Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Découvrez les Gelées de Tartine Jeanne

Gelees-de-Raisin-lo.jpg

 

Vous Cherchez ?...

Mes Grilled Cheeses

La recette du moment

Que Faire Avec...

Cadeaux Gourmands

A Propos De...

10 juin 2010 4 10 /06 /juin /2010 06:30

Je suis une inconditionnelle de la rhubarbe. Je l’adore tout simplement et je trouve que la fraise, avec son côté sucré est un excellent compagnon pour ce légume insolite. Voici une idée de dessert qui m’est venue en commandant une glace non loin de la plage. Vous connaissez ces petites coupelles en biscuit dans lesquelles on met de la glace. Eh bien j’ai voulu reprendre l’idée pour accompagner ma compote fraise rhubarbe. Avec une boule de crème glacée à la vanille c’est un véritable régal !

  Coupelle gourmande Fraise Rhubarbe 2

Les ingrédients pour 8 personnes :

 

 8 boules de glace vanille

 

Pour la compote fraise rhubarbe

 500g de rhubarbe coupée en morceaux

 500g de fraises

 80g de sucre roux

 

Préparation de la compote fraise rhubarbe

Dans une casserole, commencer à feu doux, la cuisson de la rhubarbe avec la moitié des fraises, un fond d’eau et le sucre. Bien mélanger, couvrir et laisser cuire une vingtaine de minutes. Ajouter ensuite le reste des fraises. Mélanger et laisser encore cuire une dizaine de minutes. Laisser refroidir.

 

Pour 8 coupelles

 50g de farine

 50g de beurre salé fondu

 30g de sucre roux

 50g d’amandes effilées

10cl de sirop de sucre de canne


Préparation
1. Mélanger l’ensemble des ingrédients et battre de sorte à obtenir un ensemble assez liquide et homogène.

 

2. Préchauffer le four à 180°C. Recouvrir deux plaques de papier sulfurisé. Déposer le contenu d’une bonne cuiller à soupe du mélange obtenu et l’étaler légèrement en mouvements circulaires.

 

3. Passer au four 8 minutes, jusqu’à ce que les ronds soient bien dorés.

                                                                                                 

4. À l’aide d’un gant isotherme, détacher les ronds et les placer immédiatement dans un bol large de sorte à ce qu’ils prennent leur forme incurvée et laisser refroidir.

 

Montage

Ne réaliser cette étape qu’au moment de servir.

Déposer chaque coupelle sur une assiette à dessert. Dans chaque coupelle déposer 4 cuillers à soupe de compote fraise rhubarbe. Ajouter enfin une boule de glace vanille, et pour les gourmands, un peu de crème chantilly…

Servir immédiatement

 

 Coupelle gourmande Fraise Rhubarbe

 

Mon-accord-copie-1.jpgPour ce dessert je choisis volontiers un blanc liquoreux car l’acidité de la rhubarbe contrebalancera parfaitement le côté sucré du vin. Pourquoi ne pas opter pour un Loupiac. vin blanc liquoreux du bordelais ?

Repost 0
Publié par Jeanne Girardot
commenter cet article
7 juin 2010 1 07 /06 /juin /2010 06:30

Le temps des salades vertes et fraîches qui caractérise le retour des beaux jours est enfin revenu. A nous les crudités et les tomates cerise cueillies dans le jardin. Que du bonheur !

Pour agrémenter les beaux produits de l’été, il faut bien une vinaigrette digne de ce nom. Une vinaigrette qui, tout en relevant habilement une salade, rend à tous les ingrédients qui la composent toutes leurs saveurs.

Cette recette, je l’ai élaborée au fil des années, au gré des salades en y ajoutant chaque fois, un ingrédient qui faisait la différence et la rendait plus savoureuse que la précédente.

Aussi surprenant que cela puisse paraître, j’ai découvert que la présence de lait permettait à la fois d’assouplir et de lier ma vinaigrette. Lorsqu’elle était trop épaisse à cause du mélange moutarde huile d’olive, plutôt que d’accentuer son acidité en lui ajoutant du vinaigre, le lait venait la fluidifier et l’adoucir.

