Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Découvrez les Gelées de Tartine Jeanne

Gelees-de-Raisin-lo.jpg

 

Vous Cherchez ?...

Mes Grilled Cheeses

La recette du moment

Que Faire Avec...

Cadeaux Gourmands

A Propos De...

18 novembre 2008 2 18 /11 /novembre /2008 07:30

Je vous propose ma version d'un classique qui permet d’en réaliser des tas...

 Pâte brisée 1 

Ce qu’il vous faut pour 1 abaisse :
200g de farine
80g de beurre salé à température ambiante
½ cuiller à café de sel
½ verre d’eau chaude (10 à 12 cl)

Préparation de la pâte brisée

1. Prendre soin que le beurre soit en pommade. Si ce n’est pas le cas, il conviendra de le faire ramollir au micro ondes quelques secondes en faisant attention de ne pas le faire fondre.

2. Dans une jatte, mélanger la farine et le sel, puis y ajouter le beurre en mélangeant du bout des doigts. Ajouter l’eau chaude. Mélanger délicatement l’ensemble sans malaxer à outrance et former une boule.

3. Réfrigérer une trentaine de minutes avant l’utilisation.

On peut également ajouter un jaune d'oeuf à la préparation qui lui conférera un peu plus de tenue, mais cela n'a rien d'obligatoire.

Préparation au Tupperware

Voici une alternative pour fainéants. Cette méthode est pratique, rapide et a l’avantage d’éviter que la pâte ne devienne trop élastique.
Se munir d’un Tupperware à couvercle et y mettre l’ensemble des ingrédients. Refermer le Tupperware et agiter très vigoureusement pendant une minute. Ouvrir et vérifier que la pâte ait formé une boule. Sinon, rassembler la pâte délicatement avec les doigts.

Pâte brisée 2

Vous pouvez également congeler cette pâte sous forme de boule ou de carré préaplati. Pour la faire décongeler, sortez la une bonne demi journée avant de l’utiliser. Une décongélation au micro-ondes n’est pas l’idéal…

Cette pâte brisée est une stricte base. Son intérêt réside dans le fait que l'on peut l’accommoder selon les usages que l’on en fera. Ainsi on pourra y ajouter des herbes fraîches ciselées, des épices, du sucre roux pour une tarte sucrée, ou même de la poudre d’amande ou de noisette…Selon votre imagination !

 

Dans la même série, découvrez aussi:

 

Fausse pâte feuilletée "Fausse" Pâte Feuilletée aux Petits Suisses, Facile Rapide, Pratique  

 

null
 Pâte à Pizza, Facile, Rapide, Pratique



Sauce Tomate Ultra Rapide - 2 Minutes Chrono
Sauce Pizza Ultra Rapide - 2 Minutes Chrono 
 

 

   null
 
Sauce Pour Pizza, Facile, Rapide, Pratique

 

 
Blinis Faciles et Rapides



 Baguette Maison, Facile et Rapide

 

null 
 Pâte Sablée

Repost 0
Publié par Jeanne Girardot
commenter cet article
17 novembre 2008 1 17 /11 /novembre /2008 13:02

Encore du potiron ! Quand il n’y en a plus, il y en encore. Il faut bien que je vienne à bout de mes stocks, même mes voisins en profitent…

V
oici de gourmandes petites crèmes aux saveurs et aux couleurs de saison… 

Les ingrédients pour 4 personnes:
200g de potiron coupé en dés
2 oeufs
20cl de crème liquide
100g de sucre roux
50g de vergeoise brune
1 pincée de cannelle en poudre
1 pincée de gingembre en poudre
1 pincée de cardamome en poudre

Préparation de la tarte
1. Faire cuire le potiron dans un peu d’eau. Laisser cuire une quinzaine de minutes, jusqu’à ce que le potiron devienne tendre. Mixer le tout et laisser refroidir.

