Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Découvrez les Gelées de Tartine Jeanne

Gelees-de-Raisin-lo.jpg

 

Vous Cherchez ?...

Mes Grilled Cheeses

La recette du moment

Que Faire Avec...

Cadeaux Gourmands

A Propos De...

5 mars 2012 1 05 /03 /mars /2012 07:30

Je raffole des topinambours, même s’ils sont une plaie à éplucher et qu’il m’arrive de les cuire avec la peau par pur fainéantise. Je trouve qu’ils se marient parfaitement avec les carottes. J’en avais acheté au marché la semaine dernière et j’avais envie de les cuisiner en poêlée pour un repas simple de soir de semaine. Topinambours, carottes, coriandre, ail et huile d’olive.

L’an dernier, j’avais déjà publié une recette dans le même esprit, les  Petites Cocotes de Légumes Racine . Celle-ci est délicieuse et j’aime à la faire de temps en temps aussi, mais elleprend davantage de temps à réaliser. J’avais vraiment besoin d’un plat simple et rapide. Je me suis donc tournée vers cette solution express qui ne nous a pas déçus…

La coriandre est impeccable avec le topinambour. Surprenante, mais impeccable !

Poelee-de-Topinambour-et-Carottes-2.JPG

Les ingrédients pour 4 personnes:

 500g de topinambours  

 500g de carottes

1 gousse d’ail écrasée

3 cuiller à soupe d’huile d’olive

1 noix de beurre

1 cuiller à soupe de coriandre fraîche

½ cuiller à café de poivre

½ cuiller à café de fleur de sel


Préparation
1.
Laver et éplucher les légumes. Les couper en petits dés.


2.
Dans une sauteuse, faire fondre le beurre avec l’huile d’olive et y jeter les dés de légumes. Mélanger le tout pour bien répartir les matières grasses sur les légumes. Faire cuire à feu vif pendant 5 minutes, sans cesser de remuer puis baisser le feu.


3. Remuer encore les dés de légumes pour éviter qu’ils n’attachent, ajouter l’ail, la coriandre, le sel et le poivre, couvrir et laisser cuire 20 minutes en remuant de temps en temps.

Poelee-de-Topinambour-et-Carottes.JPG

a - Mon-accordComme je l’avais suggéré pour mes Petites Cocotes de Légumes Racine, je propose ici aussi un Anjou blanc, simple, frais, souple et fruité…

Repost 0
Publié par Jeanne Girardot
commenter cet article
27 février 2012 1 27 /02 /février /2012 07:30

Vous allez me dire, « Mais ce n’est PAS DU TOUT LA SAISON ! » et je ne vous donnerai pas tord, mais laissez moi quelques lignes pour vous expliquer la raison de cette recette qui semble sortir du fond d’un tiroir faute d’avoir trouvé autre chose à publier aujourd’hui…

Certains d’entre vous se souviendront certainement que j’avais découvert avec bonheur que la gelée de coings ou de pommes pouvait être réalisée avec les épluchures et les trognons uniquement (si, si c’est vrai, c’est fabuleux !) et que l’on pouvait ainsi conserver le fruit pour réaliser d’autres plats ou desserts.

Comme chaque année, j’avais fait le plein de coing à l’automne dernier, mais faute de temps, je n’avais pas pu réaliser toutes mes gelées en temps et en heures et j’avais donc…congelé mes épluchures et trognons de coing !

Je vous entends d’ici penser, « mais elle est complètement tarée d’aller même jusqu’à congeler des épluchures de fruit ! » Je vous le concède, ce n’est pas très conventionnel.

Mais du coup cela m’a laissé un peu plus de temps, pour prévoir de préparer mes gelées un peu plus tard dans l’année qu’à l’accoutumée… Réalisées cette fois avec des épluchures et des trognons de pommes (frais ceux-là !), mes gelées tardives ont eu beaucoup de succès.

