Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Découvrez les Gelées de Tartine Jeanne

Gelees-de-Raisin-lo.jpg

 

Vous Cherchez ?...

Mes Grilled Cheeses

La recette du moment

Que Faire Avec...

Cadeaux Gourmands

A Propos De...

4 juin 2009 4 04 /06 /juin /2009 06:30

Cette recette est née d’une envie d’utiliser des graines de sésame noir. On les trouve moins facilement que le sésame blond, mais elles comment à faire leur apparition dans les épiceries asiatiques. A Bordeaux, c’est chez Eurasie que je les trouvées, ainsi que la pâte de sésame noir. Ces petites graines, de part leur noirceur, apportent un plus esthétique aux plats qu’elles accompagnent. 

Voici l’inspiration qui m’est venue des petits pois achetés au marché et  d’un sachet de pétoncles qui traînait au congélateur…

 


Les ingrédients pour 4 personnes:
Pour les pétoncles
 200g de pétoncles (des congelées feront l’affaire)
 le jus d’un demi citron
 2 cuillers à soupe de graines de sésame noir
 Quelques gouttes d’huile de sésame
3 cuillers à soupe d’huile d’olive

Pour la purée de petits pois
 500g de petits pois frais ou surgelés
2 échalotes
 4 gousses d’ail
½ cuiller à café de poivre blanc
½ cuiller à café de baies roses
150g de mascarpone
½ cuiller à café de fleur de sel
 2 cubes de bouillons de volaille 

Pour le montage
 8 croûtons ronds ou mini rondelles de pain, pour canapés
 2 cuillers à soupe de pâte de sésame noir
 Quelques gouttes d’huile de sésame

Préparation
1. Préparer la purée de petits pois
Dans une casserole, faire bouillir 1 litre d’eau dans lequel on diluera les cubes de bouillon. Lorsque l’ensemble bout à nouveau, ajouter les petits pois, les échalotes et les gousses d’ail entières. Laisser cuire 3 à 5 minutes, puis égoutter les petits pois.
Passer les petits pois au passe légumes, cela permet d’éliminer les peaux et d’obtenir une purée bien lisse et onctueuse. Mixer le tout avec les échalotes, les gousses d’ail, le sel, le poivre, le mascarpone et les baies roses. Réserver au chaud.

2.
Faire mariner les pétoncles dans le jus de citron une demi heure environ.

3.
Dans une sauteuse, faire chauffer l’huile d’olive avec l’huile de sésame, jeter les pétoncles avec le jus et baisser le feu. Ajouter ensuite les graines de sésame noir. Laisser cuire une à deux minutes, il est important que les pétoncles ne deviennent pas caoutchouteuses. Réserver au chaud.

Montage
Préparer les canapés en les tartinant de pâte de sésame noir.
A l’aide de cercle à pâtisserie, former un petit tas de purée sur lequel on disposera les pétoncles. Disposer un canapé sur chaque tas et arroser d’une goûte ou deux d’huile de sésame.
Servir sans attendre.

 


Pour ce plat insolite, je choisis un Côtes du Roussillon blanc. Issu principalement de Macabeu et de Grenache blanc, il allie structure, qui répondra au gras du sésame, et fruité, qui viendra accompagner la délicatesse des pétoncles et le crémeux de la purée de petits pois.

 

Repost 0
Publié par Jeanne Girardot
commenter cet article
3 juin 2009 3 03 /06 /juin /2009 06:30

Voici un dessert que ma maman fait depuis ma plus tendre enfance. Il s’agit d’un véritable classique chez nous, même s’il n’a pas de nom… Il a souvent fait office de bûche de Noël tant il est apprécié.

 

Je livre ici la recette basique, mais elle peut aussi se décliner avec d’autres parfums de crème glacée tels que le café, la noisette, la pistache… En revanche je trouve les sorbets peu heureux avec la meringue, mais cela n’engage que moi…

 


Les ingrédients pour 6 personnes:
 50cl de crème anglaise
 10cl de crème fleurette
 80g de pralin
 15 petites meringues
 10cl de caramel liquide

Préparation

Préparer la crème glacée à la vanille
Mélanger la crème anglaise avec la crème fleurette. Placer le tout dans la sorbetière et laisser turbiner.

