Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Découvrez les Gelées de Tartine Jeanne

Gelees-de-Raisin-lo.jpg

 

Vous Cherchez ?...

Mes Grilled Cheeses

La recette du moment

Que Faire Avec...

Cadeaux Gourmands

A Propos De...

30 août 2008 6 30 /08 /août /2008 10:27

Plus onctueuse et crémeuse que les rillettes de sardine, cette crème est également très fraîche grâce à la grande diversité d’herbes aromatiques ajoutées. 

Pour tartiner cette crème de sardines, j‘avais envie d’autre chose que du pain, aussi bon soit-il. J’étais tentée par du croquant. Je me suis souvenue que j’avais été séduite par la recette des crackers du blog C’est moi qui l’ait fait ! Je m’en suis donc inspirée pour faire ces petits crackers aux herbes et aux graines.


Pour la crème de sardines
2 boîtes de sardines à l’huile  
4 cuillers à soupe de fromage frais (type St Môret)
2 cuillers à soupe de fromage blanc
2 cuillers à soupe de crème fraîche
Le jus d’un demi citron
1 cuiller à café de persil ciselé
1 cuiller à café de basilic ciselé
1 cuiller à soupe de romarin frais ciselé
1 cuiller à soupe de thym frais ciselé
1 cuiller à café de menthe ciselée
1 cuiller à café de câpres
1 échalote émincée
1 gousse d’ail
1 cuiller à soupe d’huile d’olive
Sel
Poivre

 

Préparation
Egoutter les sardines. Dans le bol du mixer mettre l’ensemble des ingrédients et mixer le tout pour obtenir un mélange lisse. Goûter et rectifier l’assaisonnement.
Placer au frais.

Pour les crackers (environs 40)
150g de farine complète
50g de farine blanche
15cl d’eau
1 cuiller à soupe bombée de sucre roux
200g d’un mélange de graines de votre choix. (pour moi, graines de courge, de tournesol, de sésame, de pavot, de lin, et un peu de millet.)
1 cuiller à café de persil ciselé
1 cuiller à soupe de romarin frais ciselé
1 cuiller à soupe de thym frais ciselé
2 cuillers à soupe d’huile d’olive
Sel
Poivre

Préparation
1. Mélanger les farines avec les herbes ciselées, l’eau, l’huile d’olive, le sucre, le sel et le poivre, et 150g du mélange de graines. Mixer assez finement le mélange.

2.
Préchauffer le four.

3.
Sur une plaque de four recouverte de papier cuisson, étaler la pâte finement. Pour faciliter cette étape, j’ai utilisé une feuille de papier cuisson au dessus de la pâte. Découper des rectangles de la taille souhaitée.

4.
Placer au four et faire cuire 20 minutes à 160°C

 

Edito du 23 avril 2010

J'ai noté que les crackers gagnaient en croquant lorsque que je les cuisais en deux fois. Une première fois 10 minutes. Laisser refroidir et remettre 10 minutes.

J’ai accompagné cette crème et ses crackers d’une salade de tomates aux olives noires et au basilic. 

   

Pour cette entrée, je choisis un Saint-Véran. Il s’agit d’un vin blanc sec du Mâconnais, produit à partir du cépage Chardonnay. Ses arômes de fruits frais et son ampleur alliée à sa minéralité s’accorderont joliment avec la sardine et les aromates.

Repost 0
Publié par Jeanne Girardot
commenter cet article
29 août 2008 5 29 /08 /août /2008 12:58

 

Boris nous avait fait déjà fait partager un Montilla-Moriles de Las Bodegas Toro Albalá, millésime 1945, un vin blanc liquoreux originaire de la province de Cordoue, exceptionnel à tous points de vue.

La semaine dernière, il nous a fait la surprise de nous apporter une autre bouteille du même cépage espagnol, le Pedro-Ximenez, PX pour les intimes, et de la même appellation, Montilla-Moriles, mais cette fois-ci le vin date de 1927 !


C’est la Bodega ALVEAR, fondée en 1729 qui produit ce vin. Ce vieux millésime n’a été mis en bouteille qu’en février 2007, il est donc resté en fût pendant 80 ans !



Commentaire de dégustation
Robe : Caramel sombre.

Nez 
: Très puissant et complexe avec des arômes de noix, vin de noix, châtaigne, amande amère, caramel. Le nez est légèrement brûlant avec des notes de torréfaction.

