Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Découvrez les Gelées de Tartine Jeanne

Gelees-de-Raisin-lo.jpg

 

Vous Cherchez ?...

Mes Grilled Cheeses

La recette du moment

Que Faire Avec...

Cadeaux Gourmands

A Propos De...

12 octobre 2009 1 12 /10 /octobre /2009 06:30

Profitons de ces derniers beaux jours pour terminer la saison en beauté avec des plats estivaux comme cette salade de pâtes.

Je ne suis généralement pas très friande des salades de pâtes, elles sont bien souvent insipides et les pâtes toutes flasques car imbibées du jus des légumes.

C’est Mathilde qui m’a réconciliée avec ce plat lors de ma dernière visite chez elle. En fait, c’est un ingrédient magique qui fait toute la différence : le chèvre frais ! Cela change tout à la texture de cette salade. A essayer sans faute!


Les ingrédients pour 6 personnes:
 400g de pâtes cuites al dente
 200g de chèvre frais
 2 cuillers à soupe de crème fraîche
 2 cuillers à soupe de pignons de pin
 2 tomates bien mûres
 ½ poivron rouge
 ½ poivron jaune
½ concombre
½ cuiller à soupe d’ail semoule
 1 bonne cuiller à soupe de ciboulette ciselée
½ cuiller à café de mélange de poivres concassés
½ cuiller à café de fleur de sel

Préparation
1. Laver et couper l’ensemble des légumes en petits dés.

2. Mélanger le chèvre frais avec la crème, la ciboulette, l’ail semoule, le sel et le poivre.

3. Mélanger la crème de chèvre avec les pâtes et y ajouter les légumes ainsi que les pignons. Bien mélanger le tout et placer au frais. Sortir du réfrigérateur une demi heure avant de servir.


A plat estival, vin etsival, un rosé de Provence fera bien l’affaire…


Repost 0
Publié par Jeanne Girardot
commenter cet article
5 octobre 2009 1 05 /10 /octobre /2009 06:30

Vous connaissez les poêlées forestières que l’on trouve immanquablement au rayon surgelés des grandes surfaces ? J’avoue toujours avoir été déçue par leur saveur un tant soit peu uniforme et le fait que finalement, l’ensemble ne soit pas vraiment délicieux. Rien de tel alors, qu’une poêlée faite maison, avec de bon produits de saison. Les pommes de terre Ratte me semblent sublimer cette poêlée aux allures campagnardes… 

Les ingrédients pour 6 personnes:

 500g de pomme de terre Ratte
 2 oignons émincés
 2 petites gousses d’ail écrasés
 150g de lardons fumés
 200g de champignon de Paris émincés
1 cuiller à soupe d’huile d’olive
½ cuiller à café de mélange de poivres concassés
½ cuiller à café de fleur de sel

Préparation
1. Faire cuire les pommes de terre 10 minutes à l’autocuiseur. Il faut qu’elles restent fermes.

2.
Dans une sauteuse, faire cuire les lardons. Lorsqu’ils commencent à griller, ajouter les oignons, le persil, ainsi que l’ail. Laisser cuire quelques minutes en remuant de temps en temps. Ajouter ensuite les champignons et poursuivre la cuisson quelques minutes.


3.
Ajouter les pommes de terre entières avec un peu d’huile d’olive et mélanger l’ensemble. Laisser dorer les pommes de terre légèrement, saler, poivrer, c’est prêt.


Ce plat peut être proposé en plat principal, mais aussi accompagner une viande, pourquoi pas un gibier ?


Sur ce plat, je choisis un Médoc, vin rouge du Bordelais, à dominance de cépage Cabernet Sauvignon. Ils sont généralement bien structurés et méritent d’attendre au moins 3 ans avant d’être dégustés.

