Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Découvrez les Gelées de Tartine Jeanne

Gelees-de-Raisin-lo.jpg

 

Vous Cherchez ?...

Mes Grilled Cheeses

La recette du moment

Que Faire Avec...

Cadeaux Gourmands

A Propos De...

6 novembre 2008 4 06 /11 /novembre /2008 07:30

 J’aime beaucoup le fait de pouvoir compter sur les surgelés. Il m’arrive bien souvent de congeler les fruits d’été, rien que pour avoir le plaisir de les cuisiner quand il ne fait pas « grand beau » et que la neige n’est pas loin. 

La rhubarbe est très facile à congeler. Elle est aussi facile à trouver, chez Picard par exemple. 

Pour cette recette improvisée, j'ai utilisé , entre autres, un reste de crème anglaise pour la garniture de la tarte. Improbable mais vraiment délicieux...
 

Les ingrédients pour 6 personnes:
Cette fois-ci j’ai réalisé cette tarte avec une pâte feuilletée mais j’aime aussi la variante avec une pâte sablée détournée…

Pour la pâte sablée
150g de farine
100g de poudre d’amandes
100g de beurre salé en petits cubes
60g de sucre en poudre
1 jaune d’oeuf
2 cuillers à soupe d’eau

Préparation de la pâte sablée
1. Battre le jaune d’œuf avec le sucre et l’eau.

2.
Mélanger la farine et la poudre d’amandes et y ajouter le beurre ramolli. Verser le mélange d’œuf, de sucre et d’eau et incorporer délicatement. Former une boule lisse et réserver.

3.
Préchauffer le four à 180°C.

4.
Etaler la pâte sablée à l’aide d’un rouleau à pâtisserie. Installer la pâte dans un moule à tarte.

5.
Passer au four une quinzaine de minutes.


Pour la garniture
3 branches de rhubarbe
10cl de crème anglaise
4 cuillers à soupe de cassonade ou sucre roux
2 oeufs
2 cuillers à soupe de farine
200g d’amandes mondées
50g d’amandes en poudre

Préparation
1. Couper la rhubarbe en rondelles. Faire bouillir une casserole d’eau et y plonger la rhubarbe une à deux minutes. Egoutter et déposer sur du papier absorbant. Placer sur la pâte sablée précuite.

2.
Battre les œufs avec le sucre. Mélanger la farine et la poudre d’amandes. Y ajouter le mélange d’œuf et de sucre et bien remuer. Verser la crème anglaise progressivement et mélanger jusqu’à l’obtention d’un appareil homogène. Verser sur la rhubarbe. Parsemer d’amandes mondées.

3.
Placer au four préchauffé à 180°C pendant une trentaine de minutes. 
 

 

Les yeux plus gros que le ventre? Un petit passage au four le lendemain et elle sera encore meilleure...

Un Gewurztraminer (cépage alsacien) Vendanges Tardives, dont la légère sucrosité sera un bon compromis entre l’accord sucré-sucré qui peut être parfois écoeurant et l’accord sucré-vin blanc sec qui est, lui, un peu raide.

Repost 0
Publié par Jeanne Girardot
commenter cet article
5 novembre 2008 3 05 /11 /novembre /2008 07:30

Je l’ai déjà dit, j’aime faire des conserves de toutes sortes. Légumes, compotes, confitures, tartinades et pâtés. 

La première fois que j’ai fait cette recette c’était un peu au hasard. J’avais acheté des canards gras entiers, comme je fais plusieurs fois par an, et je ne savais pas trop quoi faire des foies. J’ai donc utilisé la graisse de la bête pour cette mousse improvisée. Pour la suivante, j’ai ajouté du Porto.


Les ingrédients pour 6 bocaux moyens:
500g de foies de canard (ou de volailles)
300g de graisse de canard ou graisse d’oie
1 oeuf
1 verre de Porto
½ cuiller à café de sel
½ cuiller à café de poivre concassé

Préparation
1. Dans le bol d’un mixer, déposer les foies, la graisse de canard, l’œuf, le Porto, le sel et le poivre et mixer l’ensemble finement.

2.
Verser une partie du mélange dans des bocaux préalablement stérilisés. Ne pas trop remplir les bocaux afin d’éviter que la stérilisation ne se fasse pas correctement.

3.
Placer dans un stérilisateur, et à défaut, dans un autocuiseur dans lequel on aura pris soin de déposer un torchon propre au fond et un autre entre les bocaux. Compter 50 minutes de cuisson à partir du sifflement.

