Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Découvrez les Gelées de Tartine Jeanne

Gelees-de-Raisin-lo.jpg

 

Vous Cherchez ?...

Mes Grilled Cheeses

La recette du moment

Que Faire Avec...

Cadeaux Gourmands

A Propos De...

20 novembre 2008 4 20 /11 /novembre /2008 07:30

Le gibier n’est pas en grand danger avec moi, je dois avouer que je suis loin d’être une fine gâchette. De toutes façons, si j’aime la chasse, c’est avant tout pour la ballade et les moments familiaux.

C’est Philippe, le maître de chai du château dans lequel je travaille qui m’a fait le plaisir de m’apporter ces grives fruit de sa chasse, lundi matin. Pas mal pour commencer la semaine de bonne humeur ! 

J’ai imaginé cette recette sans vraiment en suivre une, pour l’anniversaire de mon Laurier. Des grives toutes simples, bardées et cuites au four, sans trop d’artifices afin de préserver leur saveur d’origine.
 

Ce qu’il faut pour 4 personnes :
8 grives plumées et vidées si vous le souhaitez, mais elles peuvent rester entières
4 tranches de pain de campagne
8 tranches de poitrine fumée
2 échalotes émincées
3 gousses d’ail hachées
1 cuiller à café de gros sel aromatisé aux 4 baies  
Thym
Romarin
4 cuillers à soupe d’huile d’olive

Préparation
1. Dans un plat à four, disposer les tranches de pain sur lesquelles on éparpillera l’échalote et l’ail et on l’aspergera d’huile d’olive. Préchauffer le four à 180°C

2. Barder les grives et les enfiler sur les brochettes. Les disposer sur les tranches de pain. Saupoudrer de sel aromatisé et arroser d’huile d’olive. Disposer une feuille de papier d’aluminium sur le plat. Cela évitera le dessèchement des grives au cours de la cuisson.

3. Placer au four et laisser cuire une heure environ. Oter la feuille de papier d’aluminium un quart d’heure avant la fin de la cuisson.
Le pain va absorber les jus subtils de la cuisson et fera office de canapé savoureux.
 

J’ai accompagné mes brochettes de grives de purée de pomme de terre maison gratinée au four…

Un Pomerol (rive droite bordelaise) accompagnera avec superbe et prestige, ce gibier délicat. Des vins de grande richesse aromatique, tout en soyeux, en velouté, mais aussi en puissance.
Il s’agit d’une de mes appellations préférées. J’ai un énorme faible pour le Château La Fleur, une merveille qui s’étend sur 4 hectares seulement, un bijou qui flirte avec la perfection.

Partager cet article

Repost 0
Publié par Jeanne Girardot
commenter cet article

commentaires