sticks à l’Ail et au Cheddar

Mon Accord Mets-Vin

Un vin blanc moelleux ou liquoreux, tel un Quart-de-Chaumes, originaire de la Vallée de la Loire, me semble adapté pour accompagner ces sticks à l’apéritif.

 

 

Partager cet article

Publié par Jeanne Girardot - dans cheddar ail beurre
commenter cet article