Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Découvrez les Gelées de Tartine Jeanne

Gelees-de-Raisin-lo.jpg

 

Vous Cherchez ?...

Mes Grilled Cheeses

La recette du moment

Que Faire Avec...

Cadeaux Gourmands

A Propos De...

21 décembre 2012 5 21 /12 /décembre /2012 07:30

J’ai tout récemment été invitée par le Grand Hôtel de Bordeaux & Spa à participer avec d’autres bloggeuses bordelaises, à un dîner découverte de sa brasserie « Le Bordeaux » (anciennement Brasserie Europe).

Le-Bordeaux.JPG

Etage---Le-bordeaux.JPGPeut-être un peu impressionnée par le prestige du Grand Hôtel, et la peur d’une addition trop salée, je n’avais pas encore songé à en pousser la porte. Pourtant, dès mon arrivée je fus séduite par l’ambiance qui y règne. Située face à l’Opéra de Bordeaux, la brasserie Le Bordeaux se place dans l’esprit des grandes brasseries traditionnelles avec un cadre très agréable, convivial, cosy, reposant et dont les lumières tamisées invitent à déconnecter du monde extérieur.

La carte propose des plats régionaux et classiques à des prix abordables tels que le foie gras de canard (17€), le turbot en bouillon (32€), la côte de boeuf "Blonde d'Aquitaine ( 78€ pour 2 personnes), le baba au rhum (8€), mais également une sélection d'huîtres de diverses provenances.

Serviette---Le-Bordeaux.JPGLe dîner organisé tout spécialement pour nous avait pour but de nous présenter "Les Festins du Bordeaux", un concept basé sur le partage de plats savoureux qui m’a beaucoup plu. A l’étage de la brasserie, sont proposées de grandes pièces de viande ou de poisson, ainsi que de Grands Crus en grands formats (magnum, double-magnum et jéroboam), à partager en plus ou moins grands groupes (à partir de 4 personnes).

Accueillis avec une flûte de Veuve Clicquot servi en Magnum, nous avons formé une grande tablée de 12 personnes dont 8 bloggeuses, pour savourer ensemble un même grand plat.

L’entrée servie était une assiette de dégustation de 6 huîtres de différentes régions ostréicoles.
Degustation-d-Huitres.JPG

En plat principal, c’est un délicieux bar en croûte de sel (120€, recommandé pour 4 personnes) qui fut découpé devant nous et servi accompagné d’une poêlée de petits légumes et pleurotes.
Bar-en-Croute-de-Sel---decoupe.jpg
Le vin choisi pour s’accorder au poisson était un Château Carbonnieux blanc 2008 (Grand Cru Classé de Graves, Pessac Léognan) servi en magnum (115€), dont le fruité, la fraîcheur et la complexité aromatique remarquables se mariaient impeccablement à la texture tendre et savoureuse du bar, ainsi que le croquant des petits légumes.

Omelette-Norvegienne.JPGPour le dessert, nous avons dégusté une grande omelette norvégienne flambée sous nos yeux au Grand Marnier (10€ par personne).

Le chef de la brasserie Le Bordeaux, Olivier Garnier (que j’avais déjà rencontré lorsqu’il travaillait au restaurant le Wy de la Winery à Arsac) est venu nous saluer au cours du dîner.

Nous avons passé un moment très sympathique et convivial autour d’une cuisine traditionnelle, classique et non moins savoureuse. Cette formule des « Festins du Bordeaux » est idéale pour un repas de partage entre amis.

Cochon-de-Lait-Farci.JPGLa table voisine s’était laissée tentée par le petit cochon de lait farci, à partager pour 10 personnes (290€) et je dois avouer que même après l’omelette norvégienne, son odeur plus qu’appétissante m’a donné envie de me remettre à table… La prochaine fois ?

Pour en savoir plus, visitez le site web du Grand Hôtel de Bordeaux & Spa, vous y trouverez notamment les cartes de la brasserie et des Festins du Bordeaux, ainsi que la carte des vins.

Pour organiser et réserver votre dîner « Les Festins du Bordeaux » entre amis ou collègues, contactez le Grand Hôtel de Bordeaux, 72 heures à l’avance, aux coordonnées suivantes :

Grand Hôtel Bordeaux & Spa
2-5 Place de la Comédie 33000 Bordeaux
Téléphone : +33(0)5 57 30 44 44
Fax : +33(0)5 57 30 44 45
E-mail : contact@ghbordeaux.com

 

Un grand  merci à Camille et Claire pour leur accueil très chaleureux !

Partager cet article

Repost 0
Publié par Jeanne Girardot
commenter cet article

commentaires