Repost 0
Publié par Jeanne Girardot
commenter cet article
2 octobre 2009 5 02 /10 /octobre /2009 06:30

Proposer des sablés fait toujours plaisir. Ces petites douceurs disparaissent généralement en un temps record. Il m’arrive souvent d’en apporter au bureau car contrairement à un gâteau, pas besoin, de petite assiette, de cuiller et de petite serviette pour se faire plaisir. Et puis, il n’y a rien de meilleur que de manger un délicieux biscuit du bout des doigts…


Les ingrédients pour 4 personnes
 200g de farine
 125g de poudre d’amandes
 125g de sucre en poudre
 100g de beurre salé ramolli en pommade
 1 œuf + 1 jaune
 50g d’amandes effilées
 Confiture de myrtilles

Préparation
1. Battre l’œuf avec le sucre. Ajouter la farine, le beurre et la poudre d’amandes. Bien mélanger jusqu’à l’obtention d’un mélange sableux. Former une boule et recouvrir de film étirable et placer au réfrigérateur au moins une demi heure.


2.
Etaler la pâte et à l’aide d’emporte pièces fantaisies, découper des cercles d’environ 6 à 8cm de diamètre avec l’intégralité de la pâte. Prélever un centre de 3 à 4cm de diamètre sur la moitié des sablés.


3.
Préchauffer le four à 210°C. Battre le jaune d’œuf avec quelques gouttes de lait. Sur une plaque de four recouverte de papier sulfurisé, placer les sablés « percés » sur les sablés « pleins ». Disposer une demi cuiller à café de confiture au centre de chaque sablé.


4.
Badigeonner les bords de jaune d’œuf et parsemer d’amandes effilées.


5.
Passer au four 12 à 15 minutes. Laisser refroidir.


null
Si ces sablés ne sont pas servis à l’heure du thé, pourquoi ne pas opter pour un Crémant (vin obtenu par la méthode traditionnelle) ? Point besoin d’ajouter du sucre là-dessus…

 

 

Repost 0
Publié par Jeanne Girardot
commenter cet article
30 septembre 2009 3 30 /09 /septembre /2009 06:30

Voici un dessert qui, rien que par son nom, évoque le soleil, l’été et le Sud. Je l’ai découverte il y a quelques années grâce à ma belle famille qui a une maison en Provence, où cette tarte est une institution. Avec son petit goût de fleur d’oranger, elle est absolument irrésistible.

Il s’agit d’un dessert composé d’une brioche ronde et assez plate, fourrée d’une délicieuse crème réalisée de crème pâtissière. Avec son petit goût de fleur d’oranger, ce dessert est absolument irrésistible.


Les ingrédients pour 4 personnes:

Pour la brioche
 250g de farine
 60g de beurre salé ramolli en pommade
 1 œufs + 1 jaune pour le dorage
 60g de sucre en poudre
8cl de lait
2 cuillers à soupe de sucre perlé
1/2 sachet de levure du boulanger
quelques gouttes d’arôme de fleur d’oranger

Préparation de la brioche
1. Faire fondre le beurre dans le lait. Laisser tiédir et ajouter la levure. Ajouter ce mélange à la farine, pétrir, puis incorporer les œufs battus. Pétrir longuement jusqu’à l’obtention d’une pâte souple qui ne colle pas.

2. Faire une boule et laisser lever 1 à 2 heures, jusqu'à ce qu'elle ait doublé de volume. Pétrir à nouveau rapidement, façonner une boule. Placer sur une plaque recouverte de papier sulfurisé. A l'aide d'un rouleau à pâtisserie, applatir la boule.

3. Laisser lever à nouveau une heure environ. Préchauffer le four à 180°C.

4. Lorsque la brioche a légèrement levé, badigeonner le dessus avec le jaune d’œuf additionné de quelques gouttes de lait. Saupoudrer de sucre perlé. Placer au four et laisser cuire une vingtaine de minutes.

Pour le garnissage
 ½ L de lait
 150g de beurre
70g de fécule de maïs
 3 œufs
 180g de sucre en poudre
4 sachets de sucre vanillé
2 briquettes de crème liquide entière
quelques gouttes d’arôme de fleur d’oranger

Préparation de tarte
1. Dans une jatte, battre les œufs avec le sucre jusqu’à ce que le mélange blanchisse. Ajouter le beurre, la fécule de maïs, le sucre et l’arôme de fleur d’oranger. Réserver.