Vous pouvez aussi utiliser de la glace à la vanille toute prête.

Montage
Dans le fond d’un moule pouvant se fermer (style Tupperware pour charlotte) verser un peu de caramel liquide et saupoudrer le pralin. Etaler une couche de glace aplanir et ajouter à nouveau du caramel et du pralin. Recouvrir d’une couche de meringue. Continuer ainsi jusqu’à l’épuisement des ingrédients.

Refermer le moule et placer au congélateur. Au moment de servir, démouler le dessert glacé à l’envers et napper de caramel.

 


Pitié, pas de sucre supplémentaire, il y en a déjà bien assez dans ce dessert. Je pense que l’on ne peut pas se tromper en optant pour des bulles

 

 

Repost 0
Publié par Jeanne Girardot
commenter cet article
2 juin 2009 2 02 /06 /juin /2009 06:30

Voici un pain que j’ai découvert lorsque nous vivions en Californie. C’était le pain que je trouvais chez Trader Joe’s, notre supermarché fétiche, bio, à taille humaine, qui nous manque beaucoup, mais sur lequel je ne vais pas m’étendre car j’en ai déjà parlé ici

Ce pain était un véritable régal, comme un gâteau, mais en moins sucré, tout pour me plaire…

C’est avec ce pain que j’ai créé ce que Laurier nommera mes fameuses « Tartines Jeanne ». Ce furent d’ailleurs ces mêmes tartines qui inspirèrent le nom de mon blog.
 

Le marché pour 1 grand pain:
300g de farine complète
200g de farine blanche
1/3 de litre d’eau tiède
150g de cerneaux de noix
150g de raisins secs
2 carottes râpées
1 cuiller à soupe de miel
1 sachet de levure de boulangerie
1 cuiller à café de sel

Préparation
1. Réhydrater la levure dans l’eau tiède avec le miel. Patienter quelques minutes, le temps qu’une mousse se forme.

2. Mélanger la farine et le sel et y incorporer la levure réhydratée. Pétrir longuement jusqu’à l’obtention d’un pâton lisse et qui ne colle pas. Ajouter les carottes râpées, les noix et les raisins secs et pétrir à nouveau afin de les intégrer de façon homogène. Laisser reposer 20 minutes.

3. Modeler un pain en forme de ballon de rugby. Le déposer sur une plaque. Laisser reposer 1h30 à 2h. La pâte doit avoir doublé. Quelques minutes avant de passer le pain au four, préchauffer le four à 250°C.

4. Badigeonner généreusement d’eau et, à l’aide d’une petite passoire, saupoudrer un voile de farine sur le pain. Inciser le pain à plusieurs endroits. Placer au four un petit ramequin rempli d’eau à mi hauteur. Faire cuire 10 minutes à 250°C, puis baisser à 180°C et laisser cuire 45 minutes.

 

Parfait pour accompagner les salades et les fromages…

.

Repost 0
Publié par Jeanne Girardot
commenter cet article
1 juin 2009 1 01 /06 /juin /2009 06:30

Il y a quelques années, lorsque j’étais encore au lycée, on a fait cadeau à ma maman d’un objet pour le moins insolite. Pour ne pas avoir vu son emballage, je restais perplexe devant cet engin à pics, à lames et à ressors qui ne m’avouait rien de son utilité. Pour un peu, on le prendrait pour un instrument de torture.

 


Quand maman m’a dit que c’était pour éplucher les pommes, je me suis dit « ça c’est encore le genre de gadget qu’on expose et qu’on étrenne sur les marchés ou le télé-achat, dont l’efficacité est plus qu’insatisfaisante et qui casse au bout de deux utilisations…

 

Plus que sceptique sur le résultat promis, ce n’est que quand je l’ai vu à l’œuvre que j’ai été conquise. En deux temps et trois mouvements, cet engin, peu esthétique il faut bien le dire, avait fait un sort à ma pomme en la débarrassant de son trognon, en la pelant et en la coupant en rondelles. Extraordinaire !

