Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Découvrez les Gelées de Tartine Jeanne

Gelees-de-Raisin-lo.jpg

 

Vous Cherchez ?...

Mes Grilled Cheeses

La recette du moment

Que Faire Avec...

Cadeaux Gourmands

A Propos De...

13 novembre 2008 4 13 /11 /novembre /2008 07:30

J’ai eu la chance de passer une année entière en Illinois dans une famille américaine. Cette expérience m’a permis de m’imprégner totalement de la culture locale et notamment, de la cuisine traditionnelle. Bon, évidement, dans le mid-west, il n’y a rien d’extrêmement raffiné mais le fait de découvrir les goûts spécifiques d’une culture est vraiment passionnant et en dit long sur les  tendances culturelles.

La première fois que j’ai entendu parler d’une « Pumpkin Pie », c’était à l’occasion de Thanksgiving, une fête familiale américaine qui a lieu les Troisième jeudi de novembre (c’est donc prochainement). Je pensais alors qu’il s’agissait d’une tarte salée. Lorsqu’on m’a expliqué que cette tarte était sucrée et qu’en plus, on la dégustait avec de la « whipped cream » (crème chantilly), j’en étais écoeurée d’avance. Effectivement, j’ai de prime abord trouvé cette tarte très, même trop sucrée et lourde. Mais il existe diverses recettes. J’ai émis beaucoup de réserves sur cette tarte, jusqu’à ce que j’en goûte une, nettement plus légère qui m’a fait changer d’avis. Voici mon adaptation pour une tarte plus légère et savoureuse.
 

Les ingrédients pour 6 personnes:

Pour la pâte sablée

150g de farine
100g de poudre de noisette
100g de beurre salé en petits cubes
60g de sucre en poudre
1 jaune d’œuf
2 cuillers à soupe d’eau

Préparation de la pâte sablée

1. Battre le jaune d’œuf avec le sucre et l’eau.

2.
Mélanger la farine et la poudre de noisette et y ajouter le beurre ramolli. Verser le mélange d’œuf, de sucre et d’eau et incorporer délicatement. Former une boule lisse et réserver au frais une trentaine de minutes.

3.
Préchauffer le four à 180°C.

4.
Etaler la pâte sablée à l’aide d’un rouleau à pâtisserie. Installer la pâte dans un moule à tarte.


5.
Passer au four une quinzaine de minutes.


Pour la garniture
250g de purée de potiron
3 oeufs
1 yaourt nature
20cl de crème liquide
100g de sucre roux
80g de poudre de noisettes
1 cuiller à café de cannelle en poudre

½ cuiller à café de gingembre en poudre
½ cuiller à café de cardamome en poudre
1 pincée de muscade.
Quelques gouttes d’extrait de vanille

Préparation de la tarte

1. Séparer les blancs des jaunes. Battre les blancs en neige ferme.

2.
  Battre les jaunes avec le sucre, les épices et la vanille. Ajouter la purée de potiron, la poudre de noisettes, le yaourt et la crème.


3.
Incorporer délicatement Les blancs en neige au reste. Le mélange doit être lisse et homogène.


4.
Verser le mélange sur le fond de tarte et passer au four à 180°C pendant 45 minutes. Laisser refroidir complètement avant de servir, sous peine de l’effet enclume sur l’estomac !
 
   Une cuiller de crème fraîche sur cette tarte et vous voilà au comble de la gourmandise… 

Avec ce dessert j’opterais pour un vin blanc aromatique et épicé, c’est pourquoi je m’orienterais vers l’Alsace. Un Gewurztraminer sera un bon compagnon de cette tarte. On peut aussi envisager un Vendanges Tardives du même nom, qui marquera davantage sa sucrosité.

