Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Découvrez les Gelées de Tartine Jeanne

Gelees-de-Raisin-lo.jpg

 

Vous Cherchez ?...

Mes Grilled Cheeses

La recette du moment

Que Faire Avec...

Cadeaux Gourmands

A Propos De...

17 janvier 2009 6 17 /01 /janvier /2009 07:30

Après ma tournée en Asie du mois de décembre, je m'envole aujourd'hui pour un voyage professionnel aux Etats Unis. Au programme, San Francisco, Los Angeles, New York, Chicago, pour terminer par Dallas...

Mais avant d'entamer l'enchaînement de vols, dégustations et autres dîners, je m'octroie 4 jours de vacances à Napa.

Napa, se trouve au Nord Est de San Francisco, Cette petite ville a donné son nom à la Napa Valley, sans nul doute la région vitivinicole la plus renommée des Etats Unis. C'est un peu leur Bordeaux à eux, pour faire court...

Laurier et moi y avons vécu pendant deux ans, alors un  retour là-bas c'est un peu comme un pèlerinage pour moi!

Je ne manquerai pas de faire quelques publications sur mes aventures napalaises, mais aussi américaines, si le temps me le permet...


Cheers!

 

Repost 0
Publié par Jeanne Girardot
commenter cet article
16 janvier 2009 5 16 /01 /janvier /2009 07:30

 S'il est vrai que les idées fusent du côté du plat principal, il m'arrive régulièrement de sécher en ce qui concerne l'accompagnement...  Généralement l'accompagnement requière moins de créativité, et pour rendre un repas équilibré, se cantonner aux légumes verts reste la solution de facilité. Mais lorsque l'on s'y penche un tout petit peu, l'accompagnement ouvre un monde de possibilités. 

La purée est, en soi, vraiment bateau, mais elle peut réellement être sublimée si elle est additionnée d'ingrédients simples et bien choisis. En voici la preuve...
 

Les ingrédients pour 4 personnes:
4 grosses pomme de terre
 1 bonne poignée de thym citron ciselé
 1 bonne poignée de romarin ciselé
 4 cuillers à soupe d'huile d'olive
3 gousses d’ail écrasées et hachées
4 cuillers à soupe de Parmesan râpé
10cl de lait
30g de beurre salé
1 pincée de poivre concassé
1 pincée de fleur de sel

Préparation
1. Dans une assiette creuse, mêler les herbes ciselée à l'huile d'olive, le sel, le poivre et l'ail. Laisser macérer pendant au moins une demi heure.

2. Préparer la purée en faisant cuire les pommes de terre à la vapeur. Après la cuisson, les peler, les écraser avec un le lait et le beurre. Ajouter le mélange d'herbes et d'huile d'olive et le Parmesan. Bien mélanger le tout. C'est prêt!

 
Si vous préparez cette purée à l'avance, vous pouvez aussi la mettre dans un plat à gratin et la faire faire gratiner une vingtaine
de minutes avant de servir.

Bien entendu, il faudra adapter cette purée au plat qui l'accompagne. En ce qui me concerne, lorsque j’ai fait cette purée, c’était pour accompagner un rôti de porc froid et mon choix s’est porté sur un Saint-Joseph rouge.

Repost 0
Publié par Jeanne Girardot
commenter cet article
15 janvier 2009 4 15 /01 /janvier /2009 07:30

Comment peut-on se passer d'un tel classique? Certes, c'est loin d'être diététique, mais c'est justement ce qui fait que c'est si bon! S'il m'arrive de la cuisiner de façon plus légère, avec du yaourt à la place de la béchamel, ou en réduisant la quantité de viande pour privilégier les légumes, c'est tout de même comme cela que Laurier la préfère, et moi aussi!

Alors, c'est parti pour la recette, la vraie!...


 

Les ingrédients pour 6 personnes:
1 aubergine ou pour les flemmards, un paquet de tranches d’aubergines de chez Picard…
300g de viande boeuf hachée
100g de viande pour farce
200g de lardons fumés ou natures
2 oignons
3 gousses d'ail
1 boite de tomates concassées en dés
1 grosse noix de beurre
1 bonne cuiller à soupe de farine
30cl de lait
200g de fromage râpé
3 cuillers à soupe d'huile d'olive
1 pincée de muscade

1 cuiller à soupe d'herbes de Provence
1 pincée de Fleur de sel

1 pincée de poivre concassé


Préparation
1.
Couper l'aubergine en tranches assez fines dans le sens de la longueur et les faire revenir dans une poêle avec de l'huile d'olive. Réserver.