 


Cela fait maintenant plusieurs années que je l’utilise, que ce soit pour mes
Tarte aux Pommes Légère mais Gourmande, Tatin au Caramel au Beurre Salé, Tarte aux Pommes à la Crèmes de Carambars, Compote de Pommes aux Noix, Compote Pomme Rhubarbe, Façon Crumble 

 

… Et tant d’autres…

 

Et vous, vous l’utilisez aussi ? Il vous sert à quoi ?


Repost 0
Publié par Jeanne Girardot
commenter cet article
29 mai 2009 5 29 /05 /mai /2009 06:30

L’association de la mangue avec la crevette est quelque chose que j’ai récemment découvert à l’occasion d’un apéritif. Des crevettes et des petits dés de mangue étaient présentés sous forme de brochettes qui, il me semble, avaient été marinées dans une petite sauce mystérieuse. 

J’ai souhaité reproduire ce mariage en y ajoutant un peu de mayonnaise pour en faire une tartinade. Ce fut un véritable régal…

 


Les ingrédients pour 4 personnes:

 1 mangue
 200g de crevettes
 3 cuillers à soupe de mayonnaise
 1 cuiller à soupe de fromage frais
 ½ citron
 1 cuiller à soupe de ciboulette ciselée
1 gousse d’ail écrasée et coupée très menu
1 demi baguette coupée en petites rondelles
½ cuiller à café de mélange de poivre blanc
½ cuiller à café de fleur de sel

Préparation
1. Couper la mangue très petits dés. Décortiquer les crevettes les couper en petits morceaux, à l’exception d’une dizaine, pour la décoration. Les asperger avec le jus du citron. 

2.
Mélanger la mayonnaise avec l’ail écrasé, la ciboulette, le sel et le poivre. Ajouter la mangue et les crevettes à ce mélange.
Réserver au frais jusqu’à moment de tartine et de servir.

3.
Etaler le mélange obtenu à l’étape eux sur des rondelles de baguette, décorer d’une crevette et servir.

 


Il me semble que ce mélange serait également parfait servi en entrée dans une moitié d’avocat…

 

Un Entre-Deux-Mers accompagnera très bien ces petits canapés. Vin blanc sec du Bordelais principalement issu de Sauvignon, il présente une certaine fraîcheur et des arômes d’agrumes et de fleurs blanches.

 

Repost 0
Publié par Jeanne Girardot
commenter cet article
28 mai 2009 4 28 /05 /mai /2009 06:30

Le grand classique qu’est la salade de chèvre chaud a souvent sa place sur la carte d’un restaurant. Cela dit, si certains établissements soignent avec brio cette recette traditionnelle, il faut avouer que dans bien des cas, les toasts de chèvre chaud sont loin d’être à leur avantage. Secs et insipides, ils se résument souvent à un morceau de chèvre posé sans autre artifice sur une tranche de pain de mie industriel. Dommage, car il est si simple de bien faire sans pour autant user de mille ingrédients et d’y passer un temps considérable. 

Il n’est d’ailleurs pas interdit de s’amuser à l’accommoder selon l’envie du moment et selon ce dont on dispose. Le résultat peut se révéler fabuleux.


Ici, la pointe subtilement sucrée du miel et de la pomme flatte le chèvre frais et ses quelques lardons. Finesse et simplicité…


 

Les ingrédients pour 4 personnes:
 8 petites tranches de pain de campagne (ou 4 grandes coupées en deux)
 8 petits chèvres frais
 1 petite pomme
 1 bonne cuiller à soupe de miel
 2 cuillers à soupe de lardons fumés
1 belle branche de romarin frais
½ cuiller à café de mélange de poivres concassés
 1 batavia, feuille de chêne, mâche…
 200g de tomates cerise
1 cuiller à soupe de vinaigrette à l’huile de noisette et au vinaigre balsamique

Préparation
1. Sur les tranches de pain, étaler une très fine couche de miel. Préchauffer le four à 180°C.

2.
Couper la pomme en très fines lamelles que l’on disposera sur les tranches de pain tartinées de miel. Déposer les chèvres frais sur les pommes, ajouter quelques lardons, ainsi que le romarin et le poivre. Passer au four une quinzaine de minutes à 180°C.