2.
Battre les oeufs avec le sucre roux et les épices. Ajouter la purée de potiron ainsi que la crème. Le mélange doit être lisse et homogène. Verser dans une casserole et faire cuire à feu très doux en remuant sans cesse jusqu’à ce que le mélange épaississe.

3.
Verser le mélange dans des ramequins et laisser refroidir. Saupoudrer de vergeoise et passer sous le grill du four ou au chalumeau.

Pour sublimer le tout, ajouter quelques noix et noisettes concassées à la vergeoise avant de faire dorer.

Avec ce dessert, ainsi que pour la tarte au potiron précédemment postée, j’opterais pour un vin blanc aromatique et épicé, avec un peu de sucre résiduel, un Riesling Vendanges Tardives, vin blanc d’Alsace.

Repost 0
Publié par Jeanne Girardot
commenter cet article
15 novembre 2008 6 15 /11 /novembre /2008 09:00

Depuis ma tendre enfance, je raffole de ce dessert gras à souhaits. C’était souvent lorsque nous allions en vacances en Bretagne que nous avions le plaisir d’en avoir pour le goûter. Autant dire qu’il ne faisait pas long feu…

Nature, il est, certes, un peu sec, il mérite alors d’être accompagné de compote ou de confiture. Ce gâteau devient un pur délice lorsqu’il est fourré. Tantôt à la framboise, tantôt aux pruneaux, j’avoue avoir un petit faible pour le pruneau… En voici ma version.
 

Les ingrédients pour 6 personnes :

Pour la Crème de Pruneaux
200g de pruneaux dénoyautés
30cl de thé noir
1 cuiller à café de cannelle
2 cuillers à soupe de rhum

Préparation
1. Faire tremper les pruneaux dans le thé pendant 12 heures.

2.
Mélanger les pruneaux, 4 cuillers à soupe du jus de trempage, le rhum et la cannelle. Mixer le tout.

3.
Verser le mélange dans une casserole et faire cuire à feu doux pendant une quinzaine de minutes. Lorsque la crème a réduit, éteindre le feu et laisser refroidir. L’ensemble ne doit pas être trop liquide, la consistance doit s’apparenter à de la confiture.


Pour la Pâte
300g de farine
200g de sucre
250g de beurre salé en pommade
4 jaunes d’œufs + 1 pour dorer

Préparation
1. Battre les jaunes d’œufs et le sucre jusqu’à ce que le mélange blanchisse.

2.
Mélanger la farine et le beurre, et y ajouter le mélange de sucre et d’œuf. Travailler la pâte pour qu’elle devienne homogène. Celle-ci doit être bien dense. Préchauffer le four à 180°C.

3.
Dans un moule à manqué recouvert de papier cuisson, verser une partie de la pâte. Tartiner avec la crème de pruneaux, puis recouvrir avec le reste de pâte.

4.
Mélanger le jaune d’œuf avec une cuiller à soupe d’eau. Badigeonner le dessus du gâteau avec ce mélange et réaliser des stries à l’aide d’une fourchette.

5.
Passer au four pendant 45 minutes. Laisser refroidir.
 

Je choisis des bulles pour ce gâteau qui les mérite bien. Pourquoi pas un Crémant de Loire ?

Repost 0
Publié par Jeanne Girardot
commenter cet article
14 novembre 2008 5 14 /11 /novembre /2008 07:30

J’aime beaucoup les soupes surprises. Par surprise, j’entends qu’on y découvre tantôt du croquant, tantôt du moelleux, lui apportant une touche suave ici, une note épicée là. Cela donne un côté ludique à cette entrée souvent dénigrée. Dans, cette petite soupe toute simple et réconfortante pour les soirées froides d’hiver, ce sont les artichauts qui font office de surprise…

Ingrédients pour 4 personnes:
10 carottes  
4 artichauts poivrade
1 bonne pincée de cumin
1 poignée de pignons
2 cuillers à soupe de crème
2 cuillers à soupe d’huile d’olive
1 bonne pincée de cumin
1 bonne pincée de muscade
Sel
Poivre

Préparation
1. Tourner les artichauts, en coupant les queues, retirant les feuilles les plus dures et couper 1/3 du bout des feuilles. Couper les petits artichauts en deux et ôter le foin. Couper encore chaque moitié en deux et asperger le tout du jus de citron.

