Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Découvrez les Gelées de Tartine Jeanne

Gelees-de-Raisin-lo.jpg

 

Vous Cherchez ?...

Mes Grilled Cheeses

La recette du moment

Que Faire Avec...

Cadeaux Gourmands

A Propos De...

27 mai 2009 3 27 /05 /mai /2009 06:30

Les légumes farcis m’ont toujours fait beaucoup d’effet car ce dont on les farcit reste toujours une surprise. Chacun y va de sont ingrédient secret, ou de son goût personnel. Qu’ils soient à la viande, au poisson, ou végétariens, les légumes farcis sont –presque- toujours des plats complets épatants.

 

Dans cette version, la semoule sera l’ingrédient principal de la farce. Généreusement aillée, elle sera accompagnée par des aromates et du jambon cru…

 


Les ingrédients pour 4 personnes:
 4 grosses tomates à farcir
 4 gousses d’ail écrasées et coupées menues
 2 échalotes émincées
 4 tranches de jambon cru coupées en lanières
 150g de semoule de blé
 1 verre d’eau
 2 cuiller à soupe de Parmesan râpé
 1 cuiller à soupe de basilic ciselé
 1 cuiller à soupe de ciboulette ciselée
3 cuillers à soupe d’huile d’olive
½ cuiller à café de mélange de poivres concassés
½ cuiller à café de fleur de sel

Préparation
1.
Couper le haut de la tomate et la vider en prenant soin de ne pas percer la peau. Conserver la pulpe et le jus.

2.
Dans une sauteuse, faire dorer les lanières de jambon cru avec l’échalote et l’ail. Ajouter la pulpe de tomate la ciboulette, le basilic, l’huile d’olive, le sel et le poivre et remuer vivement. Ajouter la semoule. Remuer et mouiller avec l’eau. Laisser cuire à feu doux jusqu’à ce que la semoule ait absorbé tout le liquide. Préchauffer le four à 160°C.

3.
Farcir les tomates avec le mélange obtenu à l’étape 2. Saupoudrer de Parmesan et passer au four. Au bout de quinze minutes de cuisson, poser le chapeau de la tomate sur le dessus et laisser cuire encore une vingtaine de minutes.

 

On peut remplacer le jambon cru par des lardons ou de la poitrine fumée coupée en lanières. Et pourquoi ne pas ajouter quelques tomates séchées?

Je choisis d’accorder ce  plat avec un Gigondas. Issu principalement de Grenache, de Syrah et de Mourvèdre les vins de cette appellation font partie des Côtes du Rhône. A la fois fin et structuré, sa puissance reste raisonnable, toute ce qu’il faut pour ces belles tomates farcies aux saveurs du sud.

 

Repost 0
Publié par Jeanne Girardot
commenter cet article
26 mai 2009 2 26 /05 /mai /2009 06:30

Chacun a sa façon toute personnelle de préparer la tarte aux pommes. Que ce soit un héritage culinaire qui se passe de génération en génération, ou un recette glanée dans un magazine, une fois adoptée, et maîtrisée, on la garde jalousement. 

Si j’ai bien ma recette « toute à moi », j’aime aussi décliner cette tarte on ne peut plus classique, histoire de l’adapter selon mes envies et surtout, selon les disponibilités qu’offrent mes placards et mon réfrigérateur. 

Cette version de ma tarte aux pommes a l’avantage d’être légère. Rien de tel pour finir une bon repas bien copieux…

 


Les ingrédients pour 4 personnes:
 1 pâte feuilletée
 200g de compote de pomme
 4 grosses pommes
 2 cuillers à soupe de crème fleurette à 3% de matières grasses
 2 cuillers à soupe de cassonade
1 cuiller à soupe de cannelle

Préparation
1. Précuire la pâte feuilletée. Pendant ce temps, peler et couper les pommes en lamelles. Laisser le four allumé à 180°C.

2.
Dans une jatte, mélanger la crème, la cassonade (ou sucre roux), ainsi que la cannelle.

3.
Sur le fond de tarte, étaler la compote de pomme. Disposer les lamelles de pommes en quinconces. Sur le dessus, verser le mélange obtenu à l’étape 2.