3.
Pendant la cuisson, laver la salade et les tomates cerises. Préparer la vinaigrette.


4.
Dresser les assiettes avec la salade et les tomates cerise et arroser de vinaigrette. Disposer les toasts de chèvre frais et servir.



Parfait également pour l'apéritif, en plus petit format... 

A mon sens un vin blanc s’impose sur ce plat. Je choisis un Sauvignon du Val de Loire. Pourquoi pas un Sancerre, fruité et assez concentré ?

On peut imaginer aussi un vin blanc demi sec en allant chercher dans les vendanges tardives…

 

 

Repost 0
Publié par Jeanne Girardot
commenter cet article
27 mai 2009 3 27 /05 /mai /2009 06:30

Les légumes farcis m’ont toujours fait beaucoup d’effet car ce dont on les farcit reste toujours une surprise. Chacun y va de sont ingrédient secret, ou de son goût personnel. Qu’ils soient à la viande, au poisson, ou végétariens, les légumes farcis sont –presque- toujours des plats complets épatants.

 

Dans cette version, la semoule sera l’ingrédient principal de la farce. Généreusement aillée, elle sera accompagnée par des aromates et du jambon cru…

 


Les ingrédients pour 4 personnes:
 4 grosses tomates à farcir
 4 gousses d’ail écrasées et coupées menues
 2 échalotes émincées
 4 tranches de jambon cru coupées en lanières
 150g de semoule de blé
 1 verre d’eau
 2 cuiller à soupe de Parmesan râpé
 1 cuiller à soupe de basilic ciselé
 1 cuiller à soupe de ciboulette ciselée
3 cuillers à soupe d’huile d’olive
½ cuiller à café de mélange de poivres concassés
½ cuiller à café de fleur de sel

Préparation
1.
Couper le haut de la tomate et la vider en prenant soin de ne pas percer la peau. Conserver la pulpe et le jus.

2.
Dans une sauteuse, faire dorer les lanières de jambon cru avec l’échalote et l’ail. Ajouter la pulpe de tomate la ciboulette, le basilic, l’huile d’olive, le sel et le poivre et remuer vivement. Ajouter la semoule. Remuer et mouiller avec l’eau. Laisser cuire à feu doux jusqu’à ce que la semoule ait absorbé tout le liquide. Préchauffer le four à 160°C.

3.
Farcir les tomates avec le mélange obtenu à l’étape 2. Saupoudrer de Parmesan et passer au four. Au bout de quinze minutes de cuisson, poser le chapeau de la tomate sur le dessus et laisser cuire encore une vingtaine de minutes.

 

On peut remplacer le jambon cru par des lardons ou de la poitrine fumée coupée en lanières. Et pourquoi ne pas ajouter quelques tomates séchées?

Je choisis d’accorder ce  plat avec un Gigondas. Issu principalement de Grenache, de Syrah et de Mourvèdre les vins de cette appellation font partie des Côtes du Rhône. A la fois fin et structuré, sa puissance reste raisonnable, toute ce qu’il faut pour ces belles tomates farcies aux saveurs du sud.

 

Repost 0
Publié par Jeanne Girardot
commenter cet article
26 mai 2009 2 26 /05 /mai /2009 06:30

Chacun a sa façon toute personnelle de préparer la tarte aux pommes. Que ce soit un héritage culinaire qui se passe de génération en génération, ou un recette glanée dans un magazine, une fois adoptée, et maîtrisée, on la garde jalousement. 

Si j’ai bien ma recette « toute à moi », j’aime aussi décliner cette tarte on ne peut plus classique, histoire de l’adapter selon mes envies et surtout, selon les disponibilités qu’offrent mes placards et mon réfrigérateur. 

Cette version de ma tarte aux pommes a l’avantage d’être légère. Rien de tel pour finir une bon repas bien copieux…

 


Les ingrédients pour 4 personnes:
 1 pâte feuilletée
 200g de compote de pomme
 4 grosses pommes
 2 cuillers à soupe de crème fleurette à 3% de matières grasses
 2 cuillers à soupe de cassonade
1 cuiller à soupe de cannelle

Préparation
1. Précuire la pâte feuilletée. Pendant ce temps, peler et couper les pommes en lamelles. Laisser le four allumé à 180°C.