Repost 0
Publié par Jeanne Girardot
commenter cet article
12 novembre 2008 3 12 /11 /novembre /2008 07:30

En ce moment j’ai des envies de soupes bien chaudes qui réconcilient avec ce temps froid et triste. Voici une petite soupe comme on les aime avec des ingrédients bien de saison, et un peu de croquant en plus…

Les ingrédients pour 4 personnes :
300g de potiron ou autre courge du même genre
300g de courgettes
1 oignon
2 gousses d’ail
2 cuillers à soupe de crème liquide (la 3% ira très bien)
200g de champignons (ceux que vous avez sous la main)
1 bonne poignée de graines de courge
1 échalote
1 cuiller à soupe d’huile d’olive
1 pincée de muscade
2 pincées de sel
1 bonne pincée de poivre concassé

Préparation
1. Couper les courgettes et le potiron en dés, émincer l’oignon et mettre l’ensemble à cuire dans une casserole avec un peu d’eau. Laisser frémir une vingtaine de minutes, puis, mixer le tout. Ajouter la muscade ainsi que la crème et mélanger. Réserver au chaud.

2.
Dans une poêle, faire griller les graines de courge à sec avec un peu de sel. Mettre de côté.

3.
Hacher l’échalote et écraser les gousses d’ail. Dans une poêle, faire chauffer l’huile d’olive et y jeter l’échalote et l’ail. Faire blondir.

4.
Emincer les champignons et les ajouter à l’échalote et l’ail. Faire dorer le tout.

5.
Servir la soupe dans des assiettes creuses et y ajouter la poêlée de champignons, ainsi que les graines de courge. Servir aussitôt avec du pain de campagne et éventuellement des croûtons.
 

Un Châteauneuf du Pape Blanc qui offrira la rondeur, le fruit et le gras que ce plat réclame.

Repost 0
Publié par Jeanne Girardot
commenter cet article
11 novembre 2008 2 11 /11 /novembre /2008 09:50

Ayant hérité de plusieurs cucurbitacées –surdimensionnés pour la plupart - de variétés différentes, me voilà en cuisine, tentant de leur offrir des rôles variés dans chacun de mes plats du moment, de sorte à ne pas lasser nos estomacs. Je coupe en dés, en tranches, en cubes, je râpe, je mixe… Et puis je congèle aussi.

Ce week end, j’ai fait une quantité honorable de purée de potimarron, c’est pratique, elle peut être utilisée dans nombre de plats différents. Voici un petit crumble tout simple. Un petit plat vite fait pour les soirs de flemme mais également parfait pour accompagner viandes et poissons…
 

Les ingrédients pour 4 personnes :
500g de potimarron
2 échalotes
2 gousses d’ail écrasées
2 cuillers à soupe de chapelure
2 cuillers à soupe de flocons d’avoine
4 cuillers à soupe d’huile d’olive
4 cuillers à soupe de Parmesan râpé
1 cuiller à soupe de coriandre ciselée
1 cube de bouillon de volaille
1 pincée d’ail semoule
1 pincée de muscade
1 pincée de sel
1 pincée de poivre blanc

Préparation
1. Couper le potimarron en cubes. Emincer les échalotes.

2.
Dans une casserole, faire chauffer de l’huile d’olive et y jeter les échalotes et une gousse d’ail écrasée. Faire blondir. Y ajouter les cubes de potimarron, puis le cube de bouillon dilué dans un verre d’eau. Laisser cuire une vingtaine de minutes puis mixer à l’aide d’un pied mixeur. Ajouter l’ail semoule et la muscade.

3.
Mélanger la chapelure, les flocons d’avoine, le Parmesan râpé, l’ail écrasé et haché, la coriandre le sel, le poivre et un peu de muscade. Préchauffer le four à 180°C.

4.
Dans un plat à gratin préalablement beurré déposer la purée de potimarron. Lisser le dessus et saupoudrer du mélange de chapelure.

5.
Passer au four une vingtaine de minutes.

On peut aussi y glisser un peu de jambon en dés ou des petits lardons…

Je choisis un vin blanc  aromatique et légèrement épicé pour accompagner ce petit crumble. Pourquoi pas un Corbières Blanc (Languedoc) ?