4.
Enfourner pour une trentaine de minutes.

 

Evidemment, les gourmands pourront toujours ajouter une boulle de glace à la vanille, mais l’effet light ne sera plus le même…


Un cidre brut me paraît approprié…

 

 



Repost 0
Publié par Jeanne Girardot
commenter cet article
25 mai 2009 1 25 /05 /mai /2009 06:30

Rien de tel qu’un bon poulet rôti le dimanche midi. Lorsque j’étais petite, je me souviens avec délices des menus traditionnels du samedi ou du dimanche midi. Le fameux « poulet frites ».

 

Je suis certainement loin d’être la seule à avoir vécu ces moments de pur bonheur gustatif en famille. Chacun avait son morceau préféré, que ce soit le blanc ou les cuisses, et il était bien difficile de contenter tout le monde. Je me souviens d’une armée d’assiettes tendues lorsque mon papa, qui tenait le rôle en chef, du découpage du poulet, nous demandait : « c’est pour qui le sot-l’y-laisse ? » Quel régal que ce minuscule morceau de viande si tendre.

 

Cette fois–ci ce ne sont pas des frites qui accompagneront notre poulet, mais des courgettes, et de l’ail à profusion. Juste histoire de changer un peu…

 


Le marché pour 6 personnes:
1 poulet
25 gousses d’ail dont 10 en chemise
2 belles courgettes
 2 petits suisses ou 3 cuillers à soupe de fromage blanc 
Quelques branches de romarin 
Quelques branches de thym
10cl d'huile d'olive
½ cuiller à café de mélange de poivres concassés
½ cuiller à café de fleur de sel

Préparation
1. Couper les courgettes en dés. Couper 10 gousses d’ail nues en 2 ou 3 dans le sens de la longueur et les insérer sous la peau du poulet. Ecraser et couper menu les cinq autres gousses d’ail nues.

2. Farcir le poulet avec les petits suisses salés et poivrés, les gousses d’ail et les branches de thym et de romarin. Préchauffer le four à 200°C.

3. Placer le poulet dans un plat allant au four et le badigeonner généreusement d’huile d’olive. Déposer quelques branches de thym et de romarin sur le poulet et dans le fond du plat.

4. Dans le fond du plat disposer les dés de courgette, l’ail en chemise et arroser d’huile d’olive. Couvrir le tout d’une feuille d’aluminium.

5. Placer au four et laisser cuire 1h30 à 200°C. A mi cuisson, retirer la feuille de papier d’aluminium, pour le laisser dorer.


 

Je choisis un vin rouge de la Vallée de la Loire pour ce poulet à l’ail et aux courgettes, plus précisément, un Saumur-Champigny, issu majoritairement du cépage Cabernet Franc. Généralement apprécié dans son jeune âge, il se caractérise par des arômes de fruits rouges, de violette et d’épices. Ses tannins sont fins et soyeux pour un ensemble tout en fraîcheur.

 

Pour un accord qui change, on peut également opter pour un Sauternes, vin blanc liquoreux du bordelais. Dans ce cas, il sera de bon ton d’arroser les courgettes et le poulet d’un peu du même vin lors de la cuisson.


Repost 0
Publié par Jeanne Girardot
commenter cet article
25 mai 2009 1 25 /05 /mai /2009 06:00
J'ai récemment eu le plaisir d'être contactée par Chef Damien de 750g qui souhaitait présenter mon blog sur le site au travers d'un petit article et d'une interview.

L'
article vient d'être publié... C'est ici...

.
Repost 0
Publié par Jeanne Girardot
commenter cet article
23 mai 2009 6 23 /05 /mai /2009 06:30

Il n’est pas rare qu’après avoir réalisé une recette, il me reste des blancs d’œufs. Lorsque je fais des de la crème anglaise, par exemple. Sur le moment, je ne sais pas toujours quoi en faire et les congeler reste la solution de facilité, qui me rend bien service lorsque j’en ai besoin.

 

C’est incroyable ce que l’on peut faire avec des blancs d’œufs. Macarons, mousses de fruits, financiers, ou encore des meringues. Ces dernières ne nécessitent qu’un pue de sucre et un bon batteur. C’est déconcertant de facilité. En plus, elle offre un large choix d’options pour les employer de façons délicieuses.