Bouche
 : L’attaque est puissante est complexe, tout comme le nez, tout en étant voluptueux. Très dense, il présente des arômes de noix, caramel, châtaigne grillée, abricot sec moelleux, café, chocolat noir. On retrouve le côté brûlant du nez. Belle longueur, les arômes de café et d’amande caramélisés restent très longtemps sur le palais. Un pur délice.

Pour faire une comparaison avec le vin précédemment dégusté de Las Bodegas Toro Albalá, 1945, il est moins complexe et moins puissant, mais il faut dire que ce 1945 était absolument incroyable. Même s’il n’égale pas le 1945, ce 1927 est tout de même superbe !

Pour le 1945, j’avais opté pour ne pas accompagner ce fabuleux nectar. Il faut dire que de tels vins se suffisent à eux même, tant leur structure est dense et complexe.
S’il le faut vraiment, je le servirais pour accompagner un foie gras mi-cuit ou poêlé.

Repost 0
Publié par Jeanne Girardot
commenter cet article
29 août 2008 5 29 /08 /août /2008 12:39

Pour mon anniversaire, Laurier m'a offert une sorbetière! A nous les glaces, et les sorbets!

Pratique, il n'y a que l'accumulateur de froid à mettre au congélateur pendant 18h. Moi qui ai besoin de chaque centimère carré de mon congélateur, je suis bien contente qu'il ne soit pas très volumineux!


Le plus dur sera d'attendre 18 heures avant de pouvoir gouter la première glace!...

Repost 0
Publié par Jeanne Girardot
commenter cet article
29 août 2008 5 29 /08 /août /2008 06:33

Depuis que nous avons goûté à la cuisine chinoise du Chinatown de San Francisco, nous n’avons pas trouvé de concurrent à la hauteur en France. Mon mari trouve que je ne cuisine pas assez chinois et me tanne sans arrêt pour que je lui fasse des petits plats, et notamment la recette du « Sweet and Sour Porc » avec du porc qui croustille (très important sinon « ce n’est pas la VRAIE recette » selon lui…). Si l’un d’entre vous a la recette, je suis preneuse !

De retour du magasin Eurasie (Bordeaux), mes placards sont pleins d’épices, d’aromates, de sauces, de pâtes et autres galettes de riz. Entamons donc les provisions avec cette idée toute simple de nems…
 Ingrédients pour 6 nems :
6 galettes de riz
1 boîte de miettes de crabe
1 carotte râpée
6 cuillers à soupe de chou frisé émincé et blanchi
50g de fromage frais
1 pincée de gingembre
2 cuillers à soupe de sauce aigre douce
1 cuiller à soupe de sauce soja
Huile d’olive

Préparation :
1. Mélanger la chair de crabe avec le jus de citron, le gingembre, la sauce aigre-douce et la sauce soja. 

2. Assouplir les galettes en les trempant dans une assiette d'eau chaude. Les essuyer avec du papier absorbant.

3.
Garnir chaque galette avec de la chair de crabe, une noisette de fromage frais un peu de carotte et un peu de chou. Replier les bords de la galette et rouler serré.

4.
Dans une poêle, faire chauffer de l’huile d’olive. Faire cuire les nems 1 à 2 minutes. Les déposer sur du papier absorbant pour éliminer le trop plein d’huile.

Servir avec un peu de sauce soja. 
 
Un Sancerre rosé, vin rond et dont les arômes expriment la pêche et la framboise, accompagnera habilement la touche sucrée de la sauce aigre douce associée au crabe, sans pour autant casser la fraîcheur du chou et de la carotte.

Repost 0
Publié par Jeanne Girardot
commenter cet article
28 août 2008 4 28 /08 /août /2008 07:11

Depuis que j’habite dans le Bordelais, et surtout depuis que j’ai trouvé un excellent éleveur de bêtes, je me suis mise à la confection des conserves de canard : foie gras, confit, rillettes, gratons, gésiers, cou farci, magret, et j’en passe…

Régulièrement, je prends le bac à Lamarque pour traverser l’estuaire de la Gironde. J’aime bien prendre le bac, c’est un petit peu comme si l’on partait en vacances. De l’autre côté, c’est Blaye, une jolie ville qui arbore fièrement sa citadelle Vauban. Plus intéressant encore que la citadelle, c’est le marché tous les samedi matins, où je retrouve mon producteur pour un ravitaillement en « gras ».

