Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Découvrez les Gelées de Tartine Jeanne

Gelees-de-Raisin-lo.jpg

 

Vous Cherchez ?...

Mes Grilled Cheeses

La recette du moment

Que Faire Avec...

Cadeaux Gourmands

A Propos De...

1 mai 2009 5 01 /05 /mai /2009 06:30

Je m’évade pour quelques jours de vacances salutaires sans ordinateur, sans internet, sans téléphone (ou presque)…


L’Île d’Yeu me réserve de bons moments en perspective et surtout le bonheur d’y retrouver toutes les saveurs que j’aime…

     








Pouces-pieds
et Moules ramassés dans les rochers, 


   






araignées de mer pêchées sur la côte sauvage, mais aussi les patagos,









les rillettes de thon et autres tarte aux pruneaux qui sont autant de spécialités locales absolument divines…


A bientôt !

Repost 0
Publié par Jeanne Girardot
commenter cet article
30 avril 2009 4 30 /04 /avril /2009 06:30

Les tartes salées sont pour moi synonymes de repas gourmands, faciles et à rapides à préparer. Non seuleument celles-ci peuvent se révéler particulièrement fines et savoureuse, mais en plus, elles ont l'avantage de faire appel à une certaine créativité, et c'est cela qui me plait!

J'aime particulièrement le challenge "que faire avec...?", qui consiste à assembler 2, 3 ou 4 ingrédients pour en faire quelque chose d'épatant. S'il est vrai que le plus souvent, il s'agit d'utiliser tout ce qui, dans le réfrigérateur, approche dangereusement de la date de péremption, il arrive que certaines associations se révèlent épatantes...

La première fois que j'ai tenté l'association courgette et saumon fumé, c'est en suivant une recette des "Timbales de Jeanne" sur Marmiton. Une autre Jeanne passionnée de cuisine et de vin qui bouillonne d'idées bluffantes. Cette Jeanne a-t-elle un blog?

Toujours est-il que je me suis amusée à jouer autour de ce mariage et pour cette tarte, je l'ai agrémentée de Feta...


Les ingrédients pour 4 personnes:

 1 pâte brisée

 250g de saumon frais ou fumé

 2 courgettes

 3 oeufs

100g de feta

 1 cuiller à soupe de fromage frais

1 cuiller à café depoivre blanc
1 poignée de fromage râpé

1 citron  

1 pincée de sel


Préparation
1. Précuire la pâte brisée. Couper la courgette et la passer au mixeur. Emietter la Feta, ainsi que le fromage frais. Asperger le saumon fumé du jus de citron.


2. Dans une jatte, battre l’œuf et y ajouter la feta, le fromage frais, le fromage râpé, les baies roses, le sel et le poivre. Préchauffer le four à 150°C.

 

3. Couper le saumon fumé en lanières. Ajouter les courgettes et le saumon au mélange d’œuf et de fromages.  Verser le tout sur le fond de tarte.

 

4. Enfourner pour une trentaine de minutes à 170°C. 

 


Un vin blanc sec s'impose sur cette tarte délicate. j'opte pour un Sancerre, vin blanc sec du Val de Loire issu du cépage du Sauvignon.
Le fruité de ce vin relèvera la saveur de la courgette, tandis que sa rondeur et son gras feront le lien entre la Feta et le saumon. 


Repost 0
Publié par Jeanne Girardot
commenter cet article
29 avril 2009 3 29 /04 /avril /2009 06:30

Avec le printemps, et ses beaux légumes qui inondent les marchés, les envies d’apéritifs et de barbecues au soleil se font sentir. Dimanche dernier, ce sont de belles aubergines à la peau brillante et tendue qui m’ont fait de l’œil sur l’étal de mon maraicher. Le soir même elles passaient au four en vue de l’élaboration d’un caviar d’aubergine.