Repost 0
Publié par Jeanne Girardot
commenter cet article
10 novembre 2008 1 10 /11 /novembre /2008 07:30

Certes cela semble différent et au goût un peu spécial, mais je vous assure cela vaut le détour !  …Si tant est que vous aimez le fenouil… 

Les ingrédients pour 2 personnes :
4 tranches de pain aux céréales et graines de tournesol
4 cuillers à café de fromage frais type Saint-Morêt
2 tomates
150g de Tomme
1 bulbe de fenouil
16 rondelles de chorizo
1 cuiller à soupe d’huile d’olive

Préparation
1. Préchauffer le four à 180°C.

2.
Etaler le fromage frais sur les tranches de pain. Asperger de quelques gouttes d’huile d’olive. Les disposer sur une plaque recouverte de papier sulfurisé.

3.
Couper le chorizo en rondelles, les tomates et la Tomme en fines tranches et émincer le fenouil. Disposer l’ensemble sur les tranches de pain.

4.
Passer au four une vingtaine de minutes.
 

Pourquoi pas partir en Savoie, avec un vin rouge issu de la Mondeuse. Ce cépage produit un vin corsé, qui soutiendra avec brio le chorizo.

Repost 0
Publié par Jeanne Girardot
commenter cet article
8 novembre 2008 6 08 /11 /novembre /2008 08:30

Voici encore une recette de faisan. Je dois dire que la saison me permet de faire le plein de ce gibier délicieux. Le plus difficile, c’est de faire de la place dans mon congélateur pour réussir à tout caser. 

Pour cette recette j’ai utilisé de la Ch’ti Ambrée. On peut utiliser n’importe quel type de bière, mais l’ambrée apporte un certain caractère à ce plat car elle est plus épicée est son goût est plus marqué.
 

Les ingrédients pour 4 à 6 personnes :
1 faisan plumé et vidé
5 oignons
150g de lardons
1 cuiller à soupe d’Herbes de Provence
1,5 litre de bière ambrée prévoir un peu plus en fonction de la taille de votre cocotte.
1 noix de beurre
1 cuiller à café de baies roses
1 cube de bouillon de volaille
½ cuiller à café de sel
½ cuiller à café de poivre concassé

Préparation
1. Dans une cocotte, faire chauffer le beurre et saisir le faisan de tous côtés, puis le retirer.

2.
Dans la cocotte, ajouter les lardons, les herbes de Provence ainsi que les oignons émincés. Remuer et laisser dorer.

3.
Remettre le faisan sur les lardons et les oignons et verser 25cl de bière dans lesquels on aura dilué le bouillon. Laisser frémir une quinzaine de minutes.

4.
Verser le reste de la bière et laisser cuire 2 heures à couvert et à feu doux.

On peut servir ce faisan avec un gratin dauphinois…

Un vin rouge de la Côte de Nuits, un Nuit-Saint-Georges par exemple, ou un Vougeot. Il alliera structure et subtile élégance. Point trop d’intensité face à la délicatesse de ce plat.
On peut également imaginer servir un très bon cidre brut avec ce plat. Pourquoi pas ?

Repost 0
Publié par Jeanne Girardot
commenter cet article
7 novembre 2008 5 07 /11 /novembre /2008 07:30

L’autre jour, alors que nous nous plaignions du froid et de l’hiver qui arrivait en mangeant notre soupe, Laurier s’est exclamé : « Quand est-ce que tu nous refait ta potée ? ». 

Mon inspiration pour cette recette date d’il y a quelques années, suite à un mémorable dîner au restaurant « La Cloche », à Mouscron, en Belgique. Leur potée des brasseurs était tellement à tomber que j’ai eu envie de la reproduire à ma façon dès le lendemain. Ce fût le début de ma frénésie de potées hivernales, pour le plus grand bonheur de Laurier.