2. Faire bouillir le lait avec le sucre vanillé. Verser sur le mélange obtenu à la première étape en battant vivement avec un fouet. Remettre le mélange dans la casserole et remettre le tout sur feu doux. Laisser la crème épaissir sans cesser de battre. Cela prend 2 à 3 minutes.

3. Battre la crème fleurette afin d’obtenir une crème fouettée. Incorporer cette crème à la crème pâtissière. Couper la brioche en 2 dans son épaisseur. Étaler la crème sur le fond et recouvrir avec le dessus de la brioche. Placer au réfrigérateur au moins une heure avant de déguster.


Pour accompagner cette tarte tropézienne, je choisis tout simplement un Champagne Brut.

Repost 0
Publié par Jeanne Girardot
commenter cet article
28 septembre 2009 1 28 /09 /septembre /2009 06:30

Voici encore une quiche qui est la bienvenue le dimanche soir, lorsque l’on a besoin d’un peu de courage dans la perspective de reprendre le travail dès le lundi matin. Si cette recette rappelle que l’automne est sur le point d’arriver, elle ne manque pas de ravir les papilles. 


Les ingrédients pour 4 personnes:

 1 rouleau de pâte brisée ou feuilletée
 3 gros oignons
 100g de champignons de Paris émincés
 5 tranches de poitrine fumée
 1 bonne poignée de cerneaux de noix
 100g de champignons
 1 cuiller à soupe d’ail semoule
 1 cuiller à soupe de persil ciselé
 4 cuillers à soupe de fromage frais (type Saint Morêt)
 2 cuillers à soupe de crème fraîche
 3 cuillers à soupe de lait
 2 oeufs
2 cuiller à soupe d’huile d’olive
½ cuiller à café de mélange de poivres concassés
½ cuiller à café de fleur de sel

Préparation
1. Faire précuire le fond de tarte.

2. Dans une sauteuse, faire dorer les oignons émincés avec un peu d’huile d’olive. Lorsqu’ils sont translucides,  ajouter les champignons, ainsi que le persil et l’ail semoule. Laisser cuire à feu doux et à couvert pendant une dizaine de minutes. Réserver.

3.
Préchauffer le four à 180°C. Dans une jatte, battre les œufs et y ajouter la crème, le fromage frais, le lait, le sel et le poivre.


4.
Sur le fond de tarte, étaler le mélange de champignons et verser les œufs battus dessus. Disposer les tranches de poitrine fumée et parsemer de cerneaux de noix.


5.
Placer au four et laisser cuire une trentaine de minutes.


Cette quiche peut s’accompagner d’une salade de mâche ou de pissenlits…


Pourquoi ne pas opter pour un vin de la région de Bordeaux. Je choisis un Premières Côtes de Bordeaux, produit principalement à partir du cépage Merlot. Il est plutôt fruité et épicé et généralement plein de souplesse et de rondeur.

Repost 0
Publié par Jeanne Girardot
commenter cet article
25 septembre 2009 5 25 /09 /septembre /2009 06:30

Ce délicieux gâteau s’apparente au gâteau breton, dont j’ai déjà parlé, à la différence près qu’il contient de la poudre d’amande. La framboise s’associe particulièrement bien avec l’amande, c’est pourquoi j’ai voulu recréer ce mariage dans ce biscuit. Cela dit, on pourra imaginer d’autres confitures pour fourrer ce gâteau.


Les ingrédients pour 4 personnes:
 200g de farine
 125g de poudre d’amandes
 125g de sucre en poudre
 100g de beurre salé ramolli en pommade
 1 œuf + 1 jaune
 Confiture de framboises

Préparation
1. Battre l’œuf avec le sucre. Ajouter la farine, le beurre et la poudre d’amandes. Bien mélanger jusqu’à l’obtention d’un mélange sableux. Former une boule et recouvrir de film étirable et placer au réfrigérateur au moins une demi heure. Beurrer un moule à gâteau, de préférence rond et légèrement creux.

2.
Etaler la pâte sur environ 1cm d’épaisseur. Découper un cercle de la taille du moule à gâteau beurré et le placer au fond. Former ensuite un boudin de pâte d’1cm de diamètre que l’on placera sur le cercle de pâte, le long des bords, exercer une légère pression pour le faire adhérer au cercle de pâte inférieur. Disposer de la confiture de framboise à l’intérieur de ces boudins sur une demi centimètre d’épaisseur. Former un dernier cercle de pâte et le placer au dessus de la confiture. Presser légèrement en prenant soin de ne pas laisser échapper la confiture.