Il n’est pas rare que j’en fasse une base en quantité importante, que divise en plusieurs portions. J’agrémente ensuite ces portions avec différents ingrédients pour donner de la variété à ce grand classique. Tomate, fromage, cumin, citron, olives noires… Cette fois-ci ce fut le chèvre frais également acheté le même jour au marché, à un petit producteur…  

Les ingrédients pour 3 bocaux :

 3 aubergines

 8 gousses d’ail écrasées et détaillées en petits morceaux

150g de chèvre frais

 1 cuiller à café d’ail en poudre

15cl d’huile d’olive

2 cuillers à soupe d’herbes de Provence

½ cuiller à café de poivre concassé

½ cuiller à café de fleur de sel

3 cuillers à soupe de fromage frais


Préparation
1. Préchauffer le four à 180°C. Couper les aubergines en deux dans le sens de la longueur et les inciser en croisillons.

2. Arroser les aubergines d’huile d’olive, saupoudrer d’herbes de Provence et ajouter l’ail. Placer au four et laisser cuire une petite heure.

 

3. Lorsque les aubergines sont cuites, les mixer finement. Ajouter l’ail en poudre, le reste de l’huile d’olive, le chèvre frais, le fromage frais, un peu de sel et de poivre. Mixer à nouveau et laisser refroidir. Placer au réfrigérateur.

A servir sur du pain de campagne, avec des gressins ou sur des croûtons.

Avec ce caviar d’aubergines aux saveurs méditerranéennes, je choisis un vin blanc du Sud Est, un Bandol. Issu de Clairette, de Bourboulenc et d’Ugni Blanc, ce vin blanc sec se caractérise par des aromes floraux et de fruits exotiques avec un peu de gras pour enrober le légume provençal. Il est également marqué par la fraîcheur, conférée par la proximité de la mer, caractéristique qui vient se marier habilement à la note de chèvre de ce caviar d’aubergines.

 
Repost 0
Publié par Jeanne Girardot
commenter cet article
28 avril 2009 2 28 /04 /avril /2009 06:30

Exit les insipides et aqueuses fraises espagnoles, les garigettes sont enfin de sortie et je m’en donne à cœur joie !

Quelques poires bien mûres et, à vrai dire, presque en fin de vie, attendaient leur sort dans ma corbeille de fruits. Pourquoi ne pas associer mes délicieuses fraises du marché à ces poires, afin d’en faire une confiture ? Cette association évoque pour moi les compotes que l’on trouve dans les petits pots de bébé qui font souvent le bonheur de gourmands ayant passé depuis bien longtemps, l’âge de les manger…

 

Alors oui, j’aurais pu faire de la compote et c’est d’ailleurs peut être ce que je ferai après mon prochain passage au marché. Mais cette fois-ci ce sera une confiture qui viendra sublimer mon petit déjeuner de demain !...

   


Les ingrédients pour 6 bocaux :
 1kg de fraises
 1kg de poires
 20cl de sirop de fraises
1kg de sucre

Préparation
1.
Laver les fraises et peler les poires. Mixer le tout.

2. Dans une casserole, verser les fruits mixés avec le sucre et le sirop de fraises. Porter à ébullition et laisser frémir une bonne demi heure.

Pour vérifier si la confiture est prête, jetez-en quelques gouttes sur le bord de l’évier et regardez si elles se figent. Si ce n’est pas le cas, prolongez la cuisson.

3. À l’issue de la cuisson, verser la confiture dans les bocaux et les refermer aussitôt. Les retourner et les laisser refroidir.

Repost 0
Publié par Jeanne Girardot
commenter cet article
27 avril 2009 1 27 /04 /avril /2009 06:30

Ceux qui me lisent régulièrement connaissent mon attrait tout particulier pour l’univers infini et passionnant qu’est celui des accords mets-vins.

Bien des « règles » et contre règles ont été établies à ce sujet et beaucoup d’autres sont certainement à venir. Chacun y va de son avis et c’est précisément cela qui rend la tâche à la fois intéressante et complexe. Il me semble cependant que le monde des accords mets-vins n’a rien d’empirique mais serait plutôt subjectif. Le bon accord est avant tout, à mon sens, celui qui plait à qui le déguste.