C’est ainsi que de fil en aiguille, j’en suis arrivée à cette recette qui me vaut les éloges systématiques de mon mari…

  Vinaigrette

Les ingrédients pour 50cl de vinaigrette:

 20cl d’huile d’olive

 10cl de lait

 ½ cuiller à café d’huile de sésame

 1 cuillers à café de sauce soja

 8 cuillers à soupe de vinaigre balsamique

 2 cuillers à soupe de vinaigre de vin vieux

 2 cuillers à soupe de vinaigre aromatisé à la noix

 1 cuiller à soupe de moutarde forte

 1 cuiller à soupe de miel liquide

 1 cuiller à café d’ail semoule

 1 cuiller à café de curry

 ½ cuiller à café de curcuma

½ cuiller à café de poivre blanc

½ cuiller à café de sel


Préparation

La technique du bocal

Voici ma technique infaillible pour réussir ma vinaigrette, mais surtout pour battre des records de temps de préparation. Il suffit de se munir d’un bocal suffisamment grand pour que la totalité des ingrédients ne le remplisse qu’aux 3/4.

Le geste est simple : on secoue vivement et énergiquement le contenu du bocal (fermé bien en tendu) de sorte à ce que les ingrédients se mélangent et ne forment plus qu’un mélange homogène. Un jeu d’enfant…

 

1. Dans le bocal, mettre la moutarde, le miel, la sauce soja et les vinaigres. Fermer le bocal et secouer vigoureusement.

2. Ajouter l’huile d’olive, le lait, les épices, le sel et le poivre. Fermer le bocal et secouer vigoureusement.

 

A ce stade, il convient de goûter le mélange et d’ajuster l’assaisonnement selon les préférences. Il m’arrive d’ajouter un peu plus de lait pour un en semble plus doux et plus fluide, de la moutarde pour une vinaigrette plus crémeuse et relevée...  

Je fais toujours une grande quantité de vinaigrette. D'une part parce que nous sommes de grands consommateurs, et d'autre part parce que j'aime en avoir toujours d'avance, c'est plus pratique.

Celle-ci se conserve 2 jours et un peu plus si elle est mise au réfrigérateur…

 

Vinaigrette2

Repost 0
Publié par Jeanne Girardot
commenter cet article
3 juin 2010 4 03 /06 /juin /2010 06:30

J’ai, depuis quelques années déjà, pris l’habitude de faire mon pain moi-même. Nous ne sommes pas bien nombreux à la maison, à peine trois, mais j’en fais toujours une bonne quantité car nous sommes d’assez gros consommateurs et puis, il y a toujours quelqu’un qui passe à la maison… De plus, je congèle systématiquement le pain que je fais, coupé en tranches, ainsi, je décongèle juste ce dont j’ai besoin le moment venu.

Nous avons tout récemment emménagé dans l’Entre Deux Mers, et, bien que je fasse mon pain, je ne manque jamais de me familiariser avec la boulangerie la plus proche, juste histoire de se faire plaisir de temps en temps, et de prendre des idées… La découverte de notre boulangerie n’a pas été un déception et il m’arrive bien souvent de me faire plaisir en achetant toutes sortes de pains différents. J’adore. Pour moi le pain, c’est un peu comme du gâteau. Non, mieux.

Toujours est-il que j’ai découvert une nouvelle sorte de pain que la boulangerie appelle « Tortillon ». Je trouve que le nom n’a rien à voir avec ce pain. J’ignore où ils ont été chercher ce nom. D’ailleurs ils appellent la « Sarmentine » -dont j’ai déjà parlé- la « Quatre Coins ». Si la créativité des noms n’est pas leur fort, je dois bien admettre que la qualité de leurs pains est impeccable. Ce Tortillon est à se damner ! La plupart du temps, j’ai déjà dévoré la moitié le temps de rentrer à la maison.