 


Les ingrédients pour 4 personnes:

 3 blancs d’oeuf

 150g de sucre glace

1 pincée de sel


Préparation
1. Battre les blancs en neige ferme à l’aide d’un fouet électrique et d’une pincée de sel. Lorsque les blancs sont fermes, ajouter le sucre glace très progressivement tout en continuant de battre. Les blancs doivent être très fermes. Préchauffer le four à 100°C

 

2. A l’aide d’une poche à douille, former de petits tas sur une plaque de four préalablement recouverte de papier sulfurisé.

 

3. Enfourner et laisser cuire 1h30 à 2h à 100°C.

 

Le secret des meringues bien sèches et croquantes réside dans une cuisson longue et à basse température.

 

On peut également mettre un peu de colorant alimentaire pour plus de fantaisie, mais aussi des arômes comme de la vanille, de la poudre de cacao, ou du sirop de fruit. Le tout est d'ajouter cela au moment ou l'on bat les blancs d'oeufs.

Une fois faites, ces meringues peuvent servir à bien des desserts. Elles peuvent accompagner des fruits, de la glace, être émiettées sur le dessus d’une tarte ou d’une crème...

A conserver dans un récipient hermétique.

Repost 0
Publié par Jeanne Girardot
commenter cet article
22 mai 2009 5 22 /05 /mai /2009 06:30

J’ai à la maison un homme qui vit difficilement sans une glace en guise de douceur, et ce, à tout moment de la journée. Ses glaces préférées sont les bâtonnets à la vanille recouverts d’un coulis de fruits rouges. Je ne résiste jamais à la tentation de lui faire plaisir en lui achetant ses péchés mignons, mais il les englouti à une telle vitesse que je dois bien me résoudre à palier au syndrome du congélateur vide. 

Voici une recette toute simple et délicieuse, qui tient bien son rôle d’alternative auprès de mon mari et qui, ma foi, n’a pas fait sensation qu’auprès de lui…


 

Les ingrédients pour 4 personnes: 

Pour la crème glacée à la vanille
  
50cl de crème anglaise

 10cl de crème fleurette 

Préparation
1. Mélanger la crème anglaise avec la crème fleurette.

2.
Placer le tout dans le sorbetière et laisser turbiner.


Pour le coulis de framboise

 300g de framboises
 ½ citron
 10cl de sirop de sucre de canne

Préparation
1. Mixer les framboises et en réserver quelques unes pour la décoration.

2.
Dans une casserole faire chauffer les framboises mixées, le jus du demi citron et le sirop de canne. Laisser frémir quelques minutes. Laisser refroidir (sauf si vous souhaitez faire un chaud-froid).


Pour celles et ceux qui souhaitent davantage sucrer le coulis, on peut également ajouter un peut de sirop de framboise.


3.
Dans des coupes déposer une boule de crème glacée à la vanille et verser le coulis de framboise. Décorer deux ou trois framboises et une feuille de menthe. Servir aussitôt.

 

Un Champagne  Brut sera bien indiqué. Il est également possible de servir un Crémant.

Repost 0
Publié par Jeanne Girardot
commenter cet article
21 mai 2009 4 21 /05 /mai /2009 06:30

Chaque été, je sui en admiration devant bien des variétés de tomates. Lorsque je vivais en Californie, il était très fréquent de trouver de très belles tomates aux couleurs flamboyantes, zébrées de rouge, de jaune et d’orange. Non seulement elles étaient magnifiques, mais en plus leur parfum et leur saveur étaient incomparables. Depuis mon retour en France, j’ai bien du mal à les trouver et si elles commencent timidement à pointer leur nez sur les grands marchés du sud de la France, elles restent tout de même plutôt difficiles à se procurer. 

En revanche, il est une variété qui n’est pas en reste en France, et qui a plutôt le vent en poupe, il s’agit de la « tomate cœur de bœuf », cette belle et grosse tomate dentelée qui, une fois coupée en rondelle, est un spectacle à elle toute seule. Elle se trouve très facilement et s’il faut un mettre un peu le prix, c’est pour la bonne cause car, aromatiquement, elle vaut vraiment le détour…
 

Rien de tel pour accompagner une belle assiette de tomate, que de la mozzarella. Mais attention ! Pas n’importe laquelle. La mozzarella de bufflonne, « di buffala » comme l’appellent les italiens. Rien de comparable avec la classique mozzarella au lait de vache aisément trouvée dans les linéaires. La mozzarella di buffala commence à faire son apparition dans certains supermarchés, sinon, il faudra aller dans des magasins d’épicerie fine ou spécialisés en produits italiens. Evidemment, le prix n’est pas le même, mais tout de même, elle est stupéfiante.
 