C’est une association que j’aime utiliser notamment sur  le dessus de mes tartes aux pommes, pour relever la saveur et apporter du brillant…

Gelee-Pomme-Coings.JPG

Les ingrédients pour 10 bocaux :

 Les pelures et trognons de 5 gros coings

 Les pelures et trognons de 5 grosses pommes

 Le jus d’un citron

 Eau

 Sucre (800g par litre de jus obtenu)

Préparation

1. Mettre les pelures et trognons dans une casserole et couvrir d’eau juste à hauteur. (2,5 litres pour moi) Ajouter le jus du citron. Porter à ébullition et laisser mijoter à feu très doux pendant une petite heure.
La quantité d’eau ne doit pas être trop importante car si c’est le cas, la gelée risque de ne pas prendre. Aussi, on prendra soin de ne pas mettre trop d’eau avec les pelures et trognons.

2. Passer l’ensemble au chinois et laisser s’écouler le jus doucement. Mesurer le jus obtenu. Pour ma part, j’ai obtenu 2 litres.
Pour chaque litre de jus obtenu, compter 800g de sucre pour confiture.

3. Mettre le jus dans une très grande casserole ou dans une bassine à confiture et y ajouter la quantité de sucre équivalente (1,6kg pour moi). Porter à ébullition, baisser le feu et laisser cuire 30 minutes environ. A la fin de la cuisson, mettre dans des bocaux stérilisés et fermer immédiatement. 
On s’assure que la cuisson est bonne lorsque les quelques gouttes versées sur une surface froide se figent.

Repost 0
Publié par Jeanne Girardot
commenter cet article
22 février 2012 3 22 /02 /février /2012 07:30

Voici une recette qui n’est pas tellement de saison mais que j’ai imaginée tout spécialement pour participer au Défi Gourmand Tomme de Savoie. Si vous connaissez mon amour pour le fromage, vous saurez alors qu’il m’arrive de temps en temps de participer à ce type de concours, juste pour le plaisir de cuisiner du fromage…

Ce défi demandait de créer une recette estivale autour de la Tomme de Savoie, c’est ainsi que j’ai pensé à utiliser des purées de légumes d’été confits. Le résultat fut vraiment délicieux ! 

Pour gagner, j'aurais besoin de votre votre sur ce lien je compte sur vous, merci!  

 

Millefeuille-aux-Legumes-d-ete-et-a-la-Tomme-de-Savoie-.jpg

Les ingrédients pour 4 personnes:

 6 feuilles de brick

 200g de Tomme de Savoie

 4 cuillers à café de graines de tournesol

3 cuillers à soupe d’huile d’olive

Pour le caviar d’aubergine

 1 aubergine

 2 gousses d’ail écrasées et détaillées en petits morceaux

3 cuillers à soupe d’huile d’olive

1 cuiller à soupe d’herbes de Provence

1 pincée de poivre

1 pincée de fleur de sel

Pour le caviar de tomates

 80g de tomates séchées

 2 cuillers à café de concentré de tomate

 1 cuiller à soupe de ricotta

1 cuillers à soupe d’huile d’olive

2 feuilles de sauge fraîche

1 pincée de poivre blanc

1 pincée de fleur de sel

Préparation
1. Préparer le caviar d’aubergine
Préchauffer le four à 160°C. Couper les aubergines en deux dans le sens de la longueur et les inciser en croisillons. Arroser les aubergines d’huile d’olive, saupoudrer d’herbes de Provence et ajouter l’ail. Placer au four et laisser cuire une petite heure. Lorsque les aubergines sont cuites, les mixer finement. Ajuster la texture et le goût avec l’huile d’olive, le sel et le poivre. Laisser refroidir. Placer au réfrigérateur.

2. Préchauffer le four à 180°C. Couper les feuilles de brick en rectangles de 10 x 5 cm environ. On aura besoin de 32 rectangles au total. Les badigeonner d’huile d’olive et les disposer sur une plaque recouverte de papier cuisson. Sur 4 des rectangles disposer une cuiller à café de graines de tournesol. Passer au four jusqu’à ce que les feuilles de brick soient dorées et croustillantes (environ 5 minutes).
Il sera bon d’en faire quelques uns supplémentaires car certains peuvent casser pendant le montage.