Il s’agit d’un pain aux noisettes, aux figues et aux raisins secs. J’ai donc pris l’idée et reproduit le pain. Je dois dire que je suis assez satisfaite du résultat…

Pain aux Noisettes, aux Figues et aux Raisins Secs 2 

 

Les ingrédients pour 2 pains :

200g de farine complète

300g de farine blanche

50g de farine de sarrasin

35cl d’eau tiède

2 bonnes cuillers à soupe de miel liquide

1 grosse poignée de noisettes (un mélange de concassées et d’entières) légèrement grillées au four

1 grosse poignée de raisins secs (mélange blonds et noirs)

1 poignée de figues séchées coupées en tout petits dés

1 bonne pincée de cannelle moulue

1 sachet de levure de boulangerie

1 cuiller à café de sel

 

Préparation

1. Réhydrater la levure dans l’eau tiède. Patienter quelques minutes, le temps qu’une mousse se forme. Ajouter le miel et mélanger.

 

2. Mélanger les farines, la cannelle et le sel et y incorporer la levure réhydratée. Pétrir longuement jusqu’à l’obtention d’un pâton lisse et qui ne colle pas. Ajouter les noisettes, les dés de figue et les raisins secs et pétrir à nouveau afin de les intégrer de façon homogène.

 

3. Modeler un grand pain (ou deux moyens et le déposer sur une plaque recouverte de papier cuisson. Couvrir d’un linge et laisser reposer 2 heures. Le pain doit avoir doublé de volume et être attachés les uns aux autres. Quelques minutes avant de les passer au four, préchauffer le four à 250°C.

 

4. Badigeonner généreusement le pain d’eau puis, saupoudrer d’un voile de farine. Faire quelques incisions sur le pain. Placer au four accompagné d’un petit ramequin rempli d’eau à mi hauteur. Faire cuire 8 minutes à 250°C, puis baisser à 180°C et laisser cuire encore 30 minutes pour les pains moyens et 40 minutes pour le grand.

 

Pain aux Noisettes, aux Figues et aux Raisins Secs 4

Repost 0
Publié par Jeanne Girardot
commenter cet article
2 juin 2010 3 02 /06 /juin /2010 06:30

Voilà deux ans que ce petit blog tourne et me fait plaisir au quotidien. Pour fêter cela, voici de délicieuses tartelettes…

  Tartelettes framboises3

Les ingrédients pour 8 à 12 tartelettes : 

1 pâte sablée

250g de framboises fraîches ou surgelées

 

Pour la crème citron amandes

2 oeufs

2 jus citrons + le zeste d’1/2 

70g de sucre

30g de beurre

50 de poudre d’amandes

1 goutte d’extrait d’amandes

 

Pour le miroir de framboise

5cl de sirop de framboise dilué dans 5cl d’eau

2g d’agar agar, ou à défaut, 2 feuilles de gélatine

 

Préparation

1. Préchauffer le four à 180°C. Découper des petits ronds de pâte brisée de la taille de vos moules à tartelette et les y déposer.

On pourra ajouter un pue de poudre d’amandes à la pâte brisée, ainsi qu’un peu d’extrait d’amandes, cela accentuera les saveurs.

 

2. Préparer la crème citron amandes

Mettre une casserole d’eau à frémir pour le bain-marie. Dans un saladier qui servira pour le bain-marie, battre les œufs avec les sucres et ajouter le jus de citron et les zestes. Mettre le saladier dans la casserole d’eau frémissante pour débuter la cuisson. Battre de temps en temps. Lorsque le mélange commence à épaissir légèrement, ajouter le beurre fondu petit à petit sans cesser de remuer. Arrêter la cuisson quand la texture devient un peu plus épaisse. Ajouter alors la poudre d’amande et bien mélanger le tout.