Evidemment, il y a certains mariages à éviter, comme un filet de poisson à l’huile d’olive et au citron, avec un vin rouge puissant -et encore, tout est discutable- mais d’une manière générale, tout, ou presque est envisageable, à condition de respecter les équilibres de puissance et de privilégier la complémentarité des arômes et des saveurs à leur superposition.

Il m’arrive assez souvent de répéter que je ne suis pas friande des accords entre les vins liquoreux avec les desserts, en particulier si ces derniers sont chargés en sucre.

Les vins blancs liquoreux sont bien souvent, et à tord, trop peu souvent envisagés au cours des repas. Le côté sucré ayant tendance à dissuader sur un plat principal. Ils offrent pourtant la possibilité d’accords aux saveurs très intéressantes pour peu que l’on fasse preuve de créativité.

J’ai imaginé cette recette dans l’optique toute spéciale de l’accorder à un vin blanc liquoreux et le résultat est épatant. Qui a dit que le liquoreux ne pouvait s’apprécier que sur du foie gras ?

 


Les ingrédients pour 4 personnes:

Pour la pâte brisée
 200g de farine
 100g de beurre salé ramolli en pommade
 1 jaune d’œuf
70g de cerneaux noix réduits en poudre
 1 cuiller à soupe de sucre roux
 4 cuillers à soupe d’eau chaude

Préparation de la pâte brisée aux noix
1. Dans une jatte, mélanger la farine et les cerneaux de noix en poudre.

2.
Ajouter le beurre en mélangeant du bout des doigts. Mélanger l’ensemble.

3.
Battre le jaune d’oeuf avec l’eau chaude et incorporer au mélange précédemment obtenu. Mélanger délicatement l’ensemble, sans pétrir car cela rendrait la pâte élastique, elle durcirait à la cuisson et perdrait donc tout son intérêt.

4.
Former une boule que l’on enveloppera de film étirable et que l’on placera au réfrigérateur pendant une heure environ, le temps qu’elle se repose.

Pour la garniture
 4 petites poires bien mûres
 200g de Fourme d’Ambert –à défaut, un autre bleu fera l’affaire-
 50g de cerneaux de noix
20cl de crème fraîche liquide
 1 pincée de 4 poivres concassés
 2 belles poignées de mâche
 1 cuiller à café d’huile de noix

Préparation de la tarte
1. Etaler la pâte brisée aux noix et la disposer dans un plat à tarte. La précuire une quinzaine de minutes à 160°C. Laisser le four allumé pendant la préparation qui suit. Réduire les cerneaux de noix en poudre, en prenant soin d'en réserver quelques uns entiers.

2.
Couper les poires en lamelles. A l’aide d’une fourchette, écraser la Fourme d’Ambert et la mélanger à la crème. Etaler une partie de ce mélange sur le fond de tarte. Saupoudrer de poivres. Ajouter les poires et le reste du mélange fromage  crème, et passer au four pour une bonne trentaine de minutes à 160°C.

3.
Lorsque la tarte est cuite, disposer la mâche, le reste des cerneaux de noix et arroser d’huile de noix. Servir sans attendre.

 


Contrairement à mon habitude, au lieu de choisir un vin en fonction de mon plat, j’ai élaboré cette recette à partir d’un vin bien précis. Il s’agit d’un Barsac. La caractéristique des Barsac est que ce sont des vins blancs liquoreux qui affichent une vivacité et une fraîcheur plus importante que celles des vins de l’appellation Sauternes dont ils font partie. C’est la raison pour laquelle j’ai un penchant pour eux.