3. Préparer le caviar de tomates
Mixer ensemble les tomates séchées, le concentré de tomates, la ricotta, l’huile d’olive, la sauge, le sel et le poivre.

4. Couper 24 fines tranches de Tomme de Savoie de la même taille que les rectangle de feuille de brick.

5. Montage
Sur l’assiette de présentation, disposer deux rectangles de feuilles de brick, puis une tranche de Tomme de Savoie, étaler un peu de caviar d’aubergine, recouvrir de Tomme, de deux feuilles de brick, d’une tranche de Tomme, d’un peu de caviar de tomate, d’une tranche de Tomme, de deux feuilles de brick, d’une tranche de Tomme, de deux feuilles de brick, d’une tranche de Tomme, d’un peu de caviar d’aubergine, d’une tranche de Tomme, d’une feuille de brick, en terminant par un rectangle de brick avec ses graines de tournesol.
En plus d’apporter sa saveur incomparable, la Tomme de Savoie aura ici un rôle imperméabilisant et les feuilles de brick conserveront ainsi tout leur croustillant.
Millefeuille-aux-Legumes-d-ete-et-a-la-Tomme-d-copie-1.jpgN'oubliez pas de voter ici, Merci!

a - Mon-accordUn blanc sec du Sud me semble adapté. Pourquoi ne pas opter pour un vin blanc de l'appellation Cassis ?

Repost 0
Publié par Jeanne Girardot
commenter cet article
20 février 2012 1 20 /02 /février /2012 07:30

Après une longue période sans faire de pain, j’avais renoué avec cette activité délicieuse en faisant tout récemment mes petits pains au pavot. Le virus m’a repris, et me voilà dans une phase « pain ».  

Bon, cela ne m’empêche pas d’en acheter ici et là lorsqu’il me fait de l’œil, car pour moi, le pain est une véritable gourmandise. Je trouve que c’est meilleur que du gâteau. Lorsque j’entre dans une boulangerie, je suis comme un enfant qui entrerait dans un magasin de jouets, ou plutôt de bonbons. J’ai les yeux qui s’ouvrent tout ronds et je regarde avec gourmandise tous les pains et baguettes qui me donnent envie, sans pouvoir me décider.

J’aime les pains aux graines tout particulièrement et il se trouve qu’une boulangerie près de chez nous fait de délicieuses baguettes de pain blancs dont la croûte est couverte de graines, j’en raffole.

Inspirée par ces baguettes savoureuses, je me suis lancée dans la réalisation de mes baguettes aux graines de lin.

 Baguettes-aux-graines-de-lin.JPG

Les ingrédients pour 2 baguettes:  

250g de farine + pour le plan de travail

15cl de litre d’eau tiède

200g de graines de lin

1 cuiller à café de sel

1 sachet de levure de boulangerie

 

Préparation

1. Réhydrater la levure dans l’eau tiède. Patienter quelques minutes, le temps qu’une mousse se forme.

2. Mélanger la farine et le sel et y incorporer la levure réhydratée. Pétrir longuement jusqu’à l’obtention d’un pâton lisse et qui ne colle pas. Laisser reposer 20 minutes.  
Ma technique Express :  
Je fais chauffer le four à 180°C pendant un petit quart d’heure pendant que je pétris mon pain, puis je l’éteins.    

3. Diviser le pâton en 2 baguettes, les asperger d’eau et les tremper dans le ramequin contenant les graines de pavot. Les déposer sur une plaque.  
Ma technique Express, suite :  
Je place la plaque sur laquelle j’ai disposé mes baguettes, dans le four éteint mais chaud. Compter 15 à 30 minutes et les baguettes sont levées. Je les retire pour préchauffer le four une dizaine de minutes à 250°C.  