 

3. Etaler la crème citron amandes sur les fonds de tarte. Y déposer les framboises.

 

4. Préparer le miroir de framboises

Dans une casserole, faire bouillir le sirop de framboise dilué dans l’eau. Ajouter l’agar agar, ou la gélatine préalablement trempée dans de l’eau froide, remuer et porter à ébullition. Laisser refroidir puis verser sur les framboises pour les recouvrir. Placer au frais au moins 1 heure, et jusqu’au moment de servir.

Tartelettes framboises2

 

Mon-accord-copie-1.jpgChampagne ! Il faut bien cela pour fêter les deux ans de ce blog !

Repost 0
Publié par Jeanne Girardot
commenter cet article
1 juin 2010 2 01 /06 /juin /2010 11:30

Cela fait déjà deux ans que je fais mon petit bout de chemin sur la blogosphère culinaire et, je dois bien l'avouer, cela m'a apporté bien des joies etde jolies rencontres!

J'espère bien avoir le plaisir de poursuivre cette aventure encore longtemps...

Pour fêter cela, des petites tartelettes framboises, citron et amandes. La recette arrive...

  Tartelettes framboises

 

Repost 0
Publié par Jeanne Girardot
commenter cet article
31 mai 2010 1 31 /05 /mai /2010 06:00

Voici encore une tarte qui appelle l’accord avec le vin blanc liquoreux qui pour moi est un challenge savoureux. J’utilise ici une ficelle facile, celle du bleu, qui reste indétrônable dans les accords avec les liquoreux, mais cela ne m’empêche pas de me faire plaisir en jouant avec les saveurs du fenouil…Un délice !

  Tarte au Fenouil Miellé et au Bleu 2

Les ingrédients pour 4 personnes:

 1 rouleau de pâte feuilletée

 2 bulbes de fenouil

 100g de fromage bleu écrasé

 2 cuillers à soupe de miel

 2 oeufs

 2 cuillers à soupe de lait

 2 cuillers à soupe de fromage frais (type Saint Morêt)

4 cuillers à soupe d’huile d’olive

½ cuiller à café de poivre blanc


Préparation
1. Préchauffer le four à 150°C. Couper les bulbes de fenouil en lamelles et les placer dans un plat à gratin. Les napper d’huile d’olive et  ajouter le miel par-dessus. Recouvrir d’une feuille d’aluminium et passer au four pendant 45 minutes.

Je préfère prendre du miel en crémeux, qui se répartit mieux et plus lentement sur le fenouil en fondant.

On pourra faire cuire le fenouil à l’avance (jusqu’à deux jours avant de réaliser la tarte). Il est d’ailleurs délicieux dégusté tout seul comme cela…

2. Faire cuire la pâte feuilletée à blanc. Pendant ce temps, battre les œufs dans une jatte et y ajouter le lait, le fromage frais, le bleu, et le poivre.

Le choix du fromage dépendra du degré auquel vous le supportez. Le Roquefort sera pour les grands amateurs, et le Bleu d’Auvergne, plus doux,  pour ceux qui préfèrent une saveur modérée…

3. Sur le fond de tarte disperser le fenouil et verser dessus le mélange précédemment obtenu. Passer au four une trentaine de minutes à 180°C, jusqu’à ce que la tarte soit bien dorée.

 

Tarte au Fenouil Miellé et au Bleu

 

Mon-accord-copie-1.jpg J’aime aller me promener du côté des Coteaux du Layon une fois de temps en temps. Issu d’un cépage que j’aime beaucoup, le Chenin Blanc, nerveux et racé, il apporte au vin une large palette d’arômes, parmi lesquels le coing, le miel –qui sera fort à propos ici- et la poire…  

Repost 0
Publié par Jeanne Girardot
commenter cet article
21 mai 2010 5 21 /05 /mai /2010 06:30

Je dois bien l’avouer, c’est en Californie que j’ai découvert un monde de nouveautés en termes culinaires. Eh oui ! C’est dans cette belle contrée américaine, où j’ai vécu deux ans, que mon penchant pour la cuisine s’est précisé. Loin des stéréotypes bien connus, la Californie est un endroit où l’on mange particulièrement sain et où le phénomène « Bio » est très en vogue.