Toujours est-il qu’hier, j’ai eu envie d’accommoder mon confit de canard de façon un peu originale en ajoutant des légumes de saison. Au marché, de belles courgettes rondes m’avaient fait de l’œil, je leur ai fait un sort !

 


Le marché pour 4 personnes :
4 courgettes Rondes
2 cuisses de canard confites
2 tomates
1 échalote
1 oignon rouge
2 gousses d’ail émincées
Quelques pleurotes
Quelques brins de romarin frais ciselé
Quelques brins de thym frais ciselé
2 pommes de terre
1 noix de beurre
½ verre de lait
1 pincée de muscade
2 cuillers à soupe de parmesan râpé
Sel
Poivre

 

Pour les courgettes
1. Creuser les courgettes rondes à l’aide d’un couteau et d’une petite cuiller en prenant soin de ne pas les percer. Conserver leur chapeau.

2.
Les faire cuire à la vapeur 15 minutes en ayant préalablement inséré deux feuilles de papier absorbant chiffonnées dans le creux des courgettes, cela permet d’éliminer le trop plein d’eau qu’elles rendent.

 

Pour la purée
1. Faire cuire les pommes de terre à la vapeur et les peler.

2.
Ecraser les pommes de terre à l’aide d’un presse purée. Ajouter le beurre et le lait en ajustant selon la consistance désirée. Saler, poivrer et ajouter une pincée de muscade. Bien mélanger.
 

Pour la farce
1. Faire fondre la graisse du confit au bain marie. Retirer la peau et émietter la viande.

2.
Dans une poêle, faire revenir l’échalote, l’oignon rouge et l’ail dans un peu de la graisse du confit. Faire blondir. Ajouter les pleurotes et poursuivre la cuisson pendant 5 minutes en remuant de temps en temps. 

3.
Ajouter les tomates coupées en dés, les aromates, le sel et le poivre. Ajouter la viande et bien mélanger l’ensemble. Laisser refroidir.

 

Pour le montage
1. Remplir les courgettes avec la farce aux ¾.
2. Compléter avec de la purée.
3. Saupoudrer le dessus avec le parmesan râpé.
4. Placer au four 30 minutes à 180°C


Ces courgettes farcies font office de plat complet, mais je les ai tout de même accompagnées de tomates à la provençale pour rester dans le ton…
  


Pour ce plat, j’avais initialement pensé à un Cahors, pour sa solide structure et sa puissance. Je me suis ravisée en pensant que la courgette réclamerait peut être davantage de finesse. J’ai donc opté pour un Bergerac qui a l’avantage d’être à la fois structuré et rond lorsqu’il a quelques années dernière lui.

Repost 0
Publié par Jeanne Girardot
commenter cet article
27 août 2008 3 27 /08 /août /2008 07:31

Pour faire le plein de bocaux de compote, je profite des fruits d’été en prévision des longues soirées glaciales de l’hiver. La pêche et la verveine font ensemble une compote délicieusement fraîche.
 

Les ingrédients pour :
1kg de pêches blanches bien mûres
1 cuiller à soupe de sucre roux
1 cuiller à soupe de liqueur de verveine
15 feuilles de verveine

Préparation
1. Pocher les pêche dans de l’eau bouillante pour mieux les peler.

2.
Dans une casserole, mettre les pêches en morceaux avec un verre d’eau, les feuilles de verveine, le sucre et la liqueur. Laisser cuire 25 minutes.

On peut la mettre en bocaux stérilisés sans attendre après la cuisson et refermer immédiatement.
Laisser refroidir.

Les feuilles de verveine peuvent être ôtées ou mixées avec l’ensemble. Personnellement j’aime que les feuilles restent dans la compote, même si esthétiquement, ce n’est pas l’idéal…

Ma Liqueur de Verveine

Repost 0
Publié par Jeanne Girardot
commenter cet article
26 août 2008 2 26 /08 /août /2008 07:15

Ca y est, j’arrive à bout de mon stock de quetsches! Pour terminer en beauté, je les ai transformées en un petit crumble aux éclats de spéculoos, ce biscuit de chez moi, que j’affectionne tant.

Ingrédients
1 kg de quetsches
6 cuillers à soupe de farine
8 cuillers à soupe de cassonade
6 spéculoos effrités
1 poignée de flocons d’avoine
70g de beurre 

Préparation
1. Couper les quetsches en deux et ôter le noyau.

2.
Dans une jatte, mélanger la farine et 6 cuillers à soupe de cassonade avec le beurre. Bien mélanger de sorte à obtenir un mélange friable. Ajouter ensuite les flocons d’avoine et les spéculoos.