2.
Faire cuire les artichauts à la vapeur et laisser refroidir.

3.
Pendant ce temps, peler les carottes et les détailler en rondelles. Dans une casserole, faire chauffer 1 litre d’eau et ajouter les carottes, l’échalote, les épices, le sel, le poivre, ainsi que l’huile d’olive. Couvrir et laisser cuire jusqu’à ce que les carottes cuites. Mixer le tout et réserver.

4.
Faire sauter les morceaux d’artichaut et les pignons dans une poêle avec de l’huile d’olive.

5.
Ajouter la crème fraîche à la soupe, mélanger et la verser dans la soupière. Déposer les artichauts et les pignons dedans. Servir immédiatement.
 

S’il faut un rouge je choisis un Crozes-Hermitage, appellation de la Vallée du Rhône et issu principalement du cépage Syrah, car il est souple, fruité et relativement léger. Sinon, un blanc de Bourgogne sera également envisageable…

Repost 0
Publié par Jeanne Girardot
commenter cet article
13 novembre 2008 4 13 /11 /novembre /2008 07:30

J’ai eu la chance de passer une année entière en Illinois dans une famille américaine. Cette expérience m’a permis de m’imprégner totalement de la culture locale et notamment, de la cuisine traditionnelle. Bon, évidement, dans le mid-west, il n’y a rien d’extrêmement raffiné mais le fait de découvrir les goûts spécifiques d’une culture est vraiment passionnant et en dit long sur les  tendances culturelles.

La première fois que j’ai entendu parler d’une « Pumpkin Pie », c’était à l’occasion de Thanksgiving, une fête familiale américaine qui a lieu les Troisième jeudi de novembre (c’est donc prochainement). Je pensais alors qu’il s’agissait d’une tarte salée. Lorsqu’on m’a expliqué que cette tarte était sucrée et qu’en plus, on la dégustait avec de la « whipped cream » (crème chantilly), j’en étais écoeurée d’avance. Effectivement, j’ai de prime abord trouvé cette tarte très, même trop sucrée et lourde. Mais il existe diverses recettes. J’ai émis beaucoup de réserves sur cette tarte, jusqu’à ce que j’en goûte une, nettement plus légère qui m’a fait changer d’avis. Voici mon adaptation pour une tarte plus légère et savoureuse.
 

Les ingrédients pour 6 personnes:

Pour la pâte sablée

150g de farine
100g de poudre de noisette
100g de beurre salé en petits cubes
60g de sucre en poudre
1 jaune d’œuf
2 cuillers à soupe d’eau

Préparation de la pâte sablée

1. Battre le jaune d’œuf avec le sucre et l’eau.

2.
Mélanger la farine et la poudre de noisette et y ajouter le beurre ramolli. Verser le mélange d’œuf, de sucre et d’eau et incorporer délicatement. Former une boule lisse et réserver au frais une trentaine de minutes.

3.
Préchauffer le four à 180°C.

4.
Etaler la pâte sablée à l’aide d’un rouleau à pâtisserie. Installer la pâte dans un moule à tarte.


5.
Passer au four une quinzaine de minutes.


Pour la garniture
250g de purée de potiron
3 oeufs
1 yaourt nature
20cl de crème liquide
100g de sucre roux
80g de poudre de noisettes
1 cuiller à café de cannelle en poudre

½ cuiller à café de gingembre en poudre
½ cuiller à café de cardamome en poudre
1 pincée de muscade.
Quelques gouttes d’extrait de vanille

Préparation de la tarte

1. Séparer les blancs des jaunes. Battre les blancs en neige ferme.

2.
  Battre les jaunes avec le sucre, les épices et la vanille. Ajouter la purée de potiron, la poudre de noisettes, le yaourt et la crème.