C’est le plat bien idéal par ce temps humide et glacial. Rien que du réconfort…
  

Les ingrédients pour 4 personnes :
50cl de bière blonde
50cl de bière ambrée ou rousse
300g de lard de poitrine fumée demi sel coupé en tronçons
2 saucisses de Morteau ou saucisses fumées
2 saucisses de Strasbourg
4 rondelles de saucisson à l’ail
5 andouillettes
200g de pois cassés secs
200g de haricots blancs secs
4 gousses d’ail
2 oignons
1 échalote
4 carottes
200g de haricots verts
2 grosses pommes de terre
2 cuillers à soupe d’huile d’olive
1 cube de bouillon de légume
1 cube de bouillon de boeuf
2 clous de girofle
Sel
Poivre

Préparation
1. Faire tremper les pois cassés avec les haricots blancs dans de l’eau toute une nuit. Le lendemain, les rincer et les mettre dans une casserole. Couvrir de 2 litres d’eau dans laquelle on aura préalablement dilué les deux cubes de bouillon et ajouté une partie du bouquet garni. Nettoyer les pommes de terre et les ajouter sur les pois cassés et les haricots. Faire cuire à feu très doux pendant 1h. Egoutter le tout. Mélanger les pois et les haricots avec une gousse d’ail écrasée et réserver. Peler les pommes de terre et les couper en morceaux.

2.
Couper les carottes en rondelles de 5cm de longueur. Emincer les oignons. Dans une cocotte, faire chauffer de l’huile d’olive et y jeter les oignons et les carottes. Faire blondir et retirer.

3.
Dans la même cocotte, saisir les différents morceaux de viande et de saucisse sauf les andouillettes. Ajouter les pommes de terre, les haricots blancs et les pois cassés et mouiller avec la bière. Ajouter le reste du bouquet garni, ainsi que l’échalote piquée du clou de girofle. Mélanger le tout et laisser cuire à feu très doux pendant 2h, en remuant de temps en temps pour éviter que le fond n’attache.

Les pommes de terre et les pois cassés forment petit à petit une sorte de soupe très épaisse.

4.
Un quart d’heure avant la fin de la cuisson, ajouter les andouillettes (si on les ajoute trop tôt elles se désintègrent), ainsi que les haricots verts.

Ce plat est encore meilleur réchauffé le lendemain, et si vous avez préparé des quantités astronomiques, comme moi, vous pouvez tout aussi bien congeler cette potée…

Ici, un Saint-Emlion, ou même l’un de ses satellites (Montagne-Saint-Emilion, Lussac-Saint-Emilion, Saint-Georges-Saint Emilion ou Puissegain-Saint-Emilion…) sera parfait pour accompagner ce plat riche d’hiver.

Repost 0
Publié par Jeanne Girardot
commenter cet article
6 novembre 2008 4 06 /11 /novembre /2008 07:30

 J’aime beaucoup le fait de pouvoir compter sur les surgelés. Il m’arrive bien souvent de congeler les fruits d’été, rien que pour avoir le plaisir de les cuisiner quand il ne fait pas « grand beau » et que la neige n’est pas loin. 

La rhubarbe est très facile à congeler. Elle est aussi facile à trouver, chez Picard par exemple. 

Pour cette recette improvisée, j'ai utilisé , entre autres, un reste de crème anglaise pour la garniture de la tarte. Improbable mais vraiment délicieux...
 

Les ingrédients pour 6 personnes:
Cette fois-ci j’ai réalisé cette tarte avec une pâte feuilletée mais j’aime aussi la variante avec une pâte sablée détournée…

Pour la pâte sablée
150g de farine
100g de poudre d’amandes
100g de beurre salé en petits cubes
60g de sucre en poudre
1 jaune d’oeuf
2 cuillers à soupe d’eau

Préparation de la pâte sablée
1. Battre le jaune d’œuf avec le sucre et l’eau.