3.
Préchauffer le four à 180°C

4.
Saupoudrer le fond d’un moule à gâteaux de sucre roux et déposer dessus les quetsches coupées en deux. Verser le mélange sur les prunes.

5.
Placer au four 30 minutes à 180°C

Un cidre brut.

Repost 0
Publié par Jeanne Girardot
commenter cet article
25 août 2008 1 25 /08 /août /2008 08:54

Avec les quetsches de Françoise qu’il me reste à cuisiner, j’ai tenté de sortir des confitures, compotes et autres tartes et d’innover un tant soit peu en les associant à de la pistache…
 


Ingrédients
1 kg de quetsches
6 cuillers à soupe de farine
6 cuillers à soupe de sucre roux
100g de pistaches réduites en poudre
50g de pistaches concassées
Quelques pistaches entières pour la déco
100g de beurre
2 œufs
2 cuillers à soupe de crème épaisse
½ sachet de levure chimique

Préparation
1. Couper les quetsches en deux et ôter le noyau.

2.
Dans une jatte, battre les oeufs avec le sucre. Ajouter le beurre et la crème, puis la farine, la levure, la poudre de pistache et les pistaches concassées. 

3. Préchauffer le four à 180°C

4.
Saupoudrer le fond d’un moule à gâteaux de sucre roux et déposer dessus les quetsches coupées en deux. Verser le mélange sur les prunes. 

5.
Placer au four 40 minutes à 180°C

 
Un Riesling Vendanges Tardives, dont l’équilibre entre le sucre et l’acidité fera de ce vin un parfait compagnon de ce gâteau renversé.

Repost 0
Publié par Jeanne Girardot
commenter cet article
24 août 2008 7 24 /08 /août /2008 17:24

Même avec toutes ces recettes, je n’arrive pas encore à bout de mes quetsches, mais je vais devoir encore me décarcasser et trouver des idées pour accommoder différemment ces belles prunes bleues. J’en ai encore quelques kilos à écouler.

Peut-être avez-vous des idées géniales ? Je suis sûre que certains d’entre vous on des petites recettes de derrière les fagots. Je suis preneuse ! A bon entendeur…

En attendant, aujourd’hui c’est une tarte qui est au programme. 
 


Le marché pour cette jolie tarte :
1 kg de quetsches
60g de beurre salé
● 2 oeufs
● 6 cuillers à soupe de cassonade
100g d’amande en poudre
1 rouleau de pâte feuilletée

Préparation
1. Précuire la pâte feuilletée.

2. Couper les quetsches en deux et ôter le noyau.

3. Dans une jatte, battre les oeufs avec la cassonade. Ajouter le beurre et la poudre d'amandes.

4. Verser le mélange sur la pâte précuite et disposer les prunes.

5. Placer au four 35 minutes à 180°C

Un Gewurztraminer

Repost 0
Publié par Jeanne Girardot
commenter cet article
23 août 2008 6 23 /08 /août /2008 07:28

« L’atelier quetsches » n’est pas encore terminé. Après les confitures et les compotes, voici la tarte… Laurier commence à se lasser des quetsches, mais pas moi. Quand je pense qu’il faudra attendre un an avant de pouvoir en savourer à nouveau, je fais le plein ! 
 
Voici des petits chaussons qui, tout chauds, seront divins accompagnés d’une boule de glace à la vanille…

Les Ingrédients pour 12 Chaussons :
1 kg de quetsches
40g de beurre salé
6 cuillers à soupe de sucre roux
100g de noisettes en poudre
1 rouleau de pâte feuilletée
1oeuf et 1 jaune (pour dorer la pâte feuilletée)

Préparation
1.
Couper les quetsches en deux et ôter le noyau.

2.
Dans une jatte, travailler le beurre avec le sucre et la poudre de noisette.

3.
Dans la pâte feuilletée, découper des cercles à l’aide d’un emporte pièce rond.

4.
Au centre de chaque rond de pâte, ajouter une cuiller du mélange aux noisettes ainsi qu’une demi quetsche côté plat en dessous, et resserrer les bords vers le dôme de la prune.

5.
Avec un pinceau, badigeonner la pâte d’un mélange de jaune d’œuf et d’eau.

6.
Passer au four 20 minutes à 180°C
  

Je reste avec mon eau de vie de prunes

Repost 0
Publié par Jeanne Girardot
commenter cet article