4. Placer au four avec un petit ramequin rempli d’eau à mi hauteur et laisser cuire une quinzaine de minutes.
Le ramequin d’eau permet de créer de l’humidité dans le four, et par conséquent une belle croûte au pain.

Repost 0
Publié par Jeanne Girardot
commenter cet article
17 février 2012 5 17 /02 /février /2012 07:30

Parmi les cadeaux reçus à Noël, un délicieux livre intitulé « l’authentique cuisine de nos grands-mères » avec des astuces, des anecdotes, des recettes de nos grands-mères, un vrai bonheur à feuilleter pour saliver et se replonger dans ses classiques ou les réinventer…  C’est dans ce livre que je tire mon inspiration du jour, une tarte aux deux chèvres –chèvre frais et crottin de Chavignol- et à la mâche. Initialement réalisée avec du brocoli, je me suis rabattue sur la salade de saison car, je l’avoue, je n’aime pas tellement le brocoli.

Il faut dire que la mâche en tarte se comporte assez bien malgré ce que l »on pourrait croire. Essayez donc !

Tarte-au-Chevre-et-a-la-Mache.JPG

Les ingrédients pour 4 personnes:

 1 pâte feuilletée ou fausse feuilletée ou brisée

 150g de chèvre frais

 3 poignées de mâche

 2 crottins de Chavignol

 4 cuillers à soupe de crème fraîche

 3 œufs

½ cuiller à café de poivre blanc

½ cuiller à café de sel


Préparation
1.
Faire cuire la pâte à blanc (moule de 28cm de diamètre).

2. Pendant ce temps, battre les œufs et y ajouter le chèvre frais et la crème fraîche et battre à nouveaux. Saler et poivrer.

3. Préchauffer le four à 180°C. Disposer la mâche sur le fond de tarte. Couper les crottins de Chavignol en fines tranches.

4. Sur le fond de tarte, verser le mélange obtenu à l’étape 2. Disposer ensuite les tranches de crottin de chavignol.

5. Placer au four et laisser cuire 25 minutes.
Il faut que le dessus de la tarte soit bien doré.
Tarte-au-Chevre-et-a-la-Mache-2.JPG

a - Mon-accordUn blanc sec sur cette tarte me semble judicieux. Pourquoi ne pas choisir un vin d’Alsace, Un Riesling, fruité, rond et épicé à la fois ?

Repost 0
Publié par Jeanne Girardot
commenter cet article
15 février 2012 3 15 /02 /février /2012 07:30

Depuis le temps que Laurier m’en parlait, il fallait bien que je lui en fasse ! Je dois dire que ce n’était pas pour me déplaire non plus. Quel régal lorsque le poisson est bon et surtout pas trop cuit !

Cette recette n’a vraiment rien de sorcier, au contraire, c’est on ne peut plus simple. C’est plutôt côté logistique que ça pêcherait un peu. Si vous avez deux friteuses, allez-y ! Cela vous permettra de cuire les frites et le poisson en même temps et ainsi d’avoir une température de service optimale.

Bon, c’est tout de même gérable avec une seule friteuse, hein, il ne faut pas exagérer…

  Fish---Chips.JPG

Les ingrédients pour 4 personnes:

 8 pommes de terres spéciales frites (j’utilise généralement la Bintje)

 4 filets de cabillaud

 220g de farine

 25cl de bière

 2 œufs

sel

poivre


Préparation
1.
Séparer les blancs des jaunes d’œuf. Monter les blancs en neige ferme. Dans une jatte, Mélanger les jaunes d’œuf avec la farine et la bière. Incorporer les blancs d’œuf progressivement et délicatement pour obtenir un mélange mousseux. Saler et poivrer.  
Monter les blancs en neige permets d’obtenir une pâte à beignet mousseuse et aérienne.  

2. Eplucher les pommes de terre et les couper en frites.  
Pour les frites, je compte généralement 2 belles pommes de terre par personne.  
Effectuer une première cuisson des frites à 180°C pendant 10 à 15 minutes. Réserver.  