2.
Mélanger la farine et la poudre d’amandes et y ajouter le beurre ramolli. Verser le mélange d’œuf, de sucre et d’eau et incorporer délicatement. Former une boule lisse et réserver.

3.
Préchauffer le four à 180°C.

4.
Etaler la pâte sablée à l’aide d’un rouleau à pâtisserie. Installer la pâte dans un moule à tarte.

5.
Passer au four une quinzaine de minutes.


Pour la garniture
3 branches de rhubarbe
10cl de crème anglaise
4 cuillers à soupe de cassonade ou sucre roux
2 oeufs
2 cuillers à soupe de farine
200g d’amandes mondées
50g d’amandes en poudre

Préparation
1. Couper la rhubarbe en rondelles. Faire bouillir une casserole d’eau et y plonger la rhubarbe une à deux minutes. Egoutter et déposer sur du papier absorbant. Placer sur la pâte sablée précuite.

2.
Battre les œufs avec le sucre. Mélanger la farine et la poudre d’amandes. Y ajouter le mélange d’œuf et de sucre et bien remuer. Verser la crème anglaise progressivement et mélanger jusqu’à l’obtention d’un appareil homogène. Verser sur la rhubarbe. Parsemer d’amandes mondées.

3.
Placer au four préchauffé à 180°C pendant une trentaine de minutes. 
 

 

Les yeux plus gros que le ventre? Un petit passage au four le lendemain et elle sera encore meilleure...

Un Gewurztraminer (cépage alsacien) Vendanges Tardives, dont la légère sucrosité sera un bon compromis entre l’accord sucré-sucré qui peut être parfois écoeurant et l’accord sucré-vin blanc sec qui est, lui, un peu raide.

Repost 0
Publié par Jeanne Girardot
commenter cet article
5 novembre 2008 3 05 /11 /novembre /2008 07:30

Je l’ai déjà dit, j’aime faire des conserves de toutes sortes. Légumes, compotes, confitures, tartinades et pâtés. 

La première fois que j’ai fait cette recette c’était un peu au hasard. J’avais acheté des canards gras entiers, comme je fais plusieurs fois par an, et je ne savais pas trop quoi faire des foies. J’ai donc utilisé la graisse de la bête pour cette mousse improvisée. Pour la suivante, j’ai ajouté du Porto.


Les ingrédients pour 6 bocaux moyens:
500g de foies de canard (ou de volailles)
300g de graisse de canard ou graisse d’oie
1 oeuf
1 verre de Porto
½ cuiller à café de sel
½ cuiller à café de poivre concassé

Préparation
1. Dans le bol d’un mixer, déposer les foies, la graisse de canard, l’œuf, le Porto, le sel et le poivre et mixer l’ensemble finement.

2.
Verser une partie du mélange dans des bocaux préalablement stérilisés. Ne pas trop remplir les bocaux afin d’éviter que la stérilisation ne se fasse pas correctement.

3.
Placer dans un stérilisateur, et à défaut, dans un autocuiseur dans lequel on aura pris soin de déposer un torchon propre au fond et un autre entre les bocaux. Compter 50 minutes de cuisson à partir du sifflement.

Pour optimiser la saveur de cette mousse de foie, il vaut mieux attendre 1 mois avant de l’ouvrir…

Laurier est fou de cette mousse foie, en particulier avec des cornichons. C’est également délicieux sur du pain d’épices…

Un Médoc sera le bon compagnon de cette mousse de foie. Sa structure tannique est puissante grâce à la majorité de Cabernet Sauvignon dans son assemblage.

On peut également envisager un blanc liquoreux, un Bonnezeaux ou un Montbazillac, un peu comme pour le foie gras…

Repost 0
Publié par Jeanne Girardot
commenter cet article
4 novembre 2008 2 04 /11 /novembre /2008 07:30

J’aime l’association du porc et de la pomme. Après avoir fait un chutney de pommes j’ai eu envie d’en farcir un filet de porc. J'ai également enduit la viande pour qu'une sorte de croûte se forme autour du filet, un délice!