Pour optimiser la saveur de cette mousse de foie, il vaut mieux attendre 1 mois avant de l’ouvrir…

Laurier est fou de cette mousse foie, en particulier avec des cornichons. C’est également délicieux sur du pain d’épices…

Un Médoc sera le bon compagnon de cette mousse de foie. Sa structure tannique est puissante grâce à la majorité de Cabernet Sauvignon dans son assemblage.

On peut également envisager un blanc liquoreux, un Bonnezeaux ou un Montbazillac, un peu comme pour le foie gras…

Repost 0
Publié par Jeanne Girardot
commenter cet article
4 novembre 2008 2 04 /11 /novembre /2008 07:30

J’aime l’association du porc et de la pomme. Après avoir fait un chutney de pommes j’ai eu envie d’en farcir un filet de porc. J'ai également enduit la viande pour qu'une sorte de croûte se forme autour du filet, un délice!


Les ingrédients pour 6 personnes:
1 filet de porc d’un kilo
5 pommes
2 gros oignons
1 cuiller à soupe de beurre
½ verre de vinaigre de cidre
½ verre de calvados
Thym ciselé
Romarin ciselé
Poivre du moulin
Fleur de sel
1 cuiller à soupe de graines de coriandre
1 grand verre d’eau
2 cuillers à soupe d’huile d’olive

Préparation
1. Peler et épépiner les pommes. Les couper en quartiers. Dans le fond d’une casserole, faire fondre le beurre et y ajouter l’oignon émincé. Laisser dorer et ajouter les quartiers de pomme. Faire cuire à feu doux pendant 10 minutes. Mouiller avec le vinaigre de cidre et ajouter les épices et aromates. Ajouter un peu d’eau, couvrir et laisser mijoter pendant 45 minutes en vérifiant que le fond n’attache pas. En fin de cuisson ajouter le calvados et laisser réduire. Réserver.

2.
Tailler le filet dans le sens de la longueur. Le farcir de chutney, le refermer et le ficeler.

3.
Huiler le filet et l’enduire de chutney tout autour. Envelopper de papier d’aluminium et passer au four pendant 1h15. Une quinzaine de minutes avant la fin de la cuisson, ôter l’aluminium.

Servir avec un peu de chutney et du riz basmati par exemple…

Le porc craint la surpuissance, je choisis donc un Nuits-Saint-Georges, Bourgogne rouge, qui ne sera pas trop jeune. Il allie subtile vigueur et élégance charmeuse.

Repost 0
Publié par Jeanne Girardot
commenter cet article
3 novembre 2008 1 03 /11 /novembre /2008 07:30


Pour mon anniversaire, mon mari m’a emmené dans notre restaurant préféré de Bordeaux, Chez « Peppone ».

Situé Cours Georges Clemenceau, près de la place Gambetta, ce restaurant plein de charme nous emmène tout droit en Italie, dès que l’on a passé la porte.

 

Que mange-t-on ?
Les pizzas sont grandioses, les pâtes aussi, mais je dois dire que j’ai du mal à opter pour ces dernières, tellement les pizzas sont mythiques

Laurier et moi avons notre petite habitude. On commence par partager une assiette de Jambon de Parme et de Parmesan (9,90€)
  

Ensuite je prends une pizza Ultima, garnie de jambon de Parme, de Parmesan et de Roquette. (11,90€) Laurier prend une pizza Media, à la ricotta, ail, tomate cerise et jambon de Parme. (11,90€)

  

Généralement, après cela, nous n’avons plus de place pour un dessert…

Que boit-on ?
Ici, le vin c’est uniquement italien, mais ce n’est pas pour nous déplaire. Leur sélection est intéressante. Le côté sympa, c’est que l’on descend à la cave pour aller chercher sa bouteille. 

Cette fois-ci nous avons choisi un Valpolicella 2005, Vigneti di Torbe Ripasso, Veneto. Ce vin est issu des cépages Corvina, Rondinella et Molinara. (19,90€)


C’est un vin agréable, relativement puissant et assez alcooleux, aux arômes gourmands de fruits rouges et noirs mûrs. 

Le jugement par les toilettes
Rien d’exceptionnel de ce coté là, si ce n’est la touche humoristique indiquant « PQ Toscan » devant les piles de rouleaux de papier…

Le verdict
Ce restaurant reste au top de mon classement. L’ambiance est toujours très chaleureuse, le cadre est plus qu’agréable et les pizzas sont à tomber. Et puis, je dois dire que le petit tour à la cave est un rituel particulièrement plaisant !