Cependant à côté de tous ces beaux « Farmers Markets » regorgeant de fruits et légumes plus beaux es uns que les autres, ont trouve également toutes sortes des restaurants de fast food en tous genres. Eh oui, Californie ou pas, on est tout de même aux Etats Unis...

C’est ainsi que j’ai découvert les wraps. C’est une amie Canadienne qui m’a proposé de nous retrouver pour déjeuner à Petaluma, dans une chaîne de restaurants appelée « Great Wraps ». Moi qui ne suis pas particulièrement amatrice de sandwiches – à moins qu’ils soient vraiment spéciaux- j’ai beaucoup aimé cette alternative. Il s’agit d’une galette de blé, comme celles des tortillas, fourrée d’une combinaison d’éléments choisis dans une très large palette d’ingrédients et de sauces, le tout généralement servi chaud.

Dans ma cuisine j’aime en préparer des chauds comme des froids, surtout lorsque je manque de temps car ils constituent un repas très rapide à préparer et permettent souvent de vider e réfrigérateur et les placards...

Wrap Jambon Grillé, Fromage Frais et Pousses d’Epinards

 

Les ingrédients pour 4 personnes:

 4 galettes de blé

 2 tranches de jambon

 150g de fromage frais (type Saint Morêt)

 2 gousses d’ail écrasées

 Quelques pousses d’épinards

 3 cuillers à soupe de gomasio (sel de sésame) -à défaut, des graines de sésame

 1 cuiller à café d’herbes de Provence

1 cuiller à soupe d’huile d’olive

½ cuiller à café de mélange de poivres concassés

½ cuiller à café de fleur de sel

 

Préparation

 1. Couper les tranches de jambon en petits carrés d’1cm de côté environ. Dans une poêle, faire chauffer l’huile d’olive et y jeter les carrés de jambon. Faire griller à feu vif. Ajouter les herbes de Provence et l’ail écrasé. Laisser refroidir.

2. Dans une jatte, mélanger le fromage frais avec le jambon, le sel, le poivre et le gomasio.

3. Etaler le mélange de jambon et de fromage frais sur chaque galette de blé, y déposer également quelques pousses d’épinard. Rouler les galettes sur le mélange. C’est prêt !  

 Wrap Jambon Grillé, Fromage Frais et Pousses d’Epinards

On pourra également servir ce wrap chaud, en ajoutant le fromage frais et le gomasio directement dans la poêle à la fin de la cuisson du jambon.

 

Cette recette participe au Concours de recettes Drunch Mexicanté (apéro dinatoire mexicain) organisé par Mexicanté / Odelices.com

avc_26_mexicante_400x100

 

Mon-accord-copie-1.jpgPour ces petits wraps je choisis un vin rouge à dominance de Merlot, en allant chercher vers les Côtes de Blaye, une appellation du Bordelais.

Repost 0
Publié par Jeanne Girardot
commenter cet article
20 mai 2010 4 20 /05 /mai /2010 06:30

Durant mon année passée dans une famille américaine du Middle West, j’ai découvert ce qu’étaient les cookies. Bien entendu, je connaissais déjà les cookies, ceux que l’on trouve au supermarché, un peu dur, ou un peu secs, avec quelques pépites de chocolat et rares morceaux de noix ou de noisettes. Rien de transcendant. Rien de comparable avec ce qui sortait du four familial des Ethridge. 

Lorsque Karen, ma mère d’accueil américaine m’a dit qu’elle préparait des cookies, je n’étais pas particulièrement impatiente à l’idée de les goûter, juste curieuse. Mais quand j’ai mordu dans cette merveille tiède à la fois croquante et moelleuse, j’ai bien vite changé d’avis sur la question. Vraiment rien de comparable. A croire qu’il y aurait une erreur de dénomination sur les paquets ce que l’on trouve en supermarché… C’en est presque scandaleux.