Je choisis ici un Château Coutet, Premier Cru Classé de Barsac, dans un millésime plutôt récent (de 1999 à 2005). Issu principalement de Sémillon, et additionné de Sauvignon et de Muscadelle, c’est une merveille de fraîcheur, de finesse et d’élégance. Il affiche de façon pure et suave, les agrumes frais et confits, les fruits exotiques, le miel, la fleur d’oranger…

Repost 0
Publié par Jeanne Girardot
commenter cet article
21 avril 2009 2 21 /04 /avril /2009 06:30

Dimanche dernier, en faisant mon marché j’ai osé acheter mes premières fraises de la saison. J’en avais bien déjà goûté avant celles-ci depuis quelques semaines, mais ce n’étaient pas des françaises, et puis, elles n’avaient pas vraiment de goût. Celles-ci en avaient un peu plus que les autres alors je me suis laissée tenter. Qui résiste à l’appel des fruits printaniers et estivaux ?

Un bocal de compote de pommes que j'avais fait avec des goldens achetées à l'automne dernier tronait dans mes placards et m'a donné envie d'élaborer cette recette anachronique: des fruits de saison mariés à des fruits -ou plutôt de la compote- hors saison. 

Beaucoup de simplicité mais surtout, beaucoup de saveurs !...

Les ingrédients pour 4 personnes:
 500g de compote de pomme avec morceaux
 500g de fraises
 200g de farine
150g de sucre roux
 100g de beurre salé
60g de noisettes en poudre
4 cuillers à soupe de flocons d’avoine
2 cuillers à soupe de graines de tournesol

Préparation
1. Dans une jatte, mélanger le sucre, le beurre fondu, la farine, les flocons d’avoine ainsi que les graines de tournesol. Mélanger de sorte à obtenir un ensemble friable.

2. Couper les fraises en quartiers. Préchauffer le four à 160°C.

3. Dans un grand plat à gratin ou plusieurs petits ramequins, couvrir le fond avec la compote de pomme et disposer les quartiers de fraise dessus. Saupoudrer le tout du mélange obtenu à l’étape 1.

4. Passer au four et laisser cuire une trentaine de minutes à 160°C.

 


Je campe sur mes positions, le sucré ne gagne pas à être additionné de sucre. A mon sens, les mariages de vins liquoreux avec des desserts relativement à fortement sucrés ne sont pas heureux. Le sucre a tendance à apporter une sensation de lourdeur qui réclame d’être contrebalancée par de la vivacité. C’est pourquoi il n’est pas rare que je préconise les bulles pour accompagner les recettes de dessert que je propose. Un Champagne, un Crémant ou toute « méthode traditionnelle », brut, de préférence, est à envisager sur ce crumble.

Repost 0
Publié par Jeanne Girardot
commenter cet article
20 avril 2009 1 20 /04 /avril /2009 07:00

Cette tarte est typiquement le genre de repas que je fais le dimanche soir. En quelques secondes, je sonde le contenu du réfrigérateur et des placards dans l'optique de réaliser un repas en un minimum de temps, tout en faisant en sorte de le rendre le plus savoureux possible.

Si j'aime faire ma pâte brisée moi-même, il n'est pas rare que j'en ai un ou deux rouleaux tout prêts dans mon réfrigérateur, pour les urgences, mais surtout pour les fois où j'ai la flemme et mon estomac ne m'octroie pas le luxe d'attendre sagement qu'un repas élaboré daigne se présenter devant moi.

Cette tarte simplissime est réalisée en quelques minutes. Oeufs vivement battus, un yaourt négligemment incorporé au mélange, des tranches de bacon coupées en lanières, quelques brins de ciboulette ciselée et le tour est joué...
 

 

Les ingrédients pour 6 personnes:

Une pâte brisée

6 tranches de bacon fumé

2 œufs

1 yaourt nature ou l’équivalent en fromage blanc

150g de fromage râpé

1 cuiller à soupe de crème fraîche

1 cuiller à soupe de ciboulette fraiche ciselée

1 pincée de 4 baies

1 pincée de poivre

 

Préparation

1. Précuire la pâte brisée. Et laisser le four allumé à 150°C pendant le reste de la préparation.

 

2. Dans une jatte, battre les œufs avec le yaourt, la ciboulette, le poivre et le mélange 4 baies.  

 

3. Couper les tranches de bacon en lanières et les ajouter, avec les ¾ du fromage râpé, au mélange aux œufs. Bien mélanger. Verser l’ensemble sur le fond de tarte précuit. Saupoudrer du reste de fromage.