  

Pas de réservation, il est donc préférable de venir de bonne heure, pour éviter de faire la queue...

PEPPONE
31, Cours Georges Clemenceau
33000 Bordeaux
05 56 44 91 05

Repost 0
Publié par Jeanne Girardot
commenter cet article
1 novembre 2008 6 01 /11 /novembre /2008 08:30

Je suis toujours à la recherche d’accompagnements qui changent de l’ordinaire. C’est Romarin, la maman de mon Laurier qui a eu l’idée de celui-ci. Les saveurs sont surprenantes mais vraiment bien assorties, idéales pour accompagner un viande forte comme de l’agneau ou du gibier.

La première fois que je l’ai fait, la saison offrait de magnifiques pêches. Aujourd’hui, il faudra se rabattre sur des pêches en boîte ou congelées si l’on en trouve. J’ai testé les pêches en boîte, c’est très bon aussi !
 

Les ingrédients pour 4 personnes :
4 pommes de terre de bonne taille
1 pêches ou 2 demi pêches
Quelques brins de romarin frais
1 cuiller à soupe d’huile d’olive.
Poivre du Moulin
Fleur de sel
6 gousses d’ail en chemise (facultatif)

Préparation
1. Après les avoir brossées et nettoyées, faire cuire 15 minutes à la vapeur les pommes de terre entières, avec leur peau.
Si vous utilisez des pêches fraîches, pochez-les dans de l’eau bouillante pour mieux les peler. 

2.
Couper les pommes de terre en deux dans le sens de la longueur. Les disposer sur une plaque recouverte de papier sulfurisé.
Préchauffer le four à 180°C.

3.
Disposer quelques gousses d’ail autour des pommes de terres si le cœur vous en dit.

4.
Couper les pêches en huitièmes et les disposer sur les pommes de terre. Disposer les brins de romarin et saupoudrer d’un pue de poivre du moulin et de fleur de sel.

5.
Passer au four une vingtaine de minutes.
 

La dernière fois, ces pommes de terres ont accompagné mon Faisan d’Antigneul

Si ces pommes de terre accompagnent un gibier, il serait bon d’opter pour un vin relativement structuré, par exemple un Saint-Julien. Composé généralement d’une majorité de Cabernet Sauvignon, ce vin médocain allie finesse et puissante.

Voir mon article sur Gruaud-Larose.

Repost 0
Publié par Jeanne Girardot
commenter cet article
31 octobre 2008 5 31 /10 /octobre /2008 07:30

Le froid arrive et les envies de soupes chaudes et réconfortantes avec lui. Cette entrée combine la douceur du velouté à la tomate avec le croquant surprenant des ravioles. Un plaisir ensoleillé pour les soirées d’hiver…

Ingrédients pour 4 personnes:
4 plaques de ravioles
4 tranches de pain aux céréales
50cl de coulis ou purée de tomates
2 gousses d’ail
1 échalote
5cl de crème liquide (de l’allégée par exemple)
2 cuillers à soupe d’huile d’olive
1 cuiller à soupe de persil ciselé
1 cuiller à soupe de romarin ciselé
1 pincée de paprika
Gros sel aromatisé aux herbes de Provence
Poivre

Préparation
1. Dans une casserole, faire revenir l’échalote émincée, 1 gousse d’ail hachée, le persil ciselé dans de l’huile d’olive. Ajouter quelques gouttes de coulis de tomate. Remuer, puis ajouter le reste du coulis. Saler et ajouter le romarin Laisser cuire quelques minutes puis mixer le tout. Réserver.

2.
Faire griller les tranches de pain et les frotter avec la gousse d’ail restante. Couper les tranches en petits dés et les imbiber d’huile d’olive et de romarin ciselé. Faire dorer à la poêle.

3.
Faire cuire les ravioles dans la même poêle que pour les croûtons. Faire préchauffer la poêle, ajouter de l’huile d’olive et y jeter les ravioles désolidarisées.

Petite astuce :
Pour bien séparer les ravioles, passez-les au congélateur pendant une quinzaine de minutes. Ainsi, il est beaucoup plus facile de les séparer les uns des autres et de les faire griller.

4.
Réchauffer le velouté et y ajouter la crème fraîche. Verser dans les assiettes et y déposer les ravioles grillées, ainsi que les croûtons. Servir immédiatement.
 

Un vin blanc sera parfait pour ce plat qui appelle le soleil. C’est pourquoi je l’accompagne d’un Patrimonio Blanc. Il s’agit d’un vin Corse fin et élégant, issu du cépage Vermentinu.