Pour courronner le tout, et pour changer du traditionnel basilic, un pesto de mâche viendra accompagner
cette belle tomate et cette délicieuse mozzarella. Un plat d’été comme on les aime, très simple et plein de saveurs.

 

 

Le marché pour 2 personnes:
 1 belle tomate coeur de boeuf
 1 boule de mozzarella di buffala (de bufflonne)
 50g de mâche
40g de noisettes
 40g de Parmesan râpé
15cl d’huile d’olive
15cl d’huile de noisette
½ cuiller à café de mélange de poivres concassés
1 pincée de Fleur de sel

Préparation
1. Préparer le pesto de mâche
Dans le bol du mixeur, mettre la mâche, l’huile d’olive, l’huile de noisette, les noisettes, le Parmesan Râpé, le poivre et le sel. Mixer le tout jusqu’à l’obtention d’un mélange qui s’apparente au pesto. Goûter et ajuster l’assaisonnement selon les préférences.

2.
Couper la tomate en rondelles très fines et faire de même avec la boule de mozzarella.


3.
Dans une assiette, disposer les tranches de tomates et de mozzarella en quinconces. Verser un peu de pesto sur chaque assiette et servir.

 

Si vous préparez les assiettes à l’avance, vous pendrez soin de les recouvrir d’un film alimentaire et de les sortir du réfrigérateur une demi heure avant de servir. L’excès de froid ne mettant pas en valeurs les saveurs de la tomate et de la mâche.

 

Coteaux d'Aix-en-Provence blanc souvent composé d’une large palette de cépages du sud est de la France, ce vin apportera au plat la finesse qu’attendent la tomate et la mozzarella, mais aussi les notes épicés et fraîches qui seront parfaites sur le pesto de mâche.

Repost 0
Publié par Jeanne Girardot
commenter cet article
20 mai 2009 3 20 /05 /mai /2009 06:30

Quel plaisir de retrouver les légumes printanier et estivaux sur les marchés. Le dimanche matin, il n’est pas rare que je rentre avec un panier beaucoup trop chargé pour nourrir deux personnes en une semaine. Je suis alors prise d’une frénésie créative et je cuisine toutes sortes de plats. Cela me donne une excuse pour recevoir davantage d’amis à dîner…

Ces petits feuilletés sont l’une de mes idées minutes. Ils sont bluffants et ont l’avantage d’êtres très simples et rapides à réaliser…



Le Marché pour 2 personnes:
 1 rouleau de pâte feuilletée

 1 poireau coupé en rondelles assez fines
 150g de lardons fumés
100g de fromage de chèvre frais
50g de fromage frais (type Saint Morêt)
 1 petit verre de vin blanc 
 
1 petit verre d’eau

2 cuillers à soupe d’huile d’olive
1/2 cuiller à café de poivre blanc
1/2 cuiller à café de sel
1 jaune d’oeuf

 

Préparation
1. Dans une sauteuse, faire revenir les lardons. Une fois dorés, les réserver. Faire chauffer l'huile d'olive et y ajouter les poireaux. Remuer et couvrir. Laisser suer une ou deux minutes, puis ajouter le vin blanc. Laisser réduire à feu très doux, puis ajouter l'eau, couvrir et laisser réduire à nouveau en remuant régulièrement. Ajouter le sel et le poivre, puis le frolage frais et le fromage de chèvre frais. Bien mélanger pour optenir un ensemble homogène. Hors du feu, ajouter les lardons.

Il est important de laisser refroidir le mélange sinon la pâte feuilletée risque de se percer.

2.
Couper la pâte feuilletée en deux. Ajouter la moitié du mélange sur chaque partie et refermer de sorte à ce que la farce ne s'échappe pas lors de la cuisson. Préchauffer le four à 180°C.

3.
Diluer le jaune d'oeufe avec un tout petit peu d'eau et en badigeonner les feuilletés.

4.
Enfourner pour une vingtaine de minutes à 180°C 
 

Ces petits feuilletés peu être servis en entrée avec salade ou en accompagnement d’un poisson…

 

Il me semble qu’un vin blanc sec de la Vallée du Rhône fera très bien l’affaire car si le chèvre ne souffrirait que la fraicheur, les lardons appellent un minimum de structure.. Je propose un Châteauneuf-du-Pape blanc, issu de plusieurs cépages dont le Grenache Blanc, le Bourboulenc et la Roussane, il est allie ampleur et vivacité.