Les ingrédients pour 6 personnes:
1 filet de porc d’un kilo
5 pommes
2 gros oignons
1 cuiller à soupe de beurre
½ verre de vinaigre de cidre
½ verre de calvados
Thym ciselé
Romarin ciselé
Poivre du moulin
Fleur de sel
1 cuiller à soupe de graines de coriandre
1 grand verre d’eau
2 cuillers à soupe d’huile d’olive

Préparation
1. Peler et épépiner les pommes. Les couper en quartiers. Dans le fond d’une casserole, faire fondre le beurre et y ajouter l’oignon émincé. Laisser dorer et ajouter les quartiers de pomme. Faire cuire à feu doux pendant 10 minutes. Mouiller avec le vinaigre de cidre et ajouter les épices et aromates. Ajouter un peu d’eau, couvrir et laisser mijoter pendant 45 minutes en vérifiant que le fond n’attache pas. En fin de cuisson ajouter le calvados et laisser réduire. Réserver.

2.
Tailler le filet dans le sens de la longueur. Le farcir de chutney, le refermer et le ficeler.

3.
Huiler le filet et l’enduire de chutney tout autour. Envelopper de papier d’aluminium et passer au four pendant 1h15. Une quinzaine de minutes avant la fin de la cuisson, ôter l’aluminium.

Servir avec un peu de chutney et du riz basmati par exemple…

Le porc craint la surpuissance, je choisis donc un Nuits-Saint-Georges, Bourgogne rouge, qui ne sera pas trop jeune. Il allie subtile vigueur et élégance charmeuse.

Repost 0
Publié par Jeanne Girardot
commenter cet article
3 novembre 2008 1 03 /11 /novembre /2008 07:30


Pour mon anniversaire, mon mari m’a emmené dans notre restaurant préféré de Bordeaux, Chez « Peppone ».

Situé Cours Georges Clemenceau, près de la place Gambetta, ce restaurant plein de charme nous emmène tout droit en Italie, dès que l’on a passé la porte.

 

Que mange-t-on ?
Les pizzas sont grandioses, les pâtes aussi, mais je dois dire que j’ai du mal à opter pour ces dernières, tellement les pizzas sont mythiques

Laurier et moi avons notre petite habitude. On commence par partager une assiette de Jambon de Parme et de Parmesan (9,90€)
  

Ensuite je prends une pizza Ultima, garnie de jambon de Parme, de Parmesan et de Roquette. (11,90€) Laurier prend une pizza Media, à la ricotta, ail, tomate cerise et jambon de Parme. (11,90€)

  

Généralement, après cela, nous n’avons plus de place pour un dessert…

Que boit-on ?
Ici, le vin c’est uniquement italien, mais ce n’est pas pour nous déplaire. Leur sélection est intéressante. Le côté sympa, c’est que l’on descend à la cave pour aller chercher sa bouteille. 

Cette fois-ci nous avons choisi un Valpolicella 2005, Vigneti di Torbe Ripasso, Veneto. Ce vin est issu des cépages Corvina, Rondinella et Molinara. (19,90€)


C’est un vin agréable, relativement puissant et assez alcooleux, aux arômes gourmands de fruits rouges et noirs mûrs. 

Le jugement par les toilettes
Rien d’exceptionnel de ce coté là, si ce n’est la touche humoristique indiquant « PQ Toscan » devant les piles de rouleaux de papier…

Le verdict
Ce restaurant reste au top de mon classement. L’ambiance est toujours très chaleureuse, le cadre est plus qu’agréable et les pizzas sont à tomber. Et puis, je dois dire que le petit tour à la cave est un rituel particulièrement plaisant !

  

Pas de réservation, il est donc préférable de venir de bonne heure, pour éviter de faire la queue...

PEPPONE
31, Cours Georges Clemenceau
33000 Bordeaux
05 56 44 91 05

Repost 0
Publié par Jeanne Girardot
commenter cet article