Repost 0
Publié par Jeanne Girardot
commenter cet article
30 octobre 2008 4 30 /10 /octobre /2008 07:30

De passage dans mon Nord natal, je dînais vendredi dernier chez mon frère Matthieu et ma belle-sœur, Anne-Sophie. A la fin du repas, les divines odeurs qui émanaient du four laissaient présager le meilleur… Un dessert au Spéculoos !

 

Anne-So avait tout simplement coupé quelques pommes en petits dés, qu’elle avait ensuite saupoudré d’un peu de cannelle et recouvert de miettes de Spéculoos. Un crumble aux Spéculoos

Avec le Spéculoos, le plus simple des ingrédients prends des allures de fête et des saveurs inimitables !

 

Voici une autre de mes idées autour du Spéculoos… Quand c’est bon, on ne s’en lasse pas !

 

Les ingrédients pour 4 verrines :

 

Pour la crème de mascarpone 

6 cuillers à soupe de mascarpone

½ verre de lait

4 cuillers à soupe de sucre

1 cuiller à soupe sucre glace

1 blanc d’œuf

 

Préparation

1. Faire chauffer le lait avec le sucre et le verser sur le mascarpone. Bien mélanger et laisser refroidir.

 

2. Battre le blanc en neige et ajouter 1 cuiller à soupe de sucre glace. Ajouter délicatement cette chantilly au mascarpone. Verser dans les verrines et placer au frais.

 

 

Pour la couche à la framboise

20cl de jus de framboise

2g d’agar agar

 

Préparation

1. Dans une casserole, faire bouillir le jus de framboise. Ajouter l’agar agar, remuer et porter à ébullition.

 

2. Laisser refroidir puis verser sur la crème de mascarpone pour faire une couche d’environ ½ centimètre.

 

 

Pour la compote de rhubarbe

2 branches de rhubarbe

4 cuillers à soupe de sucre roux

Un peu d’eau

 

Préparation

1. Couper les branches de rhubarbe en petits tronçons. Dans une casserole, faire bouillir un fond d’eau avec le sucre et ajouter la rhubarbe. Laisser cuire jusqu’à l’obtention d’une compote homogène.

 

2. Laisser refroidir puis verser sur la couche de framboise. Placer au frais jusqu’au moment de servir.


Pour la finition

8 spéculoos

 

Préparation

Effriter les spéculoos et ajouter la poudre ainsi obtenue du les verrines, juste avant de servir, de sorte à ce que le biscuit reste croquant.

 


Pourquoi pas un Champagne rosé ?

Repost 0
Publié par Jeanne Girardot
commenter cet article
29 octobre 2008 3 29 /10 /octobre /2008 07:30

Voici une recette économique mais tout à fait délicieuse. La puissante saveur des aromates embellit la viande avec délicatesse.

 

Les ingrédients pour 4 personnes :

1 filet de porc d’1kg

1 cuiller soupe de thym frais ciselé

1 cuiller soupe de romarin frais ciselé

1 cuiller soupe de laurier ciselé

1 cuiller soupe de marjolaine ciselée

1 cuiller café de ciboulette ciselée

2 gousses d’ail écrasés

1 échalote émincée

1/2 verre de vin blanc

2 pincées de 5 baies

Sel

Poivre

6 cuillers à soupe d’huile d’olive

 

Préparation

1. Préparer la farce en mélangeant les aromates, 2 cuillers à soupe d’huile d’olive, l’échalote, l’ail, le vin blanc, le sel, les 5 baies et le poivre. Laisser macérer une à deux heures.

 

2. Préchauffer le four à 180°C.

 

3. Inciser le rôti de porc dans le sens de la longueur et farcir du mélange d’aromates en en gardant un peu pour en enduire le rôti. Ficeler. Badigeonner le rôti d’huile d’olive et du reste de farce et le recouvrir d’une feuille de papier d’aluminium ou de papier sulfurisé. Passer au four. Une vingtaine de minutes avant la fin de la cuisson, ôter la feuille de papier aluminium. Et arroser d’huile d’olive si nécessaire.

 

Comptez  40 minutes par 500g de viande.

 

Un blanc puissant ne perdra pas la face devant ce rôti, c’est pourquoi je pencherais vers un Pessac-Léognan blanc (Bordeaux Rive Gauche), composé généralement d’un assemblage de Sauvignon et de Sémillon. 