3.
Préchauffer le four à 210°C. Battre le jaune d’œuf avec quelques gouttes de lait. Badigeonner le dessus du biscuit avec ce mélange. Faire des stries à l’aide d’une fourchette.

4.
Passer au four 25 minutes. Laisser refroidir.

 


Un vin blanc sec sera le bon compagnon de ce biscuit fourré à la framboise. Un Vouvray, blanc sec du Val de Loire, me semble être un choix intéressant car il est rond et tendre tout en gardant une pointe d’acidité.

 

 

Repost 0
Publié par Jeanne Girardot
commenter cet article
23 septembre 2009 3 23 /09 /septembre /2009 06:30

Voici une seconde recette pour participer au concours lancé par Le Parfait. Ce concours, dont vous trouverez les modalités ici, consiste à proposer une recette utilisant le procédé de mise en conserve.

Etant particulièrement friande des tartinades, j’ai eu envie de proposer une recette qui s’apparente à un caviar de légumes…


Les ingrédients pour 4 bocaux de 200g Familia Wiss :
 5 tomates
 1 belle courgette
 1 oignon
 2 échalotes
 1
2 olives noires à la grecque
 4 gousses d’ail
4 cuillers à soupe d’huile d’olive
2 cuillers à soupe de sucre roux
 3 feuilles de sauge
1 cuiller à soupe d’herbes de Provence
½ cuiller à café de mélange de poivres concassés
½ cuiller à café de fleur de sel

Préparation
1. Emincer les oignons. Couper les tomates et les courgettes en petits morceaux. Peler les gousses d’ail.

2. Dans une casserole, faire chauffer un peu d’huile d’olive et y jeter les oignons. Les faire blondir à feu doux. Lorsque les oignons sont translucides, ajouter le sucre et laisser chauffer à feu doux. Ajouter un peu d’eau, couvrir et laisser cuire une à deux minutes.

3. Ajouter ensuite les courgettes, les tomates, les gousses d’ail entières, la sauge, les herbes de Provence, le sel et le poivre. Bien mélanger. Couvrir à nouveau et laisser chauffer à feu très doux pendant 45 minutes en remuant de temps en temps. Arrêter la cuisson et laisser reposer une heure ou deux. Ajouter les olives dénoyautées. Remettre sur le feu pour une deuxième cuisson d’une demi heure à feu très doux. A l’issue de ce temps, mixer le tout.

4. Verser le confit de légumes dans les bocaux. Il ne faut pas que le niveau de remplissage soit trop haut. Je compte généralement une phalange de mon index depuis le bord du bocal. Déposer l’opercule et visser le couvercle.

5. Placer les bocaux dans un stérilisateur, ou à défaut, dans un autocuiseur et remplir d’eau. Placer un torchon entre les bocaux de sorte à ce que ceux-ci ne s’entrechoquent pas. Il faut que l’eau dépasse largement les couvercles. Laisser cuire 50 minutes à partir du sifflement. Laisser refroidir dans l’eau de cuisson pour éviter le choc thermique.

Délicieux pour l’apéritif, ce confit de légumes peut également accompagner une viande ou un poisson, ou encore sublimer des pâtes ou du riz.

Pour cette tartinade j’ai envie d’opter pour un vin blanc sec. Je propose donc un Tursan blanc. Il s’agit d’un vin originaire des Landes, dont le cépage majoritaire est le Baroque. Il est à la fois nerveux et aromatique.

 

Repost 0
Publié par Jeanne Girardot
commenter cet article
21 septembre 2009 1 21 /09 /septembre /2009 06:30

Voici revenue la saison de la chasse et avec elle, les joies de cuisiner le gibier. Me voici donc lancée dans la réalisation de délicieuses terrines et, par la même occasion, je relève le défi lancé par Le Parfait

Le concours organisé par Le Parfait, et dont vous trouverez les modalités ici, consiste à proposer une recette utilisant le procédé de mise en conserve.