2.
Dans une sauteuse, faire cuire les lardons avec les oignons émincés. Lorsqu'ils sont translucides, ajouter les herbes de Provence, et les viandes. Bien mélanger et laisser cuire quelques minutes en remuant de temps en temps. Ajouter les tomates en dés et laisser réduire à feu très doux. Réserver.
Préchauffer le four à 160°C.

 

3. Préparer une béchamel en faisant fondre le beurre dans une casserole. Hors du feu, ajouter la farine et remuer très vite. Remettre sur feu très doux et ajouter le lait progressivement en remuant à l'aide d'un fouet. Ajouter le sel, le poivre la muscade et un peu de fromage râpé, sans cesser de mélanger. Arreter la cuisson lorsque le mélange a atteint l'épaisseur souhaitée.

 

4. Au fond d'un plat à gratin, installer une première couche d'aubergines. Recouvrir du mélange de viande et de tomates. Procéder par couches jusqu'à épuisement des ingrédients. Recouvrir la dernière couche d'aubergines de béchamel et parsemer de fromage râpé.

 

5. Passer au four 45 minutes à une heure.

Il m'arrive de présenter ma moussaka dans de petites cocottes individuelles ou de petits ramequins, pour une présentation plus soignée. J'accompagne le tout d'une salade verte.


Un bon Provence Rouge
légèrement charpenté avec ce plat convivial sera parfait...

 

Repost 0
Publié par Jeanne Girardot
commenter cet article
13 janvier 2009 2 13 /01 /janvier /2009 07:30

Noix de pétoncles –ou Saint-Jacques- et poireaux se marient vraiment bien, et cette recette est non seulement simplissime, mais aussi très rapide… Et elle fait toujours grand effet. La seule délicatesse réside dans la cuisson des noix de pétoncles. Trop cuites, elles deviennent caoutchouteuses…


 

Les ingrédients pour 4 personnes:
2 poireaux
3 grosses noix de beurre au sel de mer
10cl d’eau
10cl de vin blanc
25 noix de pétoncles (les surgelées conviennent très bien pour cette recette)
4 cuillers à soupe de crème fraîche épaisse
1 pincée de poivre concassé
1 pincée de fleur de sel

Préparation
1. Emincer les poireaux en rondelles d’un centimètre de côté. Dans une sauteuse, faire fondre le beurre et ajouter les poireaux émincés. Bien remuer, ajouter l’eau et couvrir. Laisser cuire une dizaine de minutes à feu très doux. Ajouter ensuite le vin blanc et poursuivre la cuisson à couvert pendant encore 15 minutes, toujours à feu doux. Oter de la sauteuse et réserver.

Cette étape peut tout à fait se faire à l’avance, même la veille.

2.
Dans la sauteuse, faire fondre une noix de beurre et y jeter les pétoncles. Laisser cuire une minute et ajouter la fondue de poireaux. Bien mélanger et laisser cuire encore une minute ou deux à feu doux. Ajouter la crème, saler, poivrer et terminer la cuisson.

Servir sans attendre.

J’aime servir cette entrée avec des gressins ou des petits crackers aux graines fait maison…

 

Un Coteaux-du-Languedoc blanc issu du cépage Picpoul-de-Pinet, il se caractérise par une vivacité et une fraîcheurs délectable. Ses notes d’agrumes, de fruits exotiques et sa rondeur accompagneront harmonieusement ces noix de pétoncles et cette fondue de poireaux.

Repost 0
Publié par Jeanne Girardot
commenter cet article
12 janvier 2009 1 12 /01 /janvier /2009 07:30

A mon retour de vacances de Noël, j'ai entrepris de faire une l'inventaire de mon congélateur. Un petit tri pour faire de la place pour le gibier qui s'accumule....

Courant octobre et novembre, j'avais successivement reçu plusieurs potiron, potimarron et autres citrouilles qui m'avaient valu d'inonder mon blog de recettes toutes plus orangées les unes que les autres. Par la même occasion, j'avais aussi congelé des cubes de potiron pour un usage ultérieur. 
Je dois dire que le potiron supporte très bien la congélation et, dans la mesure où il est cuit l'eau qu'il aura éventuellement accumulée s'évaporera sans problème.

Après avoir décongelé mes cubes de potiron, j'avais envisagé de faire de la confiture et du chutney. Au milieu du processus, j'ai eu envie de gouter le résultat. Le mélange, alors au stade de compote, était tellement délicieux que je l'ai scindé en deux et réservé une partie pour la mettre en bocaux telle quelle.