3.
Incorporer délicatement Les blancs en neige au reste. Le mélange doit être lisse et homogène.


4.
Verser le mélange sur le fond de tarte et passer au four à 180°C pendant 45 minutes. Laisser refroidir complètement avant de servir, sous peine de l’effet enclume sur l’estomac !
 
   Une cuiller de crème fraîche sur cette tarte et vous voilà au comble de la gourmandise… 

Avec ce dessert j’opterais pour un vin blanc aromatique et épicé, c’est pourquoi je m’orienterais vers l’Alsace. Un Gewurztraminer sera un bon compagnon de cette tarte. On peut aussi envisager un Vendanges Tardives du même nom, qui marquera davantage sa sucrosité.

Repost 0
Publié par Jeanne Girardot
commenter cet article
12 novembre 2008 3 12 /11 /novembre /2008 07:30

En ce moment j’ai des envies de soupes bien chaudes qui réconcilient avec ce temps froid et triste. Voici une petite soupe comme on les aime avec des ingrédients bien de saison, et un peu de croquant en plus…

Les ingrédients pour 4 personnes :
300g de potiron ou autre courge du même genre
300g de courgettes
1 oignon
2 gousses d’ail
2 cuillers à soupe de crème liquide (la 3% ira très bien)
200g de champignons (ceux que vous avez sous la main)
1 bonne poignée de graines de courge
1 échalote
1 cuiller à soupe d’huile d’olive
1 pincée de muscade
2 pincées de sel
1 bonne pincée de poivre concassé

Préparation
1. Couper les courgettes et le potiron en dés, émincer l’oignon et mettre l’ensemble à cuire dans une casserole avec un peu d’eau. Laisser frémir une vingtaine de minutes, puis, mixer le tout. Ajouter la muscade ainsi que la crème et mélanger. Réserver au chaud.

2.
Dans une poêle, faire griller les graines de courge à sec avec un peu de sel. Mettre de côté.

3.
Hacher l’échalote et écraser les gousses d’ail. Dans une poêle, faire chauffer l’huile d’olive et y jeter l’échalote et l’ail. Faire blondir.

4.
Emincer les champignons et les ajouter à l’échalote et l’ail. Faire dorer le tout.

5.
Servir la soupe dans des assiettes creuses et y ajouter la poêlée de champignons, ainsi que les graines de courge. Servir aussitôt avec du pain de campagne et éventuellement des croûtons.
 

Un Châteauneuf du Pape Blanc qui offrira la rondeur, le fruit et le gras que ce plat réclame.

Repost 0
Publié par Jeanne Girardot
commenter cet article
11 novembre 2008 2 11 /11 /novembre /2008 09:50

Ayant hérité de plusieurs cucurbitacées –surdimensionnés pour la plupart - de variétés différentes, me voilà en cuisine, tentant de leur offrir des rôles variés dans chacun de mes plats du moment, de sorte à ne pas lasser nos estomacs. Je coupe en dés, en tranches, en cubes, je râpe, je mixe… Et puis je congèle aussi.

Ce week end, j’ai fait une quantité honorable de purée de potimarron, c’est pratique, elle peut être utilisée dans nombre de plats différents. Voici un petit crumble tout simple. Un petit plat vite fait pour les soirs de flemme mais également parfait pour accompagner viandes et poissons…
 

Les ingrédients pour 4 personnes :
500g de potimarron
2 échalotes
2 gousses d’ail écrasées
2 cuillers à soupe de chapelure
2 cuillers à soupe de flocons d’avoine
4 cuillers à soupe d’huile d’olive
4 cuillers à soupe de Parmesan râpé
1 cuiller à soupe de coriandre ciselée
1 cube de bouillon de volaille
1 pincée d’ail semoule
1 pincée de muscade
1 pincée de sel
1 pincée de poivre blanc

Préparation
1. Couper le potimarron en cubes. Emincer les échalotes.