Les ingrédients pour 6 bocaux de 300g (Familia Wiss):
2 faisans entiers
10 abricots secs
3 poignées de pistaches décortiquées
300g de lardons
300g de barde de lard
1 beau brin de romarin
1 beau brin de thym
2 feuilles de laurier effritée
1 cuiller à café de poivre concassé
1 petite cuiller à café de fleur de sel
1 petite cuiller à café de mélange 5 baies concassées
2 œufs
4 biscottes
12cl de lait
1 petit verre de Cognac
1 grosse noix de beurre

Préparation
1. Pour faciliter la préparation des faisans, je propose de les dépecer plutôt que de les plumer. Il s’agit d’opérer une incision dans la peau et de « déshabiller » le volatile. Ce système est bien plus rapide que le plumage et ne change en rien la saveur de la terrine.
Découper et désosser les faisans. Découper des lamelles dans les blancs et les réserver. Mettre le reste de la viande dans le bol du mixeur. Ajouter les lardons, les épices, les aromates, le poivre, le sel, les œufs, les biscottes, le lait, la barde et mixer le tout assez finement.

2. Dans une poêle, faire fondre le beurre et y saisir les lamelles de blanc. Les flamber au Cognac. Réserver.

3. Couper les abricots secs en petits morceaux. Ajouter les abricots et les pistaches à la viande hachée. Préchauffer le four à 150°C et préparer un grand plat large avec de l’eau.

4. Dans le fond des bocaux, verser une première partie du mélange de viandes, de fruits secs et d’épices. Disposer les morceaux de blancs sur le mélange et verser le reste de la viande hachée. Bien tasser. Il ne faut pas que le niveau de remplissage soit trop haut. Je compte généralement une phalange de mon index depuis le bord du bocal. Déposer l’opercule et visser le couvercle.

5. Placer les bocaux dans un stérilisateur, ou à défaut, dans un autocuiseur et remplir d’eau. Placer un torchon entre les bocaux de sorte à ce que ceux-ci ne s’entrechoquent pas. Il faut que l’eau dépasse largement les couvercles. Laisser cuire 50 minutes à partir du sifflement. Laisser refroidir dans l’eau de cuisson pour éviter le choc thermique.

Le mieux est d’attendre un bon mois avant d’ouvrir vos bocaux. Ils n’en seront que meilleurs et les saveurs sublimées.

Un Volnay, Ce vin de Bourgogne issu du cépage Pinot Noir est un vin d’une rare élégance qui siéra à la finesse du gibier. Son fruité et son côté épicé se mariera à merveille aux fruits secs qui agrémentent la terrine.

Repost 0
Publié par Jeanne Girardot
commenter cet article
17 septembre 2009 4 17 /09 /septembre /2009 06:30

Lorsque l’on est invité chez des amis ou que l’on dîne au restaurant, il est un critère qui, à mon sens, est caractéristique de l’endroit où l’on se trouve et qui en dit long sur l’ensemble de la cuisine, il s’agit du pain. 

Je dois dire que la découverte du pain au moment d’un repas pris en extérieur, suscite toujours une petite excitation chez moi. Le pain sera-t-il blanc ? Aux céréales ? Complet ? Noir ? Sera-t-il moelleux à souhaits avec  une croûte croustillante ? Servi en tranches ou en petites boules ? Parfois il m’arrive d’être déçue par une baguette un peu dure et insipide, ou par un pain blanc industriel. J’aime quand l’originalité prend sa place et surtout quand la corbeille offre le choix.

D’autant qu’aujourd’hui, il n’est pas difficile de servir du bon pain à table. S’il n’est pas rare que l’on fasse son pain soi même, ce qui laisse libre cours à la créativité individuelle, les boulangeries offrent également une palette de variétés de pain de plus en plus large.

Je considère le pain comme un élément d’importance au sein d’un repas. Tout comme un plat, il a bel et bien sa place et apporte même un petit plus, en particulier lorsqu’il est savoureux. C’est pourquoi, lorsque je reçois, j’aime imaginer des pains originaux, ou ceux qui s’accorderont le mieux avec les mets proposés.