3. Procéder à la deuxième cuisson des frites à 190°C, qui dure généralement 5 à 10 minutes selon la cuisson souhaitée. Dès la sortie des frites, les saler et les maintenir au chaud en les mettant dans un plat et en les plaçant dans un four chaud.  
Procéder à deux cuissons permet d'obtenir des frites à la fois moelleuses, bien cuites à coeur et croustillantes à l'extérieur.  

4. Dès la fin de la cuisson des frites, plonger les filets de poisson dans la pâte à beignet, puis immédiatement dans l’huile de friture. La cuisson dure environ 5 minutes à 190°C. Servir immédiatement avec les frites et de la sauce tartare.  
On pourra utiliser des filets de poisson congelés, à condition de les avoir décongelés avec précaution au préalable.

 

a - Mon-accordUne bonne bière blonde ou ambrée, comme au pub anglais…

Repost 0
Publié par Jeanne Girardot
commenter cet article
13 février 2012 1 13 /02 /février /2012 07:30

Cela fait une éternité que je n’ai pas fait mon pain, ce n’est pourtant pas par manque d’envie, mais plutôt par manque de temps. Je n’aime pas tellement faire mon pain dans ma machine à pain, car je trouve le résultat peu satisfaisant. La croûte n’est pas celle d’un « vrai » pain. En revanche, comme je manque de temps, ma machine à pain se charge bien volontiers du pétrissage pendant que je vaque à d’autres occupations.
Quel bonheur de sentir à nouveau l’odeur du pain chaud chez soi et de mordre dans un morceau, tout juste sorti du four, croustillant et moelleux à la fois.

Petits-Pains-au-Pavot.JPG
Les ingrédients pour 8 petits pains:

250g de farine + pour le plan de travail

15cl de litre d’eau tiède

100g de graines de pavot dans un ramequin

1 cuiller à café de sel

1 sachet de levure de boulangerie

Préparation

1. Réhydrater la levure dans l’eau tiède. Patienter quelques minutes, le temps qu’une mousse se forme.

2. Mélanger la farine et le sel et y incorporer la levure réhydratée. Pétrir longuement jusqu’à l’obtention d’un pâton lisse et qui ne colle pas. Laisser reposer 20 minutes.
Ma technique Express :
Je fais chauffer le four à 180°C pendant un petit quart d’heure pendant que je pétris mon pain, puis je l’éteins.  

3. Diviser le pâton en 8 petites boules, les asperger d’eau et les tremper dans le ramequin contenant les graines de pavot. Les déposer sur une plaque.
Ma technique Express, suite :
Je place la plaque sur laquelle j’ai disposé mes petits pains, dans le four éteint mais chaud. Compter 15 à 30 minutes et les petits pains sont levés. Je les retire pour préchauffer le four une dizaine de minutes à 250°C.

4. Placer au four avec un petit ramequin rempli d’eau à mi hauteur et laisser cuire une quinzaine de minutes.
Le ramequin d’eau permet de créer de l’humidité dans le four, et par conséquent une belle croûte au pain.

 

Petits-Pains-au-Pavot-2.JPG

Repost 0
Publié par Jeanne Girardot
commenter cet article
8 février 2012 3 08 /02 /février /2012 07:30

En hiver, je fais très souvent des soupes de légumes, c’est doux, c’est réconfortant. Je les fais en très grande quantité comme ça, on en a pour toute la semaine ou presque, et les soirs de flemme, c’est bien pratique.
Ma Maman a presque toujours fait sa soupe sans pommes de terre. Très diète, sans bouillon, sans huile d’olive, sans rien du tout, rien que des légumes et de l’eau. Mais bon, moi je trouve que c’est tout de même un peu meilleur en faisant revenir les poireaux avec de l’huile d’olive et d’y ajouter un peu de bouillon et un peu de crème.
Et vous vous l’aimez comment votre soupe réconfort ? 