2.
Dans une casserole, faire chauffer de l’huile d’olive et y jeter les échalotes et une gousse d’ail écrasée. Faire blondir. Y ajouter les cubes de potimarron, puis le cube de bouillon dilué dans un verre d’eau. Laisser cuire une vingtaine de minutes puis mixer à l’aide d’un pied mixeur. Ajouter l’ail semoule et la muscade.

3.
Mélanger la chapelure, les flocons d’avoine, le Parmesan râpé, l’ail écrasé et haché, la coriandre le sel, le poivre et un peu de muscade. Préchauffer le four à 180°C.

4.
Dans un plat à gratin préalablement beurré déposer la purée de potimarron. Lisser le dessus et saupoudrer du mélange de chapelure.

5.
Passer au four une vingtaine de minutes.

On peut aussi y glisser un peu de jambon en dés ou des petits lardons…

Je choisis un vin blanc  aromatique et légèrement épicé pour accompagner ce petit crumble. Pourquoi pas un Corbières Blanc (Languedoc) ?

Repost 0
Publié par Jeanne Girardot
commenter cet article
10 novembre 2008 1 10 /11 /novembre /2008 07:30

Certes cela semble différent et au goût un peu spécial, mais je vous assure cela vaut le détour !  …Si tant est que vous aimez le fenouil… 

Les ingrédients pour 2 personnes :
4 tranches de pain aux céréales et graines de tournesol
4 cuillers à café de fromage frais type Saint-Morêt
2 tomates
150g de Tomme
1 bulbe de fenouil
16 rondelles de chorizo
1 cuiller à soupe d’huile d’olive

Préparation
1. Préchauffer le four à 180°C.

2.
Etaler le fromage frais sur les tranches de pain. Asperger de quelques gouttes d’huile d’olive. Les disposer sur une plaque recouverte de papier sulfurisé.

3.
Couper le chorizo en rondelles, les tomates et la Tomme en fines tranches et émincer le fenouil. Disposer l’ensemble sur les tranches de pain.

4.
Passer au four une vingtaine de minutes.
 

Pourquoi pas partir en Savoie, avec un vin rouge issu de la Mondeuse. Ce cépage produit un vin corsé, qui soutiendra avec brio le chorizo.

Repost 0
Publié par Jeanne Girardot
commenter cet article
8 novembre 2008 6 08 /11 /novembre /2008 08:30

Voici encore une recette de faisan. Je dois dire que la saison me permet de faire le plein de ce gibier délicieux. Le plus difficile, c’est de faire de la place dans mon congélateur pour réussir à tout caser. 

Pour cette recette j’ai utilisé de la Ch’ti Ambrée. On peut utiliser n’importe quel type de bière, mais l’ambrée apporte un certain caractère à ce plat car elle est plus épicée est son goût est plus marqué.
 

Les ingrédients pour 4 à 6 personnes :
1 faisan plumé et vidé
5 oignons
150g de lardons
1 cuiller à soupe d’Herbes de Provence
1,5 litre de bière ambrée prévoir un peu plus en fonction de la taille de votre cocotte.
1 noix de beurre
1 cuiller à café de baies roses
1 cube de bouillon de volaille
½ cuiller à café de sel
½ cuiller à café de poivre concassé

Préparation
1. Dans une cocotte, faire chauffer le beurre et saisir le faisan de tous côtés, puis le retirer.

2.
Dans la cocotte, ajouter les lardons, les herbes de Provence ainsi que les oignons émincés. Remuer et laisser dorer.

3.
Remettre le faisan sur les lardons et les oignons et verser 25cl de bière dans lesquels on aura dilué le bouillon. Laisser frémir une quinzaine de minutes.