Ahh les fameux cookies de Karen… Inoubliables ! J’allais même jusqu’à manger la pâte crue des cookies qu’elle gardait au réfrigérateur pour pouvoir en faire à la demande. C’était à tomber par terre ! Elle m’a donné sa recette, mais je dois dire que je n’ai jamais réussi à reconstituer la saveur et la texture si particulières de ces merveilles. Vous me direz, peut-être que mon souvenir a du être légèrement peu biaisé avec le temps et que je mets ces cookies sur un piédestal.

En attendant, j’ai tout de même fait en sorte de mettre au point la recette des cookies qui, non sans être ceux de Karen, m’apportent le délice et le réconfort que l’on peut attendre de tels biscuits…

  Cookies à la Noisette et au Chocolat 3

Les ingrédients pour 15 cookies géants ou 25 à 30 petits :

 150g de farine

 80g de poudre de noisette

 150g de beurre salé ramolli en pommade

 125g de cassonade ou sucre roux

 1 œuf

 80g de noisettes concassées très grossièrement

 100g de pépites de chocolat noir ou au lait

1 sachet de levure chimique

 

Préparation
Cookies à la Noisette et au Chocolat1. Mélanger le beurre avec la cassonade, la farine, la poudre de noisette et la levure. Mélanger l’ensemble qui doit être friable. Ajouter ensuite l’œuf battu. Bien mélanger le tout pour obtenir une pâte très ferme et difficile à travailler.

2. Préchauffer le four à 200°C. Former des boules de 5cm de diamètre environ. Les disposer sur une plaque recouverte de papier cuisson et les aplatir légèrement.

3. Parsemer les cookies de noisettes et de pépites de chocolat en exerçant une légère pression dessus, de sorte à ce qu’elles adhèrent à la pâte.

4. Placer au four et laisser cuire 8 à 10 minutes à 200°C.

 

 

Cookies à la Noisette et au Chocolat 2

    

Mon-accord-copie-1.jpgMoi qui n’en bois jamais, le lait a ici une place délicieusement régressive, fabuleuse, presque indispensable...

 

 

Repost 0
Publié par Jeanne Girardot
commenter cet article
18 mai 2010 2 18 /05 /mai /2010 06:30

Depuis que nous avons fait l’acquisition d’un laminoir, nous avons, à plusieurs reprises, organisé des « ateliers pâtes » afin de dompter l’engin et, par la même occasion, d’améliorer tant la qualité de notre production que notre rendement. Après avoir laissé se coller entre elles nos belles tagliatelles pour avoir été trop peu généreux sur la farine, nous nous sommes peu à peu rodés et nous sommes lancés dans la confection de raviolis. Ces derniers sont nettement plus simples à réaliser avec un laminoir ! C’est plus régulier et la pâte peut être bien fine si on le souhaite !

Voici pour ces raviolis, une association qui me tient tout particulièrement à cœur, le chèvre, le miel et le jambon cru. Sublimés par les herbes de Provence, ces trois ingrédients ont de l’avenir ensemble !

 Raviolis au Chèvre frais, Miel et Jambon Cru 2

Les ingrédients pour 4 personnes:

 

Pour la pâte à raviolis

Compter 100g de farine, 1 œuf, et un peu de sel par personne.

 400g de farine

 4 oeufs

4 cuillers à soupe d’huile d’olive

½ cuiller à café de sel

 

Préparation de la pâte

1. Mélanger les œufs battus légèrement avec la farine, l’huile d’olive et le sel. Pétrir jusqu’à l’obtention d’un pâton lisse et souple.

 

2. Passer des petits boudins au laminoir ou les étaler à l’aide d’un rouleau à pâtisserie. User de farine afin que les bandes ne collent pas.

On doit pouvoir voir ses mains au travers de la bande de pâte. 

 

3. Découper des ronds de 14 cm de diamètre pour de grands raviolis et de 8cm de diamètre pour de plus petits. Fariner au besoin, pour éviter qu’ils ne collent. Réserver.