Soupe-Poireaux--Pommes-de-Terre-et-Carottes.JPG

L
es ingrédients pour 4 personnes:

 3 poireaux

 4 pommes de terres

 5 carottes

 1 cube de bouillon de légumes dilué dans 30cl d’eau

 10cl de crème liquide

1 cuiller à soupe d’huile d’olive

1 pincée de poivre

1 pincée de sel


Préparation
1.
Eplucher les carottes et les pommes de terre et les couper en petits morceaux. Emincer les poireaux.

2. Dans une grande casserole, faire chauffer l’huile d’olive et y jeter les poireaux émincés. Les faire suer sans cesser de remuer. Laisser chauffer à feu moyen, puis, ajouter les rondelles de carotte et les dés de pomme de terre. Remuer le tout et mouiller avec le bouillon. Couvrir et laisser cuire une trentaine de minutes à feu doux.
Je mets toujours très peu d’eau pour faire mes soupes, juste assez pour que les légumes trempent dans un fond d’eau, et j’en ajoute en fin de cuisson si nécessaire. Cela permet d’obtenir précisément la texture voulue et d’éviter les soupes trop aqueuses.
I
l faut simplement vérifier qu’il reste toujours de l’eau pendant la cuisson.

3. A l’aide d’un mixeur plongeant, mixer la soupe. Ajouter la crème liquide le sel et le poivre, et mélanger le tout. Ajuster la consistance en ajoutant éventuellement de l’eau. Ajuster également l’assaisonnement. C’est prêt !
Soupe-Poireaux--Pommes-de-Terre-et-Carottes-2.JPG
Pour la rendre plus gourmande, j’y laisse parfois fondre de la Vache qui rit, c’est un vrai délice. 
 

a - Mon-accordPour cette petite soupe du soir, je choisis un vin blanc sec issu de cépage Sauvignon pour son fruité et sa fraîcheur. Pourquoi pas un Vin de Pays d’Oc ?

Repost 0
Publié par Jeanne Girardot
commenter cet article
6 février 2012 1 06 /02 /février /2012 07:30

Chaque fois que l’on fait des crêpes à la maison, je fais deux pâtes, celle pour les galettes de sarrasin , et celle pour les  crêpes sucrées, et toujours un peu beaucoup, pour être sûre de ne pas manquer. Alors évidemment, il y en reste toujours, et il n’est pas rare que les « repas crêpes » se succèdent. La semaine de la Chandeleur nous a valu en 3 savoureuses et même après mes  aumônières aux pommes, il m’en restait encore quelques unes.
J’avais évoqué la possibilité de faire le fameux gâteau de crêpes mais j’avoue que d’une part, je n’avais pas assez de crêpes restantes, et d’autre part, après ces quelques jours « très crêpes », j’avais envie d’un petit modèle. Je lorgnais sur mon bocal de confiture de lait, mais pensais que ce serait un peu trop sucré pour le coup, alors c’est comme ça que j’ai eu l’idée de l’associer à des pommes pour apporter un peu de fraîcheur. Pas mal du tout !

Mini-Gateau-de-Crepes.jpg

Les ingrédients pour 4 personnes:

 4 crêpes

 3 pommes

 200g de confiture de lait ou Dulce de Leche

 2 œufs

 5cl de lait

 2 feuilles de gélatine


Préparation
1.
Découper les crêpes à l’aide d’un emporte pièce de la taille des verrines utilisées.

2. Préparer la compote de pommes
Eplucher les pommes et les couper en dés. Les faire chauffer dans une casserole avec un fond d’eau. Couvrir et laisser cuire 10 minutes. Découvrir, remuer et laisser cuire encore 5 à 10 minutes en remuant de temps en temps, jusqu’à ce que tout liquide soit évaporé. Laisser refroidir complètement.
Pas besoin d’ajouter de sucre, il y en a déjà bien assez dans la confiture de lait !