Repost 0
Publié par Jeanne Girardot
commenter cet article
19 mai 2009 2 19 /05 /mai /2009 06:30

Les asperges sont de sortie pour le bonheur de tous. Si elles sont bien souvent accompagnées de sauce blanche, de béchamel ou de sauce au beurre, je dois avouer que je les aime plus légères.

 

Avec juste ce qu’il faut d’huile d’olive et un infime filet de crème, ces asperges offrent toute leur saveur avec générosité. Idéales pour un dîner ultra léger, ces papillotes allient finesse et saveurs…

 


Les ingrédients pour 4 personnes:
 1 botte d’asperges
 4 filets de cabillaud
 2 citrons
4 cuillers à soupe d’huile d’olive
 10cl de crème liquide
½ cuiller à café de poivre blanc
½ cuiller à café de fleur de sel

Préparation
1.
Couper l’extrémité des asperges, les peler légèrement à l’aide d’un couteau économe et les rincer. Reformer une botte et  la lier avec  de la ficelle alimentaire. Préchauffer le four à 180°C.

2.
Dans une casserole placer la botte d’asperges debout et ajouter de l’eau jusqu’à ce que le niveau atteigne le premier tiers des asperges. Porter à ébullition et laisser cuire 5 minutes. Réserver.

3.
Superposer deux feuilles de papier sulfurisé, y déposer un filet de cabillaud et les asperges. Renouveler l’opération pour 4 personnes. Asperger chaque papillote de jus de citron, d’huile d’olive, de crème et saupoudrer de sel et de poivre. Refermer les papillotes.

4.
Enfourner pour une dizaine de minutes à 180°C 

 

L’asperge et le citron réclament un vin qui n’en impose pas trop, c’est pourquoi je choisirais un blanc, issu du cépage Sauvignon. Pourquoi pas un Anjou ?

 

 

 

Repost 0
Publié par Jeanne Girardot
commenter cet article
18 mai 2009 1 18 /05 /mai /2009 06:30

J’ai un faible pour le fenouil. Cela n’a pourtant pas été le cas pendant de longues années. Je me souviens, enfant, de grands moments de solitude devant mon assiette lorsque celle-ci en contenait. Ce goût anisé est vraiment particulier, c’est le moins que l’on puisse dire. D’ailleurs, il existe beaucoup de gens qui ne l’apprécient pas. Il y a pourtant tant de manières de l’apprécier. 

Il a fallu que je le découvre à la faveur d’une fournée de légumes grillés à la provençale, arrosés d’huile d’olive, pour qu’enfin j’entrevoie son potentiel. Ce fût une révélation.


Aujourd’hui je l’accommode de milles façons, comme dans cette tarte. Mais je dois avouer que j’en reviens souvent à mes premières amours, un peu d’huile d’olive, des herbes de Provence et une petite demi heure à 160°C… Un délice !

 


Les ingrédients pour 4 à 6 personnes:
 Une pâte brisée
 2 oeufs
1 yaourt ou l’équivalent en fromage blanc
 150g de fromage râpé
10 portions de fromage fond ou Vache qui rit
1 bulbe de fenouil coupé en lanières
1 cuiller à soupe de crème fraîche
1 pincée de poivre concassé
1 pincée de sel

Préparation
1. Précuire la pâte brisée.

2.
Dans une jatte, battre les œufs avec le yaourt, la crème fraîche, le sel et le poivre. Ecraser le fromage fondu à l’aide d’une fourchette et l’ajouter au mélange.

3. Disposer le fenouil sur fond de tarte et verser le mélange obtenu à l’étape deux et ajouter le fromage râpé.

4. Passer au four une bonne trentaine de minutes à 180°C.

Ce plat pourra très bien faire office d’entrée, servi avec une salade verte, ou bien accompagner un poisson par exemple…

 

Je choisis un Alsace Gewurztraminer. Ce vin blanc aux arômes d’épices et de fruits exotiques mettra en valeur le côté anisé de fenouil et la souplesse du fromage.

Repost 0
Publié par Jeanne Girardot
commenter cet article