 

4. Passer au four une bonne trentaine de minutes à 180°C.

 


Pour cette tarte je propose un Corbières blanc. Issu de la région viticole du Languedoc Roussillon, c'est un vin d'une jolie ampleur, aux arômes de fruits exotiques, de pêche et de fleurs.

Repost 0
Publié par Jeanne Girardot
commenter cet article
17 avril 2009 5 17 /04 /avril /2009 07:00

Il y a quelques semaines, peut être même quelques mois, j’avais acheté un paquet de lentilles corail, trouvé dans un linéaire d’une grande épicerie. La jolie couleur orangée m’avait séduite et tendu les bras, sans que je sache vraiment ce que j’en ferai et comment les cuisiner. 

Sur le moment je m’étais dit : « je trouverai bien une manière de les intégrer dans ma cuisine ».
M
ais voilà, quelques temps plus tard, ces jolies lentilles dormaient toujours dans mon placard sans que je ne parvienne à penser à une recette qui leur convienne. 

J’ai donc fait quelques petites recherches sur la toile et j’y ai trouvé beaucoup d’idées savoureuses. Parmi elles, diverses recettes de soupes et autres veloutés qui m’ont inspiré pour la réalisation de ma version d’un joli velouté corail.

   


Les ingrédients pour 4 personnes:

 250g de lentilles corail
 8 tranches de bacon
 4 carottes
 2 oignons
4 gousses d’ail
 1 cuiller à café de curcuma
 ½ cuiller à café de cumin
 1 cuiller à café de curry
2 cubes de bouillon de volaille
½ cuiller à café d’origan
1 cuiller à soupe d’huile d’olive
1 pincée de sel
1 pincée de poivre 

Préparation
1. Couper les carottes en rondelles et émincer l’oignon. Peler l’ail et l’écraser.

2.
Diluer les cubes de bouillon dans un litre d’eau.

3.
Dans le fond d’une casserole, faire revenir les oignons émincés. Ajouter l’ail et les épices et aromates et remuer vivement. Ajouter les carottes et les lentilles. Mouiller avec le bouillon et laisser cuire un vingtaine de minutes.


4.
Mixer le tout. Réserver au chaud.


5.
Faire griller les tranches de bacon à la poêle jusqu’à ce qu’elles durcissent. Verser la soupe dans les bols et y ajouter deux tranches de bacon par personne. Servir sans attendre.

En attendant la prochaine recette, je suis preneuse d’autres idées lumineuse pour cuisiner les lentilles corail…



Un blanc de l’appellation Côte de Beaune, issu du Chardonnay fera l’affaire. Son côté nerveux, ample et robuste sera le bon compagnon de ce velouté dense et riche.

Repost 0
Publié par Jeanne Girardot
commenter cet article
16 avril 2009 4 16 /04 /avril /2009 07:00

J'aime beaucoup cuisiner le lapin. En particulier s'il a été chassé, sa saveur n'en est que plus forte et racée.  C'est une viande que j'aime qualifier de "flexible" car elle accueille volontier une bien large palette d'ingrédients et en ressorts toujours délicieuse. Il en est de même pour les vins qui viennent se marier avec les recettes accommodant le lapin. Blanc ou rouge, on se trompe difficilement...

Mes envies d'été du moment m'ont poussé à miser une fois de plus sur les saveurs provençales que j'aime tant. Tomates, ail et olives noires, un vrai régal. Et en plus c'est une recette très légère!...