Voici de jolis petits pains aux graines en forme de fleur pour un présentation vraiment sympa.


Le marché pour 2 marguerites de petits pains :

200g de farine complète
400g de farine blanche
1/3 de litre d’eau tiède
1 poigné de graines de sésame blond
1 poigné de graines de sésame noir
1 poignée de graines de courge
1 poignée de graines de tournesol
1 poignée de graines de pavot
1 sachet de levure de boulangerie
1 cuiller à café de sel

Préparation

1. Réhydrater la levure dans l’eau tiède. Patienter quelques minutes, le temps qu’une mousse se forme.

2.
Mélanger la farine et le sel et y incorporer la levure réhydratée. Pétrir longuement jusqu’à l’obtention d’un pâton lisse et qui ne colle pas. Laisser reposer 30 minutes.


3.
Modeler de petites boules de 8 à 10cm de diamètre et les disposer sur une plaque recouverte de papier cuisson.


Afin que les petits pains soient attachés les uns aux autres et obtenir une forme de fleur, il est important de les disposer proches les uns des autres sans les coller car si cela compliquerait leur levée. Il convient donc de les placer à 1 cm les uns des autres.


Laisser reposer 1h30 à 2h. Les petits pains doivent à présent avoir doublé de volume et être attachés les uns aux autres. Quelques minutes avant de les passer au four, préchauffer le four à 250°C.


4.
Badigeonner généreusement d’eau et disposer les graines sur le dessus des petits pains, selon le résultat souhaité. Placer au four un petit ramequin rempli d’eau à mi hauteur. Faire cuire 5 minutes à 250°C, puis baisser à 180°C et laisser cuire encore 15 minutes.


Repost 0
Publié par Jeanne Girardot
commenter cet article
14 septembre 2009 1 14 /09 /septembre /2009 06:30

Ces petites pizzas sont toujours une excellente idée pour l’apéritif, en particulier si on propose différentes garnitures, pour varier les plaisirs.

Ma petite astuce est d’en préparer un grande quantité et d’en congeler une partie. Si un apéritif pointe sont nez, je les sort et les passe directement au four à 200°C pendant une vingtaine de minutes…


Les ingrédients pour 6 personnes:
 1 boule de pâte à pizza
 4 cuillers à soupe de sauce tomate pour pizza mixée
 125g de mozzarella
 50g de lardons fumés
50g de Parmesan râpé
50g de fromage râpé
1 petit crottin de Chavignol
4 filets d’anchois marinés
1 poignée d’olives noires dénoyautées
50g de pignons de pin
1 poignée de cerneaux de noix
 1 cuiller à café de basilic ciselé
 1 cuiller à café d’origan
 1 cuiller à café d’herbes de Provence

Préparation
Etaler la pâte à pizza très finement. A l’aide d’un petit emporte pièce rond d’un diamètre de 5 à 7 cm, détacher des petits ronds de pâte et les déposer sur une plaque recouverte de papier aluminium.

Mini pizzas aux anchois
Etaler la sauce sur chaque petit rond de pâte.
Disposer un petit morceau de filet d’anchois mariné, parsemer de Parmesan, ainsi que d’herbes de Provence

Mini pizzas aux olives
Etaler la sauce sur chaque petit rond de pâte.
Disposer un petit morceau de mozzarella, une toute petite pincée de fromage râpé, une demi olive et parsemer d’origan.

Mini pizzas tomates basilic et pignons
Etaler la sauce sur chaque petit rond de pâte.
Disposer un petit morceau de mozzarella, un peu de basilic et quelques pignons.

Mini pizzas Lardons, chèvre et noix
Disposer un petit morceau de mozzarella, un petit morceau de chèvre, un ou deux lardons, un cerneau de noix et  parsemer d’herbes de Provence.

Préchauffer le four à 250°C pendant 5 minutes puis faire cuire les minis pizzas 5 à 7 minutes.

 

Nous sommes à l’apéritif alors optons pour un rosé, et pourquoi pas un rosé originaire de Bourgogne ? Je propose un Marsannay rosé, produit à partir du cépage Pinot Noir. 

 

 

 

Repost 0
Publié par Jeanne Girardot
commenter cet article