2.
Dans une jatte, mélanger la crème, la cassonade (ou sucre roux), ainsi que la cannelle.

3.
Sur le fond de tarte, étaler la compote de pomme. Disposer les lamelles de pommes en quinconces. Sur le dessus, verser le mélange obtenu à l’étape 2.

4.
Enfourner pour une trentaine de minutes.

 

Evidemment, les gourmands pourront toujours ajouter une boulle de glace à la vanille, mais l’effet light ne sera plus le même…


Un cidre brut me paraît approprié…

 

 



Repost 0
Publié par Jeanne Girardot
commenter cet article
25 mai 2009 1 25 /05 /mai /2009 06:30

Rien de tel qu’un bon poulet rôti le dimanche midi. Lorsque j’étais petite, je me souviens avec délices des menus traditionnels du samedi ou du dimanche midi. Le fameux « poulet frites ».

 

Je suis certainement loin d’être la seule à avoir vécu ces moments de pur bonheur gustatif en famille. Chacun avait son morceau préféré, que ce soit le blanc ou les cuisses, et il était bien difficile de contenter tout le monde. Je me souviens d’une armée d’assiettes tendues lorsque mon papa, qui tenait le rôle en chef, du découpage du poulet, nous demandait : « c’est pour qui le sot-l’y-laisse ? » Quel régal que ce minuscule morceau de viande si tendre.

 

Cette fois–ci ce ne sont pas des frites qui accompagneront notre poulet, mais des courgettes, et de l’ail à profusion. Juste histoire de changer un peu…

 


Le marché pour 6 personnes:
1 poulet
25 gousses d’ail dont 10 en chemise
2 belles courgettes
 2 petits suisses ou 3 cuillers à soupe de fromage blanc 
Quelques branches de romarin 
Quelques branches de thym
10cl d'huile d'olive
½ cuiller à café de mélange de poivres concassés
½ cuiller à café de fleur de sel

Préparation
1. Couper les courgettes en dés. Couper 10 gousses d’ail nues en 2 ou 3 dans le sens de la longueur et les insérer sous la peau du poulet. Ecraser et couper menu les cinq autres gousses d’ail nues.

2. Farcir le poulet avec les petits suisses salés et poivrés, les gousses d’ail et les branches de thym et de romarin. Préchauffer le four à 200°C.

3. Placer le poulet dans un plat allant au four et le badigeonner généreusement d’huile d’olive. Déposer quelques branches de thym et de romarin sur le poulet et dans le fond du plat.

4. Dans le fond du plat disposer les dés de courgette, l’ail en chemise et arroser d’huile d’olive. Couvrir le tout d’une feuille d’aluminium.

5. Placer au four et laisser cuire 1h30 à 200°C. A mi cuisson, retirer la feuille de papier d’aluminium, pour le laisser dorer.


 

Je choisis un vin rouge de la Vallée de la Loire pour ce poulet à l’ail et aux courgettes, plus précisément, un Saumur-Champigny, issu majoritairement du cépage Cabernet Franc. Généralement apprécié dans son jeune âge, il se caractérise par des arômes de fruits rouges, de violette et d’épices. Ses tannins sont fins et soyeux pour un ensemble tout en fraîcheur.

 

Pour un accord qui change, on peut également opter pour un Sauternes, vin blanc liquoreux du bordelais. Dans ce cas, il sera de bon ton d’arroser les courgettes et le poulet d’un peu du même vin lors de la cuisson.


Repost 0
Publié par Jeanne Girardot
commenter cet article
25 mai 2009 1 25 /05 /mai /2009 06:00
J'ai récemment eu le plaisir d'être contactée par Chef Damien de 750g qui souhaitait présenter mon blog sur le site au travers d'un petit article et d'une interview.

L'
article vient d'être publié... C'est ici...

.
Repost 0
Publié par Jeanne Girardot
commenter cet article