Ce qu'il faut pour 4 à 5 bocaux de compote:

 1kg de potiron détaillé en dés

4 oranges

 300g de sucre roux

4 sachets de sucre vanillé

 2 ou 3 gouttes d'arôme de fleur d'oranger

 

Préparation

1. Couper les oranges en petits morceaux en ayant préalablement prélevé leur zestes. Dans une casserole avec un fond d'eau, mélanger les morceaux d'orange et de potiron. Faire cuire à feu doux pendant 20 à 30 minutes. Mixer le tout.

2. Dans une casserole mélanger les sucres avec 20 cl d'eau et l'arôme de fleur d'oranger. Faire chauffer à feu doux jusqu'à l'obtention d'un sirop.  


3.
Ajouter le sirop à la purée de potiron et d'oranges et bien mélanger. Faire encore cuire une trentaine de minutes à feu très doux et en remuant de temps en temps.
 

4. Verser dans des bocaux stérilisés et refermer aussitôt.


Cette compote est vraiment délicieuse et s'accompagne très bien de fromage blanc...
 

Pour accompagner cette compote j'opte pour un vin blanc d'Alsace moelleux, Tokay-Pinot Gris, pour son côté épicé et acidulé.

Repost 0
Publié par Jeanne Girardot
commenter cet article
10 janvier 2009 6 10 /01 /janvier /2009 07:30

Voici une recette classique que je revisite régulièrement car elle me permet de « recycler » les restes de fromages qui ont bien souvent tendance à traîner dans le fond du réfrigérateur. D’autant que j’obtiens toujours un franc succès auprès de Laurier… A condition que la tartiflette contienne BEAUCOUP de crème.

 

Inutile de préciser que ce n’est pas la recette diététique du mois, mais les régimes d’après fêtes, ça va bien ! Surtout par ce froid polaire.

 


Le marché pour 4 à 6 personnes:

5 belles pommes de terre

200g de lardons fumés

2 gros oignons

½ petit verre de vin blanc sec

5 cuillers à soupe de crème fraîche

4 cuillers à soupe de fromage blanc (inutile de mettre du 0%, cela ne changera pas la donne…)

5 portions de Vache qui Rit

Fromages selon disponibilité, coupés en lamelles

1 pincée de poivre concassé

1 pincée de fleur de sel

 

Préparation

1. Faire cuire les pommes de terre à la vapeur. Les peler et les couper en rondelles.

 

2. Mélanger la Vache qui Rit avec la crème, le fromage blanc, le sel et le poivre. Préchauffer le four à 180°C.

 

3. Dans une poêle, faire chauffer les lardons. Une fois ceux-ci commencent à rendre de la graisse, ajouter les oignons émincés et laisser cuire en remuant régulièrement. Ajouter le vin, remuer et laisser évaporer. Couper la cuisson lorsque les lardons sont dorés, et que l’oignon est translucide.

 

4. Dans un plat à gratin, verser un peu de crème obtenue à l’étape 2, au fond et ajouter des rondelles de pomme de terre, de la crème, puis le mélange de lardons et oignons, et recommencer jusqu’à épuisement de chacun des composants. Disposer les morceaux de fromage sur le dessus. Passer au four et laisser cuire 30 minutes à 180°C.

 

Pour un plat rustique mieux vaut opter pour un vin plutôt chaleureux et corsé, avec un beau fruit mûr. C’est pourquoi un Collioure fera parfaitement l’affaire. Ce vin rouge du Languedoc-Roussillon est issu de Grenache, de Syrah, de Mourvèdre, pour les cépages principaux, et de Cinsault et de Carignan, pour les cépages accessoires,  pour son fruité et sa rondeur.

Cependant, comme cette recette emploie du vin blanc, on peut également envisager un blanc de Savoie

Repost 0
Publié par Jeanne Girardot
commenter cet article
9 janvier 2009 5 09 /01 /janvier /2009 07:30

Voici une compote simplissime qui se transforme commodément en verrine toute chic, pour peu qu’on la présente dans les jolis petits verres ou ramequins et qu’on la saupoudre d’un petit mélange bien ajusté… Que c’est bon la simplicité !

Pour les cuire ou les transformer en compote, j’aime particulièrement utiliser des Grises du Canada. Leur texture et leur acidité s’y prête plutôt bien à mon sens.
 


Les ingrédients pour 6 personnes:

Pour la compote
5 belles pommes
5 cuillers à soupe de vergeoise brune ou à défaut, de sucre roux.
1 branche de rhubarbe
2 sachets de sucre vanillé

Préparation de la compote
1. Peler et couper les pommes en quartiers. Détailler la rhubarbe en tronçons d’environ deux centimètres de côté. Mettre le tout dans une grande casserole avec un fond d’eau. Ajouter les sucres et porter à ébullition.