3. Préparer la mousse de confiture de lait
A défaut de confiture de lait, mettez une boîte de conserve 375g de lait concentré sucré à la cocotte minute et laissez cuire 30 minutes. Vous avez de la confiture de lait. 
Faire tremper les feuilles de gélatine dans de l’eau froide.
Séparer les blancs des jaunes d’œuf. Battre les blancs en neige ferme.
Dans une casserole, diluer la confiture de lait avec le lait à feu très doux. Ajouter la gélatine et remuer. Lorsque le mélange est lisse retirer du feu et y ajouter les jaunes d’œuf et bien mélanger.
Incorporer enfin les blancs d’œuf délicatement.

Mini-Gateau-de-Crepes---Montage.jpg4. monter les verrines
Tapisser les verrines de film étirable. Placer un disque de crêpe au fond de chacune, puis, un peu de mousse de confiture de lait, puis un disque de crêpe, puis un peu de compote de pomme, et ainsi de suite, jusqu’à épuisement des ingrédients. Placer au frais pendant au moins une heure avant de servir.

5. Quelques minutes avant de servir, retourner les verrines pour démouler les mini gâteaux et ôter délicatement le film étirable. 


a - Mon-accord
A mon goût, davantage de sucre serait superflu, par conséquent un Champagne me semble adapté. On peut éventuellement envisager un Calvados pour les plus téméraires d’entre vous.

Repost 0
Publié par Jeanne Girardot
commenter cet article
2 février 2012 4 02 /02 /février /2012 07:30

La Chandeleur est là et demain il restera sûrement des crêpes –ou de la pâte à crêpes- dans les chaumières. Qu’à cela ne tienne, il existe mille façons délicieuses de les réinventer !  Pour le côté salé j’avais déjà proposé mes crêpes roulées au parmesan et au jambon ou encore mes crêpes fourrées à la dinde et aux champignons . En revanche, je n’avais encore rien côté sucré et j’ai eu envie d’y remédier. Demain je ferai peut-être le fameux gâteau de crêpes, mais aujourd’hui, j’étais tentée par de belles aumônières aux pommes. Voilà qui est fait ! 

Aumonieres-Pommes-Caramel.JPG

Les ingrédients pour 4 personnes:

 4 crêpes

 3 pommes  

 20g de beurre salé

 2 cuillers à soupe de cassonade

 2 cuillers à soupe de sucre glace

 4cl de Rhum

 15cl de caramel liquide

 4 cuillers à soupe de crème fraîche entière

 4 cuillers à soupe de poudre d’amandes

               
Préparation
1.
Eplucher et couper les pommes en dés. Dans une sauteuse, faire fondre le beurre et y jeter les pommes.. Ajouter une ou deux cuillers à soupe d'eau pour éviter qu'elles n'attachent. Laisser cuire une dizaine de minutes à feu doux en remuant régulièrement. Lorsque les pommes commencent à dorer ajouter la cassonade, bien mélanger et laisser cuire 2 minutes sans cesser de remuer. Verser ensuite le Rhum et mélanger pour homogénéiser l’ensemble. Laisser réduire en remuant de temps en pour éviter que les pommes n’attachent. Laisser refroidir.


2. Battre la crème fraîche en chantilly et y ajouter le sucre glace.


3. Dans chaque crêpe déposer une cuiller à soupe de poudre d’amande, un peu de compotée de pomme, napper de caramel et parer de chantilly. Refermer la crème de sorte à former une petite bourse et lier à l’aide de ficelle alimentaire, des cure-dents, mieux, d’une gousse de vanille émincée.
La poudre d’amande permet d’éviter à la crêpe de se détremper et apporte en même temps une saveur sympathique… 
    Aumonieres-Pommes-Caramel-2.JPG
On pourra éventuellement passer les aumônières 5 minutes à four très chaud juste avant de servir. 


a - Mon-accordLes pommes appellent ici un bon cidre. Ou pourquoi pas un Calvados ?

Repost 0
Publié par Jeanne Girardot
commenter cet article