 


Les ingrédients pour 4 personnes:

 1 lapin

 50g d'olives noires

 50g d'olives noire à la grecque

 1 boite de tomates pelées au jus
 1 boite de tomates concassées
2 gros oignons
 2 échalotes
5 gousses d’ail
1 beau brin de thym frais ciselé
1 beau brin de romarin frais ciselé
1 cuiller à café d’ail en poudre
1 petit verre de vin blanc
2 cuillers à soupe d’huile d’olive
1 bonne pincée de piment d’Espelette
1 bonne pincée de poivre blanc
1 bonne pincée de 4 poivres concassés
1 bonne pincée de fleur de sel 

Préparation
1.
Découper le lapin en morceaux. Dans une cocotte, les saisir de tous côtés avec une cuiller d’huile d’olive. Oter les morceaux et réserver.

2. Dans la même cocotte, faire dorer les oignons et les échalotes émincées dans l’huile d’olive. Ajouter les gousses d’ail, remuer et laisser cuire encore une minute. Mouiller avec le vin blanc et remuer vivement, laisser réduire. Ajouter les tomates, les olives, les aromates et les épices. Replacer les morceaux de lapin dans la cocotte et baisser le feu. Laisser cuire une heure à feu doux.

 

Servir avec des pommes de terre en robe des champs, du riz ou même des tagliatelles… Et ne pas hésiter à réchauffer le lendemain, c’est encore meilleur !

 

Avec ce lapin-ci, j’irais bien faire un petit tour dans la Loire, en l’accompagnant d’un rouge fruité mais tout aussi charnu. Pourquoi ne pas opter pour un Saumur-Champigny ? Issu principalement de Cabernet Franc, il présente des arômes fruités et épicés. Entre finesse et richesse de structure, ce vin sera l’aimable compagnon de ce plat.

Repost 0
Publié par Jeanne Girardot
commenter cet article
15 avril 2009 3 15 /04 /avril /2009 07:00

Un jour qu’il me restait de la purée de pomme de terre faite en trop grande quantité, comme à mon habitude, je décidais de l’accommoder de manière différente afin de lui redonner vie et de la rendre originale.

J’en étais à mes élucubrations lorsque que mes yeux tombèrent sur un petit Tupperware dans lequel j’avais enfermé quelques blancs d’œufs restants d’une très récente confection de cannelés. 

« Pourquoi pas y ajouter des blancs d’œufs battus en neige pour rendre ma purée plus aérienne ? »
« … Et pourquoi ne pas y ajouter un peu de fromage pour la rendre plus savoureuse ? »

« Pourquoi ne pas faire un soufflé de pomme de terre ? »

C’est ainsi que j’ai réalisé mon premier soufflé  de pomme de terre. S'il n'a rien d'extravagant, cet excellent accompagnement a l’avantage de changer de la purée ou des pommes de terre…

 


Les ingrédients pour 4 personnes:

 
 5 grosses pommes de terre
 3 œufs
 30cl de lait
 1 cuiller à soupe de crème fraîche
 150g de fromage râpé
 5 cuillers à soupe d’huile d’olive
1 pincée de muscade
1 pincée de poivre
1 pincée de sel

Préparation

1. Faire cuire les pommes de terre à l’autocuiseur. Les peler et les écraser avec l’huile d’olive, le lait, la muscade, le sel, le poivre. Mélanger jusqu’à l’obtention d’une purée.

2.
Casser les œufs et séparer les blancs des jaunes. Incorporer les jaunes au mélanger obtenu précédemment. Et incorporer le fromage râpé, tout en en conservant un peu pour le dessus. Bien mélanger. Préchauffer le four à 180°C.

3.
Monter les blancs en neige avec un peu de sel. Incorporer délicatement les blancs au mélange précédemment obtenu. Pour faciliter l’incorporation, on peut commencer par ajouter une bonne cuiller de blancs en neige et mélanger vivement pour rendre le mélange plus souple et plus maniable.

4.
Huiler le moule à soufflé et le remplir du mélange obtenu à l’étape précédente. Il faut que l’ensemble remplisse les 2/3 du moule. Saupoudrer du reste de fromage râpé. Enfourner pour trente à quarante minutes pour un grand moule et une vingtaine de minutes à 180°C pour des ramequins individuels.




Tout dépendra de ce que ce soufflé accompagne….

Repost 0
Publié par Jeanne Girardot
commenter cet article