2.
Laisser cuire à feu très doux pendant une trentaine de minutes en remuant de temps en temps pour éviter que le fond n’attache. Eteindre le feu et laisser refroidir complètement.

Je prépare généralement la compote la veille, d’une part pour avoir davantage de temps pour préparer le reste du repas, et d’autre part, car la compote est encore plus savoureuse !

Pour le crumble
6 spéculoos
150g d’amandes effilées

Préparation
1. Emietter grossièrement les spéculoos. Ma technique de base consiste à mettre les biscuits dans un sac congélation et de les écraser à l’aide d’une boite de conserve ou le fond d’un verre pas trop fragile. Le but étant d’obtenir une « presque » poudre.

2.
Dans une poêle chauffée à blanc, verser les amandes effilées, et laisser griller quelques secondes. Ajouter les spéculoos et laisser chauffer une petite minute en surveillant pour éviter que le biscuit ne brûle. Oter du feu.

3.
Disposer la compote dans un plat ou de petits ramequin, en fonction des préférences de service, et saupoudrer de poudre de spéculoos et d’amandes grillée.

Petite variante :
Hors saison, vous pouvez faire votre compote en remplaçant la rhubarbe fraîche par 4 cuillers à soupe de confiture de rhubarbe, que vous ajouterez à la cuisson des pommes. Inutile dans ce cas, d’ajouter du sucre.

 

On peut servir ce bon petit dessert en l’agrémentant de crème anglaise, pour un résultat encore plus gourmand…

 

le fait que je n’adhère pas spécialement aux accords sucré-sucrés. Cela dit ici, l’acidité de la pomme alliée à l’amertume de la rhubarbe et les épices combinées à la douceur des amandes peut tout à fait appeler un vin blanc moelleux. J’opte ici pour un Jurançon, issu des cépages Gros et Petit Manseng, dont la complexité enrobera avec beauté ce dessert plein de saveurs.

Repost 0
Publié par Jeanne Girardot
commenter cet article
8 janvier 2009 4 08 /01 /janvier /2009 07:30

Ma belle-mère a un prénom qui fleure bon la Provence. Elle est hollandaise et se nomme Rosemarijn, qui veut se traduit en français par cet aromate joliment odorant qu'est le romarin. Depuis toute petite, elle venait en vacances à Cassis. Un jour que l'on lui demandait son prénom, elle eut du mal à se faire comprendre, l'accent néerlandais n'aidant pas. Pour faciliter les choses, elle s'est contenter de désigner du doigt la petite plante et fût aussitôt baptisée du même nom.
Aujourd'hui, on ne la connait que sous le délicieux prénom Romarin. Elle habite au pied de la montagne Sainte-Victoire, et son jardin sent bon la garrigue...

Avec ses origines hollandaises, Romarin, apporte à sa cuisine une note pas tout à fait française qui lui donne tout son charme et sa saveur. Sa recette de hachis Parmentier a un côté surprenant avec l'ajout d'ingrédients improbables comme les cornichons, les pommes et le mélange quatre épices.cela dit, je dois dire que l'ensemble forme une combinaison étonnamment délicieuse...


Le marché pour 6 à 8 personnes:
6 belles pommes de terre

30g de beurre
15cl de lait
1 bonne pincée de muscade  
150g de fromage râpé 
3 belles pommes (la Grise du Canada sera parfaite pour ce plat) 
Quelques tranches de poitrine fumée émincées

250g de viande de boeuf hachée
250g de viande pour farce
15 à 20 cornichons
3 gros oignons
3 cuillers à soupe d'huile d'olive
3 gousses d'ail
1 pot de concentré de tomate
5cl de Cognac
5cl de Porto (LBV de préférence)
1 belle branche de thym
1 belle branche de romarin

Quelques feuilles de laurier séchées et émiettées
1/2 cuiller à café de quatre épices
1 pincée de safran
1 pincée de fleur de sel
1 pincée de poivre concassé

 

Préparation
1. Préparer la purée en commençant par faire cuire les pommes de terre à la vapeur. Les peler et les écraser avec le beurre, le lait, la muscade et un peu de fleur de sel. Ajouter du beurre et du lait de sorte à obtenir la consistance désirée. Réserver.

2.
A l'aide d'une fourchette, mélanger les viandes hachées avec l'ail coupé en petits morceaux, les épices, les aromates, les alcools et laisser macérer.
 

3.
Dans une cocotte, faire fondre un peu de beurre dans l'huile d'olive et y jeter les oignons émincés. Remuer, couvrir et laisser cuire à feu doux pendant une quinzaine de minutes, en surveillant et remuant de temps en temps. Il faut que les oignons soient translucides. Oter de la cocotte et réserver.