 

Repost 0
Publié par Jeanne Girardot
commenter cet article
28 octobre 2008 2 28 /10 /octobre /2008 07:30

Il paraît que les verrines, c’est dépassé. Si je n’ai jamais vraiment eu la frénésie des verrines, j’aime en faire à l’occasion parce que d’une part, c’est joli, mais aussi, elles peuvent souvent être préparées à l’avance. C’est le cas de celle-ci, qui est d’une simplicité déconcertante, mais qui n’en produit pas moins son petit effet…
 


Les ingrédients pour 4 verrines :
 

Pour la crème de saumon fumé
- 4 tranches de saumon fumé
- 1 cuiller à soupe de crème fraîche entière
- 2 cuillers à soupe de fromage blanc
- le jus d’un demi citron

Asperger les tranches de saumon avec de jus de citron et laisser au frais 1 heure.

Mixer le saumon, la crème et le fromage blanc jusqu’à l’obtention d’un crème épaisse.

Pour la crème de feta :
- 150g de Feta
- 2 cuillers à Soupe de fromage blanc
- poivre blanc

Mixer la Feta avec le fromage blanc et le poivre jusqu’à l’obtention d’un crème bien lisse.

 

Pour la mousse de concombre :
- 1 concombre
- 100g de fromage blanc
- 4 feuilles de menthe = d’autres pour la décoration
- Mélanges 4 baies au moulin
- Fleur de sel
- Poivre blanc


Peler partiellement le concombre.
La peau est pleine de vitamines et permet en outre de marquer un peu plus la couleur verte de la soupe.

Mixer le concombre détaillé en dés avec le fromage blanc, les feuilles de menthe, les 4 baies moulues, le sel et le poivre.

Préparez les verrines au dernier moment, réservez donc au frais les crèmes et soupe séparément jusqu’au moment de monter les verrines.

Dans les verrines, disposer la crème de saumon fumé au fond, ajouter une couche moins épaisse de crème de Feta et verser la soupe de concombre au dessus. Saupoudrer d’un peu de 4 baies et décorer d’une feuille de menthe.  

 


Difficile ici, de mettre le vin à son aise. Je pense que j’opterais pour un Sylvaner, vin blanc d’Alsace qui saura rester discret et ne pas perturber ce plat qui tire un peut vers l’acidité.
 

 

Repost 0
Publié par Jeanne Girardot
commenter cet article
27 octobre 2008 1 27 /10 /octobre /2008 07:30

Je suis un peu par monts et par vaux en ce moment, rarement à la maison et j’ai malheureusement peu de temps pour cuisiner. Avec un mari qui a la tête dans ses cuves 7 jours sur 7, il faut bien que je prépare des sucres lents. Lorsque je cuisine en ce moment, c’est pour faire des portions de pâtes ou des pizzas en larges quantités pour qu’il ne dépérisse pas.

Tout de même, c’est encore la période des vendanges pour certains, notamment Rive Droite (Saint Emilion, Pomerol…). Je glisse donc aujourd’hui une recette avec des raisins, histoire de profiter encore un peu de cette douce saison de récolte.

Il s’agit ici du cépage Cabernet Sauvignon, pour ceux que cela intéresse. Ses grains sont très petits et riches en pépins (eh oui, c’est notamment grâce à eux que l’on trouve les tanins dans le vin). Il va de soit que l’idéal est d’utiliser ici, du raisin de table !
 

Les ingrédients pour 4 personnes :
4 feuilles de brick
16 grains de raisin rouge
150g de fromage de brebis type Lou Perac
1 noix de beurre
Quelques brins de thym frais
Fleur de sel
Moulin 4 baies
Poivre du moulin

Préparation
1. Superposer les feuilles de brick deux par deux et les badigeonner de beurre fondu à l’aide d’un pinceau. Découper des ronds ou des carrés d’environ 15 cm de diamètre et les placer dans des petits moules à tartelettes, préalablement recouverts de papier sulfurisé.

2.
Préchauffer le four à 180°C. Faire cuire les feuilles de brick 10 minutes, puis les sortir du four.

3.
Détailler le fromage de brebis en petits cubes. Les disposer dans les fonds de tartelettes avec les grains de raisins, les baies, le poivre, la Fleur de sel (très peu) et les brins de thym.
Passer au four et laisser cuire une quinzaine de minutes. 

Servir sur un lit de salade.

Un Montravel sera un bon compagnon de ces tartelettes. Il s’agit d’un vin blanc de la région de Bergerac. Il est généralement gras et assez structuré.

Repost 0
Publié par Jeanne Girardot
commenter cet article