4.
Verser le reste de la bière et laisser cuire 2 heures à couvert et à feu doux.

On peut servir ce faisan avec un gratin dauphinois…

Un vin rouge de la Côte de Nuits, un Nuit-Saint-Georges par exemple, ou un Vougeot. Il alliera structure et subtile élégance. Point trop d’intensité face à la délicatesse de ce plat.
On peut également imaginer servir un très bon cidre brut avec ce plat. Pourquoi pas ?

Repost 0
Publié par Jeanne Girardot
commenter cet article
7 novembre 2008 5 07 /11 /novembre /2008 07:30

L’autre jour, alors que nous nous plaignions du froid et de l’hiver qui arrivait en mangeant notre soupe, Laurier s’est exclamé : « Quand est-ce que tu nous refait ta potée ? ». 

Mon inspiration pour cette recette date d’il y a quelques années, suite à un mémorable dîner au restaurant « La Cloche », à Mouscron, en Belgique. Leur potée des brasseurs était tellement à tomber que j’ai eu envie de la reproduire à ma façon dès le lendemain. Ce fût le début de ma frénésie de potées hivernales, pour le plus grand bonheur de Laurier.

C’est le plat bien idéal par ce temps humide et glacial. Rien que du réconfort…
  

Les ingrédients pour 4 personnes :
50cl de bière blonde
50cl de bière ambrée ou rousse
300g de lard de poitrine fumée demi sel coupé en tronçons
2 saucisses de Morteau ou saucisses fumées
2 saucisses de Strasbourg
4 rondelles de saucisson à l’ail
5 andouillettes
200g de pois cassés secs
200g de haricots blancs secs
4 gousses d’ail
2 oignons
1 échalote
4 carottes
200g de haricots verts
2 grosses pommes de terre
2 cuillers à soupe d’huile d’olive
1 cube de bouillon de légume
1 cube de bouillon de boeuf
2 clous de girofle
Sel
Poivre

Préparation
1. Faire tremper les pois cassés avec les haricots blancs dans de l’eau toute une nuit. Le lendemain, les rincer et les mettre dans une casserole. Couvrir de 2 litres d’eau dans laquelle on aura préalablement dilué les deux cubes de bouillon et ajouté une partie du bouquet garni. Nettoyer les pommes de terre et les ajouter sur les pois cassés et les haricots. Faire cuire à feu très doux pendant 1h. Egoutter le tout. Mélanger les pois et les haricots avec une gousse d’ail écrasée et réserver. Peler les pommes de terre et les couper en morceaux.

2.
Couper les carottes en rondelles de 5cm de longueur. Emincer les oignons. Dans une cocotte, faire chauffer de l’huile d’olive et y jeter les oignons et les carottes. Faire blondir et retirer.

3.
Dans la même cocotte, saisir les différents morceaux de viande et de saucisse sauf les andouillettes. Ajouter les pommes de terre, les haricots blancs et les pois cassés et mouiller avec la bière. Ajouter le reste du bouquet garni, ainsi que l’échalote piquée du clou de girofle. Mélanger le tout et laisser cuire à feu très doux pendant 2h, en remuant de temps en temps pour éviter que le fond n’attache.

Les pommes de terre et les pois cassés forment petit à petit une sorte de soupe très épaisse.

4.
Un quart d’heure avant la fin de la cuisson, ajouter les andouillettes (si on les ajoute trop tôt elles se désintègrent), ainsi que les haricots verts.

Ce plat est encore meilleur réchauffé le lendemain, et si vous avez préparé des quantités astronomiques, comme moi, vous pouvez tout aussi bien congeler cette potée…

Ici, un Saint-Emlion, ou même l’un de ses satellites (Montagne-Saint-Emilion, Lussac-Saint-Emilion, Saint-Georges-Saint Emilion ou Puissegain-Saint-Emilion…) sera parfait pour accompagner ce plat riche d’hiver.

Repost 0
Publié par Jeanne Girardot
commenter cet article