 

Raviolis au Chèvre frais, Miel et Jambon Cru - CrusPour la farce

 2 tranches de jambon cru

 150g de fromage de chèvre frais (type Chavrou)

4 cuillers à café de miel

1 cuiller à café d’herbes de Provence

½ cuiller à café de poivre blanc

½ cuiller à café de sel


Préparation de la farce

1. Couper le jambon cru en petites lanières. Dans un bol, écraser le fromage de chèvre frais et y ajouter le miel. Passer le mélange 10 secondes au micro ondes pour que l’ensemble devienne plus liquide. Ajouter ensuite les herbes de Provence, le sel et le poivre. Incorporer enfin les lanières de jambon cru. Mélanger l’ensemble des ingrédients.

 

2. Placer l’équivalent d’une cuiller à soupe de mélange au centre d’un disque de pâte sur deux. Mouiller les extrémités du disque et le refermer avec un autre disque. Exercer une légère pression sur le contour de chaque ravioli, de sorte à ce qu’il ne s’ouvre pas lors de la cuisson.

 

3. Faire bouillir une grande casserole d’eau et y plonger les raviolis. Laisser cuire 6 minutes.

 

Raviolis au Chèvre frais, Miel et Jambon Cru

Servir immédiatement avec un filet d’huile d’olive

 

Mon-accord-copie-1.jpgDe prime abord, j’opterais plutôt pour un vin blanc sec assez aromatique et de caractère, comme un Vouvray, issu du cépage Chenin Blanc et originaire du val de Loire.

Mais pourquoi ne pas opter également pour un vin blanc liquoreux, pour faire un parallèle avec la touche de miel ? Cela me semble également judicieux. Un Monbazillac, par exemple ? Issu de Dordogne, il est élaboré à partir des cépages principaux, Sauvignon, Muscadelle et Sémillon.

Repost 0
Publié par Jeanne Girardot
commenter cet article
11 mai 2010 2 11 /05 /mai /2010 06:30

Si cette tarte est le résultat presque improbable d’une improvisation de dernière minute, elle a tout particulièrement retenu l’attention de mon Laurier de mari, qui en a mangé les trois quarts ! La délicieuse association du Munster au vin blanc et aux oignons est tout simplement bluffante ! A essayer absolument !

 Tarte au Munster

Les ingrédients pour 4 personnes:

 1 rouleau de pâte feuilletée

 1 petit munster

 4 oignons

 1 cuiller à soupe de moutarde

 3 cuillers à soupe de crème fraîche épaisse

 15cl de vin blanc sec

 1 grosse noix de beurre

1 cuiller à soupe d’huile d’olive

½ cuiller à café de mélange de poivres concassés

½ cuiller à café de fleur de sel


Préparation
1. Emincer les oignons et couper le munster en petits morceaux. Faire précuire la pâte feuilletée au four en prenant soin de la piquer pour éviter qu’elle ne gonfle.

 

2. Dans une sauteuse, faire fondre le beurre avec l’huile d’olive et  jeter les oignons. Laisser dorer légèrement et mouiller avec le vin blanc. Remuer et laisser réduire à feu très doux. Lorsque le vin est absorbé, ajouter la crème et la moutarde et mélanger le tout, saler et poivrer. Ajouter enfin le munster et laisser fondre. Lorsque l’ensemble est homogène, arrêter la cuisson.

3. Verser le mélange obtenu précédemment sur le fond de tarte et étaler uniformément. Passer au four préchauffé 10 à 15 minutes, le temps que la tarte dore.

 

Servir immédiatement accompagné d’une salade verte par exemple.

 

 Mon-accord-copie-1.jpgPour cette tarte aux puissantes saveurs, je choisis un Muscadet Sèvre et Maine sur Lie, qui se caractérise par le fruité et l’acidité.

Repost 0
Publié par Jeanne Girardot
commenter cet article