4.
Dans la même cocotte, jeter la poitrine fumée et laisser cuire quelques minutes. Ajouter ensuite le mélange de viandes, d'épices et d'aromates, remuer, couvrir, et laisser cuire une vingtaine de minutes en remuant de temps en temps.

5.
Pendant que la viande cuit, couper les pommes en quartiers relativement fins, et les cornichons en trois, dans le sens de la longueur.

6.
Etaler la moitié de la purée dans le fond d'un plat à gratin et recouvrir de concentré de tomates. Disposer les oignons, puis la viande, puis les pommes, puis les cornichons et napper le tout du reste de purée. Parsemer de fromage râpé et de quelques noisettes de beurre.

7.
Enfourner et laisser cuire 30 à 40 minutes à 180°C.

 
Comme beaucoup de plats de ce genre, le réchauffage du lendemain n'est pas exclu, bien au contraire...

Une fois n'est pas coutume, sortons des sentiers battus et optons pour un Rioja Crianza, vin rouge venu  d'Espagne, dont la puissance parfois anguleuse se prêtera très bien à l'association de toutes ces bonnes choses... Si cela est possible, choisissez-le relativement vieilli, il n'en sera que meilleur et assoupli.

Repost 0
Publié par Jeanne Girardot
commenter cet article
7 janvier 2009 3 07 /01 /janvier /2009 07:30

En voici une qui a bien souvent sa place dans ma cuisine. Que ce soit pour accompagner un dessert, une compote, une tarte, ou pour entrer dans la composition d’un gâteau (celui-ci par exemple), cette crème est non seulement très pratique mais aussi très facile à préparer.

 

 

Ingrédients
3 jaunes d’oeufs
100g de sucre en poudre
½ litre de lait
2 sachets de sucre vanillé
1 cuiller à café d’extrait de vanille

Préparation
1. Battre les jaunes d’œuf avec le sucre jusqu’à ce que le mélange blanchisse et devienne lisse.

2.
Dans une casserole, verser le lait avec le sucre vanillé et l’extrait de vanille. Faire frémir et arrêter la cuisson. Verser sur le mélange d’œuf et de sucre et bien mélanger à l’aide d’un fouet.


3.
Verser le tout à nouveau dans la casserole et ne pas cesser de remuer, pour éviter que le fond de la casserole n’attache. Arrêter la cuisson lorsque le mélange frémit. Verser dans un saladier et laisser refroidir.

 


Après un essai concluant, je pense pouvoir affirmer que la crème anglaise se congèle très bien. Idéalement dans un Tupperware.
 

Sinon, celle-ci se conserve quelques jours au réfrigérateur.

Repost 0
Publié par Jeanne Girardot
commenter cet article
6 janvier 2009 2 06 /01 /janvier /2009 07:30

Rien de tel qu’un bon verre de vin chaud par ce temps glacial. Idéal également pour s’imaginer en haut des pistes…

 

Il m’arrive bien souvent d’en faire plusieurs litres, que je mets en bouteilles, place au frais et sors quand un besoin de chaud et de réconfort se fait ressentir. Pour aller plus vite, je verse quelques rasades dans un mug et hop, au micro ondes.

 


Les ingrédients pour 3 litres de vin chaud:

3 litres de vin rouge plutôt corsé
3 oranges
1 cuiller à soupe de cannelle
1 cuiller à soupe de quatre épices
1 cuiller à café de cardamome en poudre
1 cuiller à café de carvi en poudre
1 ou 2 clous de girofle
8 cuillers à soupe de vergeoise brune ou de sucre roux
1 bâton de cannelle
2 sachets de sucre vanillé
1 petit verre de rhum
25cl d’eau

Préparation

1. Dans une grande casserole, verser le vin, y ajouter l’eau, les épices, les sucres, le jus de deux oranges, ainsi que leur zeste et bien mélanger. Porter à ébullition. Baisser le feu et laisser frémir pendant une trentaine de minutes.

2.
Ajouter ensuite la dernière orange coupée en demi rondelles. Ajouter également le rhum. Laisser encore frémir une dizaine de minutes.

 

Je trouve que c’est encore meilleur lorsqu’il est réchauffé à la casserole le lendemain, car les épices sont encore plus intégrées au vin. Dans ce cas, mieux vaut ajouter de nouvelles tranches d’orange au moment du réchauffage.

Pourquoi ne pas croquer quelques sablés aux épices avec un bon verre de vin chaud ?...

 

Repost 0
Publié par Jeanne